Pour une autre lecture du Coran

9782296994393_1_75

L’Harmattan publie un essai d’Abdellatif Idrissi sur la réception du Coran.

L’expression orale, entendue, relève d’un traitement différent de celui que nous appliquons au texte fixé par écrit sur un support visible. La parole, contrairement à l’écriture, ne se soumet pas à un schéma linéaire et visuel, comme ont tendance à le présenter la plupart des spécialistes des textes sacrés, et notamment ceux du Coran dans le monde arabo-musulman, traducteurs et chercheurs contemporains compris.
Elle est de ce fait ouverte sur plusieurs directions, sans que s’impose pour autant celle qui conduit insensiblement à la mise par écrit. Il est d’ailleurs difficile de trouver, chez la plupart de ces spécialistes, une appréciation de l’oralité comme réalité linguistique à part entière. Pour diverses raisons, ils se sont souvent sentis liés par la tradition musulmane qui relève d’un moment d’écriture.
Or, un des principes fondateurs est que lorsque cette parole a été prononcée pour la première fois, elle a dû être saisie dans son immédiateté. Les auditeurs de Muhammad n’avaient pas besoin d’exégètes ni d’autres savants pour comprendre ce qu’il exprimait.

 Abdellatif Idrissi est enseignant-chercheur au département d’arabe de l’université Paul-Valéry Montpellier III et à l’Académie des langues anciennes. Il s’intéresse aux croyances et aux mentalités de l’Arabie préislamique et des débuts de l’islam, aux textes fondateurs de l’islam ainsi qu’à ceux des débuts de l’historiographie arabo-musulmane médiévale.

 Adbellatif Idrissi, Pour une autre lecture du Coran. Les voix du Verset, Paris, Bibliothèque de l’IReMMO – L’Harmattan, 2013, 10 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire