Les jésuites face au mouvement flamand

Vient de paraître sous la plume de Christian de Borchgrave, Les jésuites et le mouvement flamand. Histoire d’un engagement tardif mais virulent. Les jésuites, contrairement au clergé séculier, se tinrent pendant tout le XIXe siècle en général loin du mouvement flamand : ce ne fut qu’à la veille de la Première Guerre mondiale que naquit un courant flamingant au sein de la Compagnie de Jésus. Ce courant, qui profita de la situation politique en Belgique et atteignit son apogée dans les années 1920 et 1930, visa avant tout la néerlandisation de la vie jésuite en Flandre.
Plutôt que de mener leur combat dans les limites de leurs communautés et de leurs collèges, les jésuites flamingants l’étendirent à la société flamande tout entière. Dès avant 1914, quelques membres de la Compagnie œuvrèrent à la constitution d’une idéologie catholique du flamingantisme. Cette idéologie présentait la lutte en faveur de la langue, de la culture et de la nation flamandes comme faisant partie d’une autre lutte : celle pour la sauvegarde de la foi catholique en Flandre.
Les jésuites flamingants en vinrent finalement à lier si étroitement le catholicisme au nationalisme, que leurs adversaires leur reprochèrent de faire passer le politique avant le religieux, à la manière de Charles Maurras et de son mouvement d’Action française. Tel ne fut pas le cas : leur objectif premier était bien de restituer la Flandre au Christ. Il n’en est pas moins vrai que cet objectif dont l’accomplissement, à leur avis, nécessitait la disparition de l’État belge, les poussa ipso facto à l’activité politique, activité politique qu’ils menèrent principalement par la voie des fidèles. Ceux-ci, avance la conclusion de cette étude, en furent rapprochés du national-socialisme, de la collaboration et de la sécularisation.

Table des matières

Introduction.

Chapitre 1. Joseph Van der Moere (1791-1875), premier protagoniste jésuite du mouvement flamand.

Chapitre 2. La Compagnie de Jésus au dix-neuvième siècle : un ordre « antiflamand ».

Chapitre 3. La question des langues dans la province jésuite belge comme pomme de discorde.

Chapitre 4. Le principal point de litige : la néerlandisation des collèges de la Compagnie en Flandre.

1. Alost.
2. Anvers.
3. Bruxelles.
4. Gand.
5. Turnhout.

Chapitre 5. Les jésuites flamingants et leurs motifs : vers une idéologie catholique du nationalisme flamand.

1. Motifs sociaux.
2. Motifs linguistiques.
3. Motifs philosophiques et théologiques.
4. Motifs politiques.
5. Le clergé flamand, un clergé intransigeant : quelques explications possibles.

Chapitre 6. A la croisée de la politique et de la spiritualité : l’affaire du ‘faux mysticisme’ dans l’entre-deux-guerres.

1. La mystique et l’autorité ecclésiastique : une relation tendue.
2. Le « faux mysticisme » dans les provinces françaises et belges de l’ordre des jésuites.
3. Les avatars d’un terme : ‘faux mysticisme’ et nationalisme flamand.
4. Vraie et fausse mystique d’après le père Joseph Maréchal.

Chapitre 7. Le profil du jésuite flamingant.

1. Profil social.
2. Profil psychique.
3. D’une jeunesse flamingante intimement catholique.
4. Le jésuite flamingant par excellence : Jozef Van Opdenbosch.

Conclusion. Les jésuites flamingants, artisans d’une Action française version flamande ?

Annexe 1. Répertoire biographique des jésuites engagés dans la néerlandisation des collèges de leur ordre en Flandre.
Annexe 2. Texte du père John Janssens sur le mouvement flamand dans la province jésuite belge (1921).

Christian de Borchgrave, Les jésuites et le mouvement flamand. Histoire d’un engagement tardif mais virulent, Louvain, Peeters Publishers, (Annua Nuntia Lovaniensia, 68), 2014, XIV-207 p., 47 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.