Religion et nation en France sur la longue durée

2015-02-PETIT-God save la France-004À l’heure où la définition, la place et l’usage de la laïcité dans notre pays font plus que jamais débat, l’ouvrage de Vincent Petit, God save la France. La religion et la nation se propose de dresser l’histoire de la relation, en France, entre le pouvoir politique et le fait religieux, afin de comprendre le sens exact et incarné des mots laïcité, religion et nation.
Du XVIIe au XXe siècle, de l’Ancien Régime à la Ve République, en passant par la Révolution française, le Premier Empire, la Restauration, la IIIe et la IVe République, on découvrira comment nos rois, nos empereurs et nos présidents se sont mêlés de cette question, l’ont influencée, et sont allés jusqu’à commander oraison sur intercession. Même après 1905, l’État a continué de légiférer sur la prière en France et à réclamer à l’Eglise des offices à la gloire de la nation. Aucun des princes ne s’en est vraiment plaint, que l’on pense aux majestueux Te Deum de Charles de Gaulle ou à la dernière volonté de François Mitterrand, « une messe sera possible ». Et ce, jusqu’à nous… Ainsi la France, sous tous les régimes, a eu quelque mal à se passer de liturgie, ce moyen originel et désormais ultime de communication entre les pouvoirs spirituel et temporel.

Table des matières

Note liminaire
Introduction
1. L’encensement de l’État
2. L’affirmation souveraine du catholicisme
3 Le canon de la messe Pro Rege nostro
4 Les oraisons Quæsumus, omnipotens Deus
5 Les prières publiques Domine, salvum
6 Les prières publiques Te Deum
7 De la consécration à la fête
8 Vers une prière démocratique ?
Conclusion
Quelques éléments de comparaison en Europe

Vincent Petit, God save la France. La religion et la nation, Paris, Éditions du Cerf, 2015, 19 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.