Un prêtre limousin du XIXe siècle

Les « écrits du for privé » dus à la plume d’un ecclésiastique viennent de s’enrichir d’un nouvel ensemble mis à jour par Paul d’Hollander, les Carnets de l’abbé Hippolyte Delor (1810-1900). Spécialiste des manifestations extérieures du culte à l’époque contemporaine, Paul d’Hollander, professeur émérite à l’université de Limoges, a également livré d’importantes contributions à l’histoire religieuse du Limousin.

Né en 1810 à Limoges, ordonné prêtre en 1833, Hippolyte Delor a été professeur de rhétorique au collège de Felletin (ancien petit séminaire) puis, à partir de 1847, curé de la paroisse Saint-Pierre du Queyroix à Limoges jusqu’à sa mort, en 1900. En 1837 il a commencé à tenir un journal, conservé dans la bibliothèque du grand séminaire, aujourd’hui déposée à la bibliothèque universitaire de Limoges. Les quinze carnets conservés couvrent une grande partie de la période 1837-1885.

À sa mort le quotidien catholique l’Univers présente ainsi le curé de Saint-Pierre : « La situation qu’il s’était assurée, ses relations de famille et de société, sa personnalité marquante, ses talents de prédicateur, de poète, les glorieuses amitiés qu’il s’était faites dans l’Église, l’ancienneté du ministère qu’il exerça plus de cinquante ans dans cette grande paroisse de Saint-Pierre avaient fait de l’abbé Delor le prêtre le plus en vue du clergé limousin ». Dès la Monarchie de Juillet H. Delor prend une part active à la lutte pour la défense de la liberté de l’enseignement et entre en contact avec Montalembert puis avec Louis Veuillot, qu’il reçoit à Limoges. Il se déplace beaucoup, pour prêcher, voir sa famille, prendre les eaux, aller en pèlerinage.

Le journal dévoile un prêtre qui se situe dans la mouvance catholique intransigeante et ultramontaine, illustrée par Louis Veuillot, mais garde amitié et admiration pour Montalembert, représentant du courant catholique transigeant et libéral. Avec Lacordaire, ceux-ci forment aux yeux d’H. Delor un « soleil catholique » qui illumine son siècle, et brille dans la chaire, à la tribune de la Chambre et dans la presse. Les carnets permettent de suivre la vie au collège de Felletin, l’évolution de la pratique religieuse dans sa paroisse, les innovations liturgiques, les formes et les associations de piété et de dévotion. Ils montrent son inquiétude devant l’apparition des obsèques civiles, son attention aux vocations religieuses féminines, son souci de donner plus d’éclat aux cérémonies religieuses. H. Delor y accorde une grande place aux relations avec sa famille, les notables de Limoges, ses confrères. Ils apportent enfin des informations précieuses sur Felletin et la Creuse dans les années 1830-1840, sur Limoges sous le Second Empire et la Troisième République.

Les carnets sont présentés sous deux formes. L’intégralité du texte figure dans le CD ROM qui accompagne ce volume. Les passages les plus significatifs sont présentés dans dix chapitres qui illustrent les aspects majeurs de cette figure importante du clergé limousin.

Table des matières :

Introduction

Les carnets d’Hippolyte Delor
Les carnets
Du cahier au carnet
Entre Tradition et Coutumier

L’homme

La santé
« Une vie de château »
Quelques amis
Les idées politiques
Le voyageur
L’écrivain

La famille

Trois lieux de famille
« Deux froides lames d’acier dans le coeur »
Neveux et nièces
Frères et sœurs

Le collège de Felletin

Les temps forts de l’année scolaire
La vie religieuse
« Le plus beau souvenir de ma vie »
Après 1847

Le curé de Saint-Pierre du Queyroix

Les travaux à Saint-Pierre
Le service ordinaire à Saint-Pierre
Des innovations
La pratique religieuse
Catéchisme et première communion
Une paroisse étendue
Les vocations religieuses
La bonne mort

Le prêtre

L’image du bon prêtre
Une vie « assez hautement sacerdotale ? » (avril 1877)
« La religion évidente, définitive du genre humain » (avril 1877)
Les rapports avec son évêque
Le Pape, « sommet des choses »

La prédication

Des thèmes variés
Des prédicateurs différemment appréciés
H. Delor et la prédication

Les pèlerinages

Arliquet, « un coin du paradis »
Lourdes « m’émeut, me ravit »
Les Ostensions

Un « soleil catholique »

Lacordaire et Montalembert
Louis Veuillot
Mgr Berteaud. Une « vieille amitié qui est le grand honneur de ma vie »

Le témoin de la vie locale

Le temps
1870, la guerre franco prussienne : « Une des heures terribles de ma vie »
République et laïcisation de l’enseignement public

Abbé Hippolyte DELOR, Carnets (1837-1885) (édités et présentés par Paul d’Hollander), Limoges, PULIM (Matière à Histoire), 285 p. + CD, ISBN : 978-2-84287-579-4, 25 €.

Bon de commande : Abbé Delor.Bon de commande


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.