Jésuites et sciences humaines dans le second XXe siècle

jésuites françaisIl y a eu un moment « sciences humaines » dans la France des années 1960, marqué par la publication des œuvres de Louis Althusser, Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Lacan ou Claude Lévi-Strauss. Fondées sur la mise en évidence de systèmes de signes qui s’imposent au sujet sans qu’il en ait conscience, ces œuvres constituent un défi de taille pour les croyants en l’existence d’un Dieu personnel accessible à la raison et à la liberté humaines.
Peu nombreux ont été les intellectuels chrétiens capables de relever un tel défi. Parmi eux, en avant-garde comme souvent dans le passé, plusieurs jésuites, malgré la crise que leur ordre connaît en France au lendemain du concile Vatican II. Alors que la réception de la vision cosmique de Pierre Teilhard de Chardin, mort en 1955, connaît son développement maximal, Paul Beauchamp, Louis Beirnaert, Michel de Certeau, Joseph Moingt, Georges Morel, Éric de Rosny ou François Roustang prennent au sérieux le défi, à leurs risques et périls, et tentent d’y répondre, moins par souci apologétique que par volonté de faire entendre une voix chrétienne dans un concert qui lui est largement étranger.
Sur cette saison de l’intelligence croyante confrontée au paradigme structural, ce livre dirigé par Frédéric Gugelot et Étienne Fouilloux réunit quelques pierres d’attente pour une synthèse à venir. Il participe d’une histoire du catholicisme français contemporain, et plus particulièrement de la Compagnie de Jésus en son sein. Il devrait intéresser aussi les curieux d’une histoire intellectuelle de la France des années 1960.
Après Jésuites et littérature (XIXe-XXe siècles) (2011, 288 p., http://afhrc.hypotheses.org/312), ce volume est le second de la collection à être consacré aux actes des journées d’études organisées en collaboration avec le Fonds des Fontaines et la Bibliothèque Municipale de Lyon (http://afhrc.hypotheses.org/771).

Table des matières :

Étienne Fouilloux, Université Lumière-Lyon 2 : Introduction.
Michel Fourcade, Université Paul Valéry Montpellier : Kant, Hegel et Compagnie.
Loïc Figoureux, Université catholique de Lille : La conversion de la Compagnie à Teilhard de Chardin dans les années 1960.
Dominique Avon, Université du Maine : L’aventure sémiologique des biblistes français et la Compagnie de Jésus.
Philippe Rocher, Bibliothèque universitaire Dijon : Les jésuites de France pédagogues et éducateurs et les sciences humaines.
Agnès Desmazières, docteure en histoire : Spiritualité jésuite et psychanalyse lacanienne : Louis Beirnaert, lecteur d’Ignace de Loyola.
Denis Pelletier, École pratique des Hautes Études : Loudun, Certeau, Mandrou. Un jésuite entre chez les historiens.
Frédéric Gugelot, Université de Reims : Le tournant des sciences humaines et la déprise institutionnelle : de l’éloignement à la rupture.
Jean-Louis Schlegel, Esprit : Parcours du témoin.
Frédéric Gugelot, Université de Reims : Conclusion.

Étienne Fouillloux et Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites français et sciences humaines (années 1960), Lyon, Chrétiens et Sociétés. Documents et Mémoires n° 22, 2014. ISBN : 979-10-91592-07-9.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire