Cycle de séminaires. Religion et violence dans la modernité

Si le sociologue Norbert Elias pouvait encore envisager l’histoire de l’Occident comme un heureux « procès de civilisation », pensé comme une intériorisation des pulsions et une maîtrise toujours croissante de la violence, le siècle des liquidations permanentes (Imre Kertesz) jette une ombre sur cette vision optimiste héritée des Lumières. Si la Grande Guerre semblait déjà désavouer les rêves kantiens de « paix perpétuelle », le séisme des totalitarismes et le « nouveau type d’être humains » qu’il faisait advenir, ont appelé, comme on sait, bien d’autres efforts de problématisation. En diagnostiquant les potentialités destructrices de la civilisation sous la forme d’une « autodestruction de la raison », et en faisant le portrait d’une humanité claustrophobe, livrée au « monde administré », les théoriciens de l’Ecole de Francfort furent sans doute les plus radicaux dans leur condamnation. Le soupçon logeait désormais au cœur même du projet moderne, la barbarie devenait la doublure dialectique du « progrès ». Si la Première Guerre mondiale avait été interprétée par les contemporains comme un obscurcissement de la civilisation moderne, la seconde était désormais envisagée comme son tragique accomplissement, en Europe du moins. Si l’aventure de ce retournement, des promesses d’émancipation du Sujet aux logiques chosifiantes de la rationalité instrumentale, est affaire occidentale, et si d’aucuns choisissent d’envisager, loin d’une vision occidentalocentrée, la possibilité de « modernités multiples », reste que la césure fait figure de rupture anthropologique et que ses leçons portent désormais bien au-delà de l’Occident.
Interroger les liens entre violence et religion dans la modernité, c’est ainsi se situer dans cet horizon de sens délivré des dichotomies entre obscurantisme pré-moderne et pacification moderne des rapports sociaux, et rappeler que l’on ne saurait réduire la violence à un pur déchaînement de forces régressives. Que l’on choisisse d’envisager les violences proprement religieuses ou les violences générées dans l’orbite de la « sortie de la religion », c’est loin de la représentation d’une violence archaïque, pensée comme un résidu d’irrationalité, que l’on souhaite dès lors appeler à la réflexion.
Le séminaire réunissant les post-doctorants du GSRL commencé au début de cette année académique et qui se poursuit jusqu’en juin privilégie les interventions, de tout champ disciplinaire, présentant les violences – considérées comme des atteintes physiques, morales ou symboliques à l’intégrité des personnes (ou de leurs biens), dont les perceptions varient selon des normes historiques et culturelles –, comme des produits de la raison moderne, et comme des réactions à ses dynamiques progressistes (scientifique, individualiste, égalitariste…). Dans ce cadre, on sera attentif aux effets de violence produits par la dissociation de la religion et du politique dans la modernité. On interrogera la pertinence des analyses mettant l’accent sur la crise des mécanismes d’intégration et les phénomènes de désinstitutionalisation comme facteurs de violence. Enfin, une place sera éventuellement faite aux interprétations religieuses de la violence, et aux interprétations « savantes » des sciences sociales empruntant certaines ressources aux traditions religieuses.

Calendrier des séances passées et à venir du séminaire des post-doctorants.

Mercredi 10 octobre 2012, 10h30-12h30 : Julia David, Violence et « sortie de la religion ».
Mercredi 21 novembre 2012,10h30-12h30 : Vincent Vilmain, Assimilation et violence symbolique dans le judaïsme au XIXe siècle.
Jeudi 21 février 2013, 14h-16h : Sara Teinturier, Du refus de la guerre à la rivalité du biopolitique. Catholiques français et objection de conscience au XXe siècle.
Jeudi 14 mars 2013, 14h-16h : Daniela Campo et Inenaga Yusuke, Les bouddhistes chinois et japonais confrontés à la violence de la guerre sino-japonaise (1937-1945).
Jeudi 25 avril 2013, 14h-16h : Giulia Marotta.
Jeudi 30 mai 2013, 14h-16h : intervenant extérieur : Jacques Le Rider.
Jeudi 6 juin 2013, 14h-16h : Alfonsina Bellio.

Le thème des prochaines séances est présenté sur la page : http://www.gsrl.cnrs.fr/spip.php%3Farticle330&lang=fr.html

Les séances ont lieu sur le site Pouchet du CNRS, 59/61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire