Gauthey, un pédagogue protestant du XIXe siècle

PEDAGOGIE_CRISES_MEMOIRES_REPERES_GAUTHEY_PASTEUR_PEDAGOGUE« Élever est le mot ; notre langue a admirablement nommé la tâche de l’éducation », lit-on en épigraphe d’un ouvrage de L.-F. F. Gauthey citant son ami Alexandre Vinet. Mais faut-il se limiter à l’instruction de la jeunesse, ou faut-il parler d’éducation ? Ne serait-il pas judicieux de salarier les élèves pour les motiver à l’étude ? Et que faire des questions religieuses introduites à l’école par les élèves ?
Ces interrogations trouvent déjà des réponses dans les écrits de Gauthey, une figure de pédagogue aujourd’hui oubliée. Cet ancien pasteur de Pestalozzi est devenu un pédagogue, voulant transmettre à tous l’amour de l’école et le bonheur d’apprendre. Premier directeur de l’École normale du Canton de Vaud en Suisse, puis de celle de Courbevoie en région parisienne pour la Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France, Gauthey était un réformé, gagné par « l’esprit et les idées » du Réveil de Genève. C’est à la fois en théologien et en pédagogue qu’il a bâti une théorie de l’éducation engageant le développement de l’homme dans sa complétude, et où le religieux « non confessionnel » et sans « rites » avait toute sa place. Ses positions contredisent l’idée reçue selon laquelle les protestants étaient tous favorables, « par nature », à une forme de « laïcité exclusive », et tous les fervent promoteurs des lois Ferry, celles même qui, en 1881-1882, ont scellé la séparation entre l’Église et l’École en France, et rendu l’école obligatoire et gratuite.

Docteur en sciences de l’éducation, Anne Ruolt prolonge ainsi ses investigations sur l’éducation protestante au XIXe siècle  (http://afhrc.hypotheses.org/632). Membre du laboratoire CIVIIC (Rouen) et chercheur associé au LISEC-Lorraine (Nancy), elle enseigne à l’Institut Biblique de Nogent (94).

Sommaire

Avant-propos : Histoire de « rencontres »

1. L’objet du livre : une personne et ses idées pédagogiques.
2. L’ami qui s’est fait connaître.
3. L’humain au cœur de l’histoire.
4. Les sources archivistiques de la « rencontre ».
5. Les « rencontres » occasion de l’écriture.

Chapitre 1er. Louis-Frédéric François Gauthey, pasteur et pédagogue du réveil

1. Gauthey, sa personne.
2. Gauthey, le pasteur.
3. Gauthey, le pasteur-pédagogue.
4. Gauthey, comme type du pédagogue-protestant érudit.

Chapitre 2ème. La théorie pédagogique de Gauthey ou le principe d’activité dans l’éducation pananthropique

1. L’anthropologie de Gauthey.
2. Le principe d’activité, et la vie.
3. La nature humaine.
4. Le triangle pédagogique de Gauthey.

Chapitre 3ème. La pratique pédagogique de Gauthey ou la méthode « naturelle »

1. Quatre lois et quatre principes.
2. Quel modèle pédagogique privilégier ?
3. Les récompenses et les peines.
4. Une éducation populaire « d’élite ».

Chapitre 4ème. L’héritage de Gauthey en France

1. La SEIPPF : l’aboutissement du Réveil de l’éducation protestante.
2. Les Lois Ferry sonnent le glas de l’École Normale de Courbevoie.
3. Les héritiers de la pensée de Gauthey et de la SEIPPF.

Conclusion
Bibliographie

Annexes

I. Louis-Frédéric François Gauthey
II. David César Chabrand : les écoles du dimanche.
III. Comité pour l’encouragement des écoles du dimanche.
IV. Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France.
V. Du libre arbitre et du serf-arbitre.

Index des principaux pédagogues et autres acteurs mentionnés.

Anne Ruolt, Louis-Frédéric François Gauthey (1795-1864), pasteur et pédagogue. Pour une pédagogie naturelle et panthropique, Paris, L’Harmattan (Pédagogie : crises, mémoires, repères), 2013, 31 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.