Journée d’études. Les zouaves pontificaux : mise en récit d’une expérience historique

zouaves pontificauxLa journée d’études qu’organisent Bruno Dumons et Jean-Philippe Warren le 5 juin 2013 explorera l’imaginaire suscité par les zouaves pontificaux. Cet imaginaire se retrouve dans de multiples sphères. Ainsi, dans le roman de la comtesse de Ségur, Après la pluie, le beau temps (1871), Jacques de Belmont part pour Rome, se bat parmi les zouaves et revient en héros. Cette mise en récit d’un événement historique – la défense des États pontificaux menacés – emporte rapidement la réalité que le roman est censé décrire. Dans les années suivantes, une pléthore de romans, poèmes, mémoires, processions, décorations et discours vont chercher à immortaliser les exploits des soldats du pape. Les faits attachés à cette levée d’hommes sont connus. Le bataillon des zouaves pontificaux est créé le 1er janvier 1861 et devient régiment au 1er janvier 1867. Il est constitué d’environ 10 000 volontaires, issus de 25 nationalités différentes, qui seront licenciés le 21 septembre 1870.
Moins connues sont les carrières de ces hommes, une fois le conflit terminé. De nombreuses associations d’anciens zouaves sont créées au retour des soldats (en France, les Volontaires de l’Ouest, qui ne sera dissoute qu’en 1981 ; au Québec, l’Union Allet,…) et des journaux liés à ces associations sont fondés (L’Avant-Garde est imprimée à Lille de 1892 à 1932). Des rassemblements et des réunions cherchent à perpétuer le souvenir des faits d’armes des combattants démobilisés tandis que plusieurs monuments en célèbrent l’héroïsme.
Bref, un véritable imaginaire prend forme à la fin du XIXe siècle. Appartenant à cette internationale « blanche », d’essence contre-révolutionnaire, les anciens volontaires élaborent le mythe du croisé moderne, du martyre et du héros catholique. Au Canada, le mouvement zouave renaît en 1899, poursuivant ses activités jusqu’aux années 1960. Sa dernière parution publique date de la visite de Jean-Paul II en 1984. En France, il est repris par l’Association des Descendants des Zouaves Pontificaux et des Volontaires de l’Ouest, laquelle organise en avril 2002 un « Jamboree des zouaves pontificaux ».

Les travaux qui seront présentés poseront des jalons pour mieux comprendre la structuration des réseaux des zouaves, leur idéal de chrétienté, leur description d’un croisé du Christ, leur identité comme groupe et leur quête de légitimité religieuse et sociale, voire politique. En même temps, elle entend aussi confronter cet imaginaire à la réalité de l’enrôlement des zouaves, à leurs rares activités militaires, à leur vie quotidienne dans une ville qui n’aimait pas ceux qui y étaient considérés comme des étrangers et aux ordres d’une curie pontificale.
Afin de tracer un tableau d’ensemble, cette journée d’études invite à présenter des travaux sur différents contextes nationaux et à mettre en commun certaines hypothèses de travail pour faire avancer un chantier de recherche international par ses campagnes sur le sol italien mais aussi par son idéologie, ses symboles et ses réseaux.

Programme :

9h30 : Bruno Dumons, CNRS-LARHRA, et Jean-Philippe Warren, Concordia University-Montréal : Introduction.

Rome et les Zouaves

10h00 : Matteo Sanfilippo, Université della Tuscia : Documents et souvenirs romains des zouaves.
10h30 : Jean-Philippe Warren, Concordia University – Montréal : Piopolis : la ville des papes.
11h00 : Dominique Marquis, Université du Québec-Montréal : Les zouaves québécois et le douloureux souvenir de l’invasion de Rome en 1870.
11h30 : Discussion.

Représentations de l’héroïsme

14h30 : Ollivier Hubert, Université de Montréal : La quête d’une virilité franco-catholique dans l’Empire britannique au XIXe siècle : le cas des jeunes zouaves pontificaux issus des collèges canadiens.
15h00 : Tine Van Osselær, Université de Louvain : « Ce merveilleux ensemble d’héroïsme, de dévouement et de vertu ». L’héroïsation des zouaves pontificaux dans les publications concernant la dévotion au Sacré-Cœur.
15h30 : Discussion.
16h00 : Pause.
16h30 : Catherine Foisy, Concordia University-Montréal : À la croisée des champs militaire et missionnaire : l’engagement d’anciens zouaves pontificaux dans la lutte anti-esclavagiste de Lavigerie et de sa Société (1877-1927).
17h00 : Cécile Vanderpelen-Diagre, Université libre de Bruxelles : Les soldats de la mémoire. L’évolution des représentations des zouaves pontificaux en Belgique de 1862 à aujourd’hui.
17h30 : Discussion.

Les travaux se dérouleront dans les locaux de l’ISH de Lyon, salle Elise Rivet, 14, avenue Berthelot (69007 Lyon ; métro : Jean Macé ; tramway T2 : Centre Berthelot).

Programme : Zouaves pontificaux. Programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.