Une biographie du cardinal Tisserant

Etienne Fouilloux vient de publier chez DDB une imposante biographie de celui qui orienta la politique extérieure du Saint-Siège pendant une bonne partie du XXe siècle  :

Eugène cardinal Tisserant, 1884-1972. Une biographie, Paris, DDB, collection « Pages d’histoire – biographie », 2011, 716 p., 39 euros.

Figure saillante de la Curie romaine, ne serait-ce qu’à cause d’une barbe photogénique, le cardinal Tisserant a servi six papes différents, de Pie X à Paul VI.
Né à Nancy en 1884, prêtre en 1907, savant voué à l’étude des langues orientales anciennes, Eugène Tisserant a été appelé à Rome en 1908 pour s’occuper des manuscrits orientaux de la Bibliothèque vaticane. Il y est resté jusqu’à sa mort en 1972, si l’on excepte les mois passés sous les drapeaux entre 1914 et 1919. Cardinal en 1936, il fut doyen du Sacré Collège en 1951. Cette longévité, doublée d’une exceptionnelle vitalité, a fait de Tisserant le témoin privilégié de tous les grands événements politiques et religieux d’un siècle qui n’en a pas manqué : deux guerres mondiales, l’expansion du communisme, l’apogée et la chute des empires coloniaux ; mais aussi la crise moderniste, trois conclaves et le concile Vatican II.
Tisserant n’a pas été seulement le témoin de tels soubresauts, il en a aussi été l’acteur : résistant déterminé au fascisme et au nazisme, il le fut ensuite au communisme ou à la décolonisation. Impossible d’écrire l’histoire de la Rome pontificale au XXe siècle sans faire au cardinal Tisserant la place qui lui revient de droit.

FOUILLOUX-Eugene cardinal Tisserant


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.