Colloque, 11-12 mars 2013. Une pédagogie protestante ?

Pour motiver Émile Léonard à écrire une histoire du protestantisme, l’historien Lucien Febvre n’avait pas hésité à le piquer au vif en lui proposant ce « portrait robot » caustique du protestant :

Qu’est-ce qu’un protestant ? Si le Français moyen ne le sait pas, la légende polémico-politique le sait, elle, et le lui dit. […] Le protestant, c’est Calvin : vieux souvenirs de lycée ; Calvin le vieux prédicant aigre, ingrat, méchant, qui a brûlé Servet, empêché les Genevois de danser à leur gré, et prédestiné sauvagement les réprouvés. Mais c’est aussi Luther. Et ainsi, il n’est pas de filiation française : à preuve la Saint-Barthélemy et la Révocation… Mais c’est aussi l’Anglais, le salutiste […] Et puis, « il se tiennent tous » cf. le livre généalogique des Monod. « Ils se font la courte échelle. » Ici, souvenirs des premiers temps de la République : Renouvier, Ferdinand Buisson ; l’enseignement primaire ; l’enseignement des filles surtout, Sèvres, les directrices protestantes. L’Affaire naturellement : Gabriel Monod, Scheurer, Leblois […] Ils s’apparentent par-là avec les Juifs. Et, brochant sur le tout, cet autre mystère : la Banque protestante […] Et reste l’image du protestant : un dur, un coriace, peu maniable […] d’un moralisme insupportable à « l’esprit gaulois ». Un peu de Stendhal pour les lettrés (l’esprit genevois) : un peu Bossuet pour les bacheliers (le style triste de Calvin), et voilà le protestant français.

Alors qu’avec la Ratio studiorum qui fait autorité dans l’histoire de la pédagogie catholique, se dessine un portrait robot de l’enseignant jésuite transmettant ex cathedra sa leçon à une classe d’enfants recevant le savoir du maître comme « parole d’évangile », assis silencieusement et les bras croisé, quelle image se fait-on aujourd’hui du pédagogue protestant ? Nos contemporains brosseraient-ils le même portrait robot du « pédagogue protestant » que celui du « protestant » de Lucien Febvre ? Quels invariants peut-on discerner chez ces pédagogues ?

Ce symposium pluridisciplinaire, organisé par le Laboratoire interuniversitaire des Sciences de l’éducation et de la communication (LISEC, EA 2310, univ. Lorraine) et l’Institut biblique de Nogent, et qui se tiendra les 11 et 12 mars 2013, mobilisera les travaux de chercheurs en sciences de l’éducation, en histoire et en théologie.
À partir d’une mise en commun de travaux sur les pédagogues protestants européens du XVIe au XXe siècles, sur l’analyse de leurs pratiques éducative ou de leurs écrits pédagogiques, nous tenterons de brosser le « portrait robot type » du pédagogue protestant. L’héritage légué par ces enseignants, quelque soit le degré dans lequel ils ont enseigné et quelque soit leur discipline, permet-il d’esquisser une ou plusieurs lignes directrices d’une « méthode protestante » francophone ?

Programme :

Lundi 11 mars. Après-midi

13h30 : Accueil.
14h : Présentation du symposium.
14h15 : Loïc Chalmel, professeur des universités en sciences de l’éducation, université de Lorraine : Former des maîtres. Un invariant des pédagogues protestants Oberlin, Stuber, Pestalozzi… (fin XVIIIe-début XIXe siècle).
14h45 : Nicolas Champ, maître de conférences en histoire contemporaine, université Bordeaux 3 : Adam Vulliet, directeur de l’école normale de la Société évangélique de France.
15h15 : Échanges et discussions.
15h45 : Pause.
16h15 : Jacques Blocher, directeur de l’Institut biblique de Nogent et président de la Société d’histoire baptistes de France : Ruben Saillens et l’histoire des Instituts bibliques (début XXe siècle, Grande-Bretagne, canton de Vaud, Nogent-sur-Marne).
16h45 : Henri Blocher, doyen honoraire de la Faculté libre de théologie évangélique (Vaux-sur-Seine), chargé de cours à l’Institut Biblique de Nogent : Le(s) protestantisme(s) : invariants et repères théologiques.
17h15 : Échanges modérés par Étienne Lhermenault, Institut biblique de Nogent et président du Conseil National des Évangéliques de France.
20h : Visite du Paris des pédagogues protestants animé par José Loncke (Société d’histoire et de documentation baptistes de France).

Mardi 12 mars. Matin

8h30 : Ioana Ungureanu, ATER et docteur en sciences de l’éducation, IUFM de Rouen : La pédagogie de Comenius (XVIIe siècle, Slovaquie, XIXe siècle, France).
9h15 : Anne Ruolt, docteur en sciences de l’éducation, enseignante à l’Institut biblique de Nogent : L’activité en éducation. Un invariant chez Gauthey et Bogue (début XXe siècle, Canton de Vaud, Courbevoie, Angleterre).
9h45 ; Échanges modérés par Denis Despérez, doctorant, université de Lorraine.
10h15 : Pause.
10h45 : En groupe : essai de synthèse analytique des résultats à la lumière des travaux de chacun des participants, pour répondre à la question des invariants.
11h45 : Synthèses et échanges.

Les séances se dérouleront à l’Institut biblique de Nogent-sur-Marne (39, Grande rue Charles de Gaule ; 01.45.14.23.70).

Contact : symposium11.12mars2013.aruolt@gmail.com.

Programme et renseignements pratiques : Symposium. Présentation


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.