Écrire l’histoire du christianisme. Autour de l’oeuvre d’Étienne Fouilloux

E. FouillouxÉcrire l’histoire du christianisme contemporain, c’est chercher à le comprendre dans sa diversité confessionnelle, tout en mesurant son rôle dans la construction d’une politique et d’une culture de la modernité qui se sont constituées en prenant leur autonomie par rapport à lui, sans que tout lien soit rompu entre notre monde sécularisé et son passé chrétien. C’est observer cet objet aux contours indécis, dont nous affirmons tantôt le déclin inéluctable, tantôt l’omniprésence au sein de nos sociétés.

Depuis plus de quarante ans, Étienne Fouilloux, ancien président de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, parcourt ce territoire en voyageur infatigable, passionné d’archives inédites. De la genèse de l’œcuménisme au genre biographique, de l’histoire des intellectuels chrétiens à celle du concile Vatican II, il a construit ce qu’il désigne lui-même comme une « histoire non théologique de la théologie », attentive aux acteurs et à leurs mobiles, sans jamais céder sur la rigueur scientifique qui fonde le « regard éloigné » de l’historien.

Des inventeurs du catholicisme social aux écrivains convertis, des croyants mobilisés dans les tranchées aux prêtres-ouvriers en usine, des abbés philosophes aux bâtisseurs d’églises, les auteurs réunis par Annette Becker, Frédéric Gugelot, Denis Pelletier et Nathalie Viet-Depaule ce livre ont suivi la voie tracée par Étienne Fouilloux, attentifs comme lui aux mots qui circulent entre l’univers chrétien et l’univers laïque, la création et la mémoire, la morale et les droits de l’homme, le deuil et la patrie. Ils ont ainsi souhaité apporter leur contribution à une histoire du christianisme contemporain, en hommage à celui qui a plus que tout autre contribué à la renouveler.

Sommaire

I. Héritages et fondations

Xavier de Montclos : Catholicisme social et contre-révolution en France au XIXe siècle. Alban de Villeneuve-Bargemont et Armand de Melun.
Fabrice Bouthillon : Clovis et le vase brisé. Élévations sur l’itinéraire œcuménique du prince Clovis de Hohenlohe-Schillingsfürst (1819-1901).
Claude Langlois : Les vains mots des vivants. Thérèse de Lisieux entre adieux et mort (été 1897).
Philippe Rocher : Devenir jésuite au Québec ? Piété, lettres et théologie au Canada français (1842-1924).
Pierre Colin : Lucien Laberthonnière, un précurseur méconnu.
Louis-Pierre Sardella : L’abbé Brugerette, du publiciste à l’historien.
Margaret Teboul : Du « moment philosophique » 1900 au moment 1930, de la création chez Bergson et Berdiaev.

II. L’ombre portée des guerres

Maria Paiano : « Amate la religione e la patria con uno stesso amore ». Declinazioni del patriottismo cattolico nei manuali religiosi per I soldati italiani tra Otto e Novecento.
Frédéric Gugelot : De Dieu au roi, conversion spirituelle et adhésion politique.
Benoît Marpeau : Représentations du corps et empreinte de la Grande Guerre. Les Thibault de Roger Martin du Gard.
Dominique Avon : Un homme du magistère catholique devant l’islam. Le cardinal Tisserant (1884-1972).
Bernard Comte : Apostolat et résistance. Le journal de bord du père André Desqueyrat.
Frédéric Le Moigne : Suhard entre histoire et mémoire. Le cardinal du clair-obscur.
Danièle Voldman : De deux églises l’une. Les reconstructions de Sainte-Jeanne d’Arc de Gien et Notre-Dame de Royan en 1945.
Daniele Menozzi : Una dichiarazione cattolica dei diritti umani ?

III. Culture et mission des années trente aux années soixante

Bruno Dumons : « Catholicisme » et « libéralisme » : un mariage impossible ? Les ambivalences de la culture catholique française (1930-1960).
Hervé Serry : « Refaire une France chrétienne ». L’abbé Jean Plaquevent, aux origines d’une maison d’édition laïque.
Thierry Keck : Maurice Montuclard : un « intellectuel catholique » ?
Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule : Pierre Dabosville, les prêtres-ouvriers et l’obéissance dans l’Église.
Bernard Delpal : Ce qui s’appelle la foi. Jacques Loew et la MOP.
Jean-Dominique Durand : Une nouvelle « affaire » Maritain en Italie. L’attribution du doctorat Honoris causa par l’université catholique du Sacré-Cœur de Milan (décembre 1958-mai 1959).
Christian Sorrel : Les diocèses français à l’heure Boulard. Missions générales et pastorale d’ensemble en Savoie dans les années 1950 et 1960.

IV. Le concile et après ?

André Encrevé : Réforme face à la première session du concile Vatican II.
Yvon Tranvouez : Des laïcs improbables : le Comité brestois des chantiers d’Église (1965-1971).
Alberto Melloni : Quand les catholiques parlent de « famille ». Répercussions historiques et métamorphoses sémantiques au XXe siècle.
Sabine Rousseau : François Biot, la foi et la politique. une conjoncture théologique au tournant des années 68.
Martine Sevegrand : Persona humana. Une déclaration romaine sur la morale sexuelle.
Claire Toupin-Guyot : L’historien, la recherche intellectuelle et le dogme. « Une affaire parmi d’autres ».
Denis Pelletier : Le Dieu des intellectuels, entre retour du récit et religions sans Dieu (1968-1997). Autour de trois numéros d’Esprit.
Annette Becker : Du spirituel dans l’art ? « Bricolage » et mystique du Cavalier Bleu à Mark Rothko et Bill Viola.

Le livre paraîtra le 3 avril 2013. Une souscription est ouverte avant la parution. Elle s’étendra sur deux temps :
– un premier temps jusqu’au 25 mars 2013 : les souscripteurs de cette période auront leur nom publié sur une Tabula Gratulatoria mise en fin de l’ouvrage ;
– un second temps qui prolongera la souscription jusqu’au 2 avril 2013.
À la parution du livre, le prix public sera porté à 34€.

Annette Becker, Frédéric Gugelot, Denis Pelletier et Nathalie Viet-Depaule (dir.), Écrire l’histoire du christianisme contemporain. Autour de l’œuvre d’Étienne Fouilloux, Paris, Karthala (Signes des temps), 2013, 420 p.

Bon de souscription : Bon de souscription. Mélanges E. Fouilloux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire