Colloque. Entre judaïsme et christianisme : les conversions en Europe

Se tiendra les 24 et 25 octobre 2013, à la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, Paris, 6e) un colloque international portant sur les conversions en Europe de l’époque moderne à l’apparition de l’antisémitisme politique.
Il s’agit d’étudier les multiples facettes du problème de la conversion dans le nouveau contexte historique existant depuis la période des Lumières (première moitié du XVIIIe siècle) jusqu’à la naissance de l’antisémitisme politique (apparu, dans les années 1880, en Allemagne puis en France avec l’affaire Dreyfus) et marqué par le Concile Vatican I. Cependant, sensibles à la perspective de la longue durée, nous ne nous interdirons pas de jeter un regard sur le XXe siècle, jusqu’à Vatican II, et de traiter plus amplement de cette période à l’occasion d’un prochain colloque.
Le colloque d’octobre 2013 s’intéressera aux motivations des convertis, en considérant, à l’échelle de l’Europe, les sociétés chrétiennes face à un phénomène à la fois appelé par une logique religieuse et redouté par des craintes sociales et politiques. En cherchant à pénétrer dans le domaine de l’histoire juive contemporaine, on y introduira des acteurs peu connus et on examinera des aspects essentiels pour saisir la conversion, tels les états émotionnels, qui dans les dernières années sont devenus des objets de la recherche historique. En ne perdant pas de vue que, par delà les histoires nationales et les périodisations, la conversion se caractérise pour la période étudiée par une ampleur qui dépasse les normes du passé.
Cette approche propose donc autant d’arguments pour l’histoire comparée, transnationale ou croisée ; seule une comparaison à travers les frontières peut révéler la spécificité de chaque objet, et ainsi identifier ce qu’on peut considérer unique. Sans être un acte « exemplaire », la conversion est néanmoins loin d’être un phénomène marginal. Des groupes entiers ont disparu de la société juive, y compris les élites économiques qui en dirigeaient les affaires dans l’Occident des XVIIIe et XIXe siècles. De surcroît, les actes de conversion représentent un indice incontournable pour saisir la façon dont les juifs ont vécu les obstacles mis à l’intégration, l’antijudaïsme et l’antisémitisme. La conversion reste un élément-clé pour analyser la manière dont les juifs, quelle qu’ait été leur place au sein de la hiérarchie sociale et leur genre, ont expérimenté le déploiement de la modernité.
Constatant, d’une part, que le processus de l’émancipation a été lent et géographiquement différencié, et d’autre part, que la proportion de juifs au sein des pays était très variable, nous serons conduits à considérer séparément l’Europe occidentale, l’Europe méditerranéenne et l’Europe centrale de sorte qu’apparaissent les différences et les ressemblances en matière de conversion des juifs au christianisme ainsi que de leur éventuelle reconversion dont la spécificité ne peut pas être restituée uniquement par des analyses de données quantitatives ; il faudra nécessairement faire appel à de nouvelles sources documentaires.

Programme :

Jeudi 24 octobre 2013

9h : Accueil des participants par Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne, IRER), Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier), Paola Ferruta (Université Paris-Sorbonne, Marie Curie Fellow).

Groupes crypto-religieux et conversions au christianisme à l’âge moderne : sources et méthodologies nouvelles.
Présidence : Sylvie-Anne Goldberg, EHESS.

9h30 : Natalia Muchnik, EHESS : La norme de l’entre-deux ? Crypto-judaïsme versus cryptocatholicisme dans l’Espagne et l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles.
10h : Serena di Nepi, La Sapienza, Rome : Compulsory negotiations : neophytes, relatives, partners in the records registered by the Jewish notaries of Rome at the end of XVIth century.
10h30 : Evelyne Oliel-Grausz, Paris 1-Panthéon Sorbonne : Itinéraire d’un converti au XVIIIe siècle, de Venise jusqu’à Londres: David Aboab.
11h30 : Pause-café.

Conversions, mouvements religieux et transformations sociales en Europe entre le XVIIe et le XIXe siècle.

12h : Abraham Maltête, Alliance Israélite Universelle : Le Mohelbuch de Moïse et Simon Blum de Bischheim (Bas-Rhin).
12h30 : Andrzej Krzysztof Link-Lenczowski, Université jagellone, Cracovie : Les Juifs dans les transformations sociales et le frankisme pendant les dernières années de la République nobiliaire.
13h : Déjeuner.

Les enjeux institutionnels de la conversion et de la prévention : définitions typologiques.
Présidence : Daniel Tollet, Société des études juives.

15h : Dominique Bourel, CNRS/Université Humboldt : L’Institutum Judaicum de Halle au XVIIIe siècle: une machine à convertir ?
15h30 : Carsten L. Wilke, Central European University, Budapest : Trajectoires interreligieuses en milieu séfarade à l’époque moderne : conversions, duplicité, libre-pensée.
16h30 : Pause-café.
17h : Miklos Konrad, Institut d’Histoire de l’Académie des Sciences de Hongrie, Budapest : La typologie des conversions en Hongrie à l’ère du Vormärz.
17h30 : Philippe Landau, Consistoire central des Israélites de France : David Paul Drach ou l’appel d’une harmonie religieuse.

25 octobre 2013

Entre judaïsme et christianisme : liaisons dangereuses et répercussions politiques
Présidence : Dominique Bourel, CNRS/Université Humboldt.

9h : Marina Caffiero, La Sapienza, Rome : Miracles de conversion au XIXe siècle. Le cas de A. M. de Ratisbonne entre dimension subjective et nouveau contexte de la politique de Rome à l’égard des juifs.
9h30 : Deborah Hertz, Université de Californie, San Diego : Dangerous Politics, Dangerous Liaisons : Love and Faith among Radical Jews from Vilna to New-York City.
10h : Joël Sebban, Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Convertis et conversion dans l’histoire contemporaine française des relations entre la Synagogue et les Eglises chrétiennes (1806-1939).
11h : Pause-café.

Discours sur la conversion et les transformations des logiques de conversion entre les XIXe et XXe siècles.
Présidence : Cyril Grange, Université Paris-Sorbonne/Marina Caffiero, La Sapienza, Rome.

11h30 : Hannah Lotte Lund, Université Humboldt, Berlin : « It’s a pity that no real Jews are born anymore. » Discourses on conversion and exotic in the so called Berlin Salon around 1800.
12h : Agathe Mayeres-Rebernik, IRER-Université Paris-Sorbonne : L’évolution de la pensée catholique sur la question de la conversion, de Vatican I à Vatican II.
13h : Pause déjeuner.

Les conversions au christianisme en France au XIXe siècle. Élites et responsabilités consistoriales.
Présidence : Paola Ferruta, Université Paris-Sorbonne, Marie Curie Fellow.

14h30 : Max Polonowski, Paris : La mouvance Cerfberr, entre conversion et responsabilités consistoriales.
15h : Cyril Grange, Université Paris-Sorbonne : Un siècle d’alliances entre aristocrates et élites juives : les mariages mixtes à Paris, 1840-1940.
16h : Pause-café.

Analyses des données et réflexions théoriques sur la conversion
Présidence : Philippe Landau, Consistoire central des Israélites de France.

16h30 : Tullia Catalan, Université de Trieste : Les conversions et les désaveux de la communauté juive de Trieste entre le XIXe et le XXe siècle.
17h : Charles Kecskemeti, Paris : Le rôle de la néologie issue de la Haskala : prévenir les conversions.
17h30 : Paola Ferruta, Centre Roland Mousnier : Penser par cas : conversions au christianisme et retour au judaïsme à Trieste au XIXe siècle.
18h : Discussion finale.

Coordinatrice : Paola Ferruta, Marie Curie fellow, Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne).
Comité d’organisation : Mme Paola Ferruta ; MM. Martin Dumont (IRER), Cyril Grange (Centre Roland Mousnier) et Daniel Tollet (Société des études juives).
Comité scientifique : Mmes Danielle Delmaire, Paola Ferruta, Sylvie-Anne Goldberg, MM. Jacques-Olivier Boudon, Dominique Bourel, Denis Crouzet, Martin Dumont, Cyril Grange, Daniel Tollet.

Les séances se dérouleront salle de conférences D035 (Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris).
Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de Martin Dumont, avant le 21 octobre : martin.dumont[a]parissorbonne.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire