Hommage à Jean-Marie Mayeur

AVT_Jean-Marie-Mayeur_9201

Jean-Marie Mayeur serviteur de l’histoire religieuse de la France contemporaine

Depuis le grand colloque de Strasbourg de 1963 sur Forces religieuses et attitudes politiques (Fondation nationale des Sciences politiques, 1965), dont il assuma le secrétariat, Jean-Marie Mayeur a développé une œuvre qui se situe au croisement du politique et du religieux. Sans avoir beaucoup écrit sur l’histoire proprement religieuse des XIXe et XXe siècles, il a pourtant été l’une des chevilles ouvrières de sa reconnaissance universitaire. Tout a commencé pour lui dans ce domaine avec le Groupe d’histoire religieuse, plus connu sous le nom de son lieu de réunion bourguignon, La Bussière-sur-Ouche, dont il fut l’un des premiers membres au tournant des années 1950 et 1960, puis l’un des piliers. Il y a notamment servi de médiateur auprès des historiens pour les thèses d’Émile Poulat sur le catholicisme intransigeant. Élu professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris XII-Créteil en 1970, il n’a pas tardé à y animer un séminaire de réflexion sur l’histoire religieuse des XIXe et XXe siècles. C’est de ce groupe, qui réunissait Jean Baubérot, André Encrevé, Étienne Fouilloux, Claude Langlois, Jacques Prévotat, Claude Savart et quelques autres, qu’est issu le précis historiographique et bibliographique Histoire religieuse de la France (XIXe-XXe siècles). Problèmes et méthodes, chez Beauchesne en 1975 ; ou encore la recherche novatrice sur Libre Pensée et religion laïque en France (1979, Strasbourg, CERDIC, 1980).

La participation au jury de la plupart des thèses qui se soutenaient dans le secteur nourrissait chez cet excellent connaisseur de la carte universitaire le souci de mieux y insérer le religieux. D’où son rôle dans la naissance de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine sous les auspices de Roger Aubert, d’André Latreille et de René Rémond, dans les locaux de Sciences Po Paris en 1974, avec son double versant : lancement de thèmes nouveaux, comme celui de l’histoire des mouvements de jeunesse confessionnels, mais aussi action discrète de lobbying dans la profession. Il en fut le premier président de 1975 à 1978, avant Jacques Gadille, disparu comme lui en 2013. La visibilité ainsi accordée à un domaine en plein renouveau s’est traduite par l’élection de spécialistes d’histoire du christianisme dans plusieurs chaires d’histoire contemporaines générales, en province et à Paris. On pourrait évoquer encore le rôle de Jean-Marie Mayeur dans la création, tardive, d’une Commission d’histoire religieuse au sein du Comité, fort laïc, d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Devenu professeur en Sorbonne, il a pris une large part au travail collectif illustrant cet âge d’or de l’histoire religieuse en France. Aux côtés d’Yves-Marie Hilaire, il a dirigé avec le soin qu’on lui connaissait, pour le compte du Groupe de recherches coordonnées n° 2 du CNRS (Histoire religieuse moderne et contemporaine) la publication des volumes du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine dont la plupart sont des réussites (le Lyon de Xavier de Montclos ou les Sciences religieuses de François Laplanche entre autres). C’est tout naturellement à lui, et à son ami Jacques Gadille, qu’a été confiée la partie contemporaine de la monumentale Histoire du christianisme de Desclée qui a engrangé dans les années 1990 les résultats de quatre décennies de recherches : il a dirigé personnellement les volumes 12 (1990) et 13 (2000) sur le XXe siècle, dans lesquels il a rédigé de sa plume sûre et nuancée ce qui concerne les papes et l’activité politique du Saint-Siège. Ce travail de longue haleine au service de l’histoire religieuse contemporaine n’étant pas ce que l’on retient parfois de son œuvre, il méritait d’être rappelé.

Étienne Fouilloux, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2.

 

Jean-Marie Mayeur nous a quittés le 8 octobre 2013. Pour plusieurs d’entre nous, c’était un maître qui ne voulait pas être un maître, mais qui l’était, à sa manière discrète et exigeante. Quand on était son thésard, ou son ancien thésard, et qu’on le disait autour de soi, on se rendait vite compte qu’il existait autour de lui un consensus, qui passait assez largement les frontières des querelles historiographiques et politiques. Dans un milieu où l’on parle beaucoup et où les susceptibilités sont chatouilleuses, je ne lui ai pas rencontré de véritable ennemi.

Et cela était d’autant plus étrange qu’il disait nettement ce qu’il pensait. Qu’il avait une sorte de culte naturel pour l’indépendance d’esprit, qu’il aimait aussi chez les autres. Qu’il avait exercé beaucoup de responsabilités, et eu dans les années 1970 le redoutable honneur de commenter dans Le Monde les publications des autres Fils d’inspecteur général. Qu’il avait, je crois, une sorte de religion du service public, fortifiée par cette alliance devenue rare, mais qui l’était moins dans sa génération, de patriotisme, d’esprit républicain, de foi catholique et de libéralisme intellectuel. Son goût des responsabilités, sa curiosité pour la politique lui avaient donné une autre sensibilité rare : un sens du concret et des arrangements nécessaires. La conception de la laïcité qui irrigue les études rassemblées dans La Question laïque (Fayard, 1997), originale et pragmatique, en témoigne. C’est peut-être à cause de cela, qui lui permettait de ne pas perdre de temps sur les débats secondaires, d’aller droit à ce qui comptait, qu’il générait du consensus.

Il avait pu prendre place dans le monde des contemporanéistes avec une biographie parue chez Casterman en 1968, celle de l’abbé Lemire, sans trop se préoccuper de l’air du temps, et rester attentif au développement de la recherche sans jamais cesser de lire les anciens. Je le revois expliquer, se moquant de lui-même, qu’il avait écrit sur l’esprit républicain dans un ouvrage publié en 1963 sans avoir encore lu… Gabriel Hanotaux. Il aimait se définir comme un « lecteur », ce qui était bien réducteur, mais rendait compte du prix qu’il accordait, et qu’il nous apprenait à accorder, aux témoignages, aux divers points de vue des contemporains d’un événement. Cela lui donnait une humilité profonde, et aussi cette familiarité avec les milieux républicains et catholiques des années 1870 à nos jours qui nous impressionnait tant. Elle explose dès 1966 dans ce petit volume réédité en 2005 sur la Séparation des Églises et de l’État, elle se donne libre carrière dans Les Débuts de la IIIe République 1871-1898 (Seuil, 1973), Des partis catholiques à la démocratie chrétienne (Colin, 1980) ou La Vie politique sous la IIIe République (Seuil, 1984), ou dans Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises (Cerf, 1986).

Une conversation avec lui pouvait être d’une brièveté touchant au laconisme ou donner lieu à des échappées délicieuses. Elle ne pouvait jamais être vaine. Le jugement était rapide, éclairant, suffisamment pour que l’on se sente un peu soulagé de converger avec lui. Il n’y avait pas de solution de continuité entre la manière dont Jean-Marie Mayeur envisageait le passé, le milieu universitaire dont il avait une expérience variée (Nanterre, Saint-Étienne, Lyon II, Paris XII, Paris IV) et le milieu politique contemporain. Une seule chose lui manquait : le souci de mettre en valeur sa propre pensée. Je reste persuadé qu’on n’a ainsi pas pleinement reçu son dernier ouvrage, Léon Gambetta. La Patrie et la République (Fayard, 2008): par-delà l’approche biographique, l’auteur y bouscule énormément de poncifs historiographiques. Comme pour la laïcité, il n’y livre pas sa théorie, il faut la chercher entre les lignes. On est sûr de l’y trouver.

S’imposer en restant discret sur soi n’est pas chose facile. Mais l’œuvre est là, et nous sommes nombreux à penser qu’elle se révèlera durable. Quant à l’homme, je crois n’avoir pas été le seul à penser, en l’église Saint-Jacques du Haut-Pas, que son mélange de distance et de vraie passion pour l’histoire, de culture et d’engagement manquera aux années qui viennent.

Jérôme Grondeux, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.