Appel à communication. Les commencements: origines et fondations du religieux

cier.logoLes commencements : origines et fondations du religieux, le programme proposé pour 2015-2016 par le Centre Interdisciplinaire d’Étude du Religieux (MSH de Montpellier (http://www.msh-m.fr) poursuit la réflexion entamée en 2013-2014 autour du fait religieux interrogé par les recherches. Constructions disciplinaires (http://www.msh-m.fr/la-recherche/programmes-actuels/le-fait-religieux-interroge-par).
Il est projeté que chaque discipline, appartenant aussi bien aux sciences humaines qu’aux sciences physiques (au sens large), se saisisse du religieux à travers la question du ou des commencements.

Trois aspects particuliers de la question ont retenu l’attention du comité du CIER :

1. Certaines disciplines telles que l’histoire, la philosophie, la théologie, l’anthropologie ou la littérature – à travers l’étude de la mythologie notamment – mais aussi la linguistique, la cosmologie ou la biologie sont directement confrontées à la question des origines. L’exobiologie ne peut par exemple échapper à la question de l’origine de la vie. Pour d’autres, telles que la physique ou la chimie, la notion d’origine n’est pas liée à celle d’historicité. L’un des enjeux majeurs du programme sera donc dans un premier temps de s’interroger sur la notion même de commencement, ses aspects temporels ou principiels, structurants ou fondateurs, nécessaires ou accessoires. On pourra aborder d’une part des thèmes comme ceux de l’origine de la conscience, de l’âme ou du sujet, (l’inconscient, du religieux…) ; d’autres perspectives pourraient envisager les théories et représentations de l’évolution, la Genèse et Darwin mais aussi la cosmologie, la cosmogonie… Enfin, le rapport entre les sociétés et leurs mythes fondateurs pourrait constituer une autre approche… Il conviendra également d’être attentif, en dehors des monothéismes et de la culture occidentale, aux systèmes qui se réfèrent à la permanence ou au cyclique plutôt qu’à la notion de commencement…

2. Il pourrait d’autre part être pertinent d’analyser la manière dont s’établissent des processus menant de l’origine à la fondation. Parce qu’il entend disposer des commencements, le religieux est à la source de productions, de fondations d’institutions et de modèles sociétaux abondamment décrits au cours de l’histoire. Il s’agit d’examiner ici comment ces structures en appellent précisément à l’origine pour justifier leur existence, leur autorité ou leur pouvoir, voire leur mutation, passant ainsi d’un fondement de fait, à un fondement en droit. On peut penser, tant en histoire, en sciences politiques, qu’en anthropologie ou en littérature à la manière dont les pouvoirs « configurent » des généalogies à des fins de légitimation. Il pourrait d’autre part être pertinent d’analyser, par exemple dans le cadre de la sociologie religieuse, comment la fondation d’une institution ou d’un mouvement religieux puise l’origine de son système de croyances y compris dans des éléments de discours scientifiques.

3. Enfin, penser les commencements implique également de prendre en compte les ruptures et de s’intéresser aux recommencements et aux possibles. Comment penser la continuité à cause de ou grâce aux ruptures ? De quelle manière appréhender les recommencements et les reconfigurer afin de les rendre à nouveau acceptables tant par un individu qu’une société ? La question des origines examinée sous cet angle présente un aspect téléologique susceptible d’interroger plusieurs disciplines.

Le CIER – dont les membres sont majoritairement issus des lettres et sciences humaines – souhaite spécialement encourager, pour ce programme, la participation de chercheurs issus des sciences dures et/ou de l’histoire des sciences. Dans le but de favoriser le débat épistémologique le comité scientifique sera sensible aux propositions qui permettront, dans l’argument comme dans la forme, le partage des savoirs et le dialogue entre les disciplines.

Les propositions de communication devront parvenir avant le 15 septembre 2015 à Gilles Vidal (gilles-louis.vidal[a]univ-montp3.fr) ou Pierre-Yves Kirschleger (pierre-yves.kirschleger[a]univ-montp3.fr).
Les communications prononcées pendant les séminaires ont vocation, après examen du conseil scientifique, à paraître dans la revue Cahiers d’Études du Religieux. Recherches interdisciplinaires (http://cerri.revues.org).

Ce programme se déroule sur deux années civiles 2015-2016. Les séances du séminaire 2015 auront lieu le vendredi, en janvier, mars, mai, octobre, novembre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire