Les Ostensions. Une manifestation majeure du catholicisme limousin

ostensionsSous la plume de Paul D’Hollander, professeur émérite de l’université de Limoges, qui a longuement travaillé tant sur l’histoire religieuse du Limousin que sur les manifestations extérieures du culte catholique, vient de paraître Ostensions. Entre culte et culture. Deux siècles d’histoire limousine.

Le caractère mixte, cultuel et culturel, de ces manifestations septennales, propres au Limousin, a été récemment démontré, en 2013, tant par l’arrêt du Conseil d’État annulant les subventions des collectivités locales aux confréries et comités organisateurs des ostensions, que par leur inscription sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité établie par l’UNESCO.

Depuis leur reprise après la Révolution française, en 1806, les ostensions ont connu de nombreuses évolutions, tout en pérennisant un certain nombre de rites. Le regard des Limousins sur ces manifestations séculaires a, lui aussi, changé.

Le travail de Paul D’Hollander en retrace les évolutions et les replace dans leur contexte historique. Le clergé a vu pendant longtemps dans les ostensions le moyen, et l’occasion, de ramener la population à la pratique religieuse, et le culte des saints a parfois été connoté politiquement dans un sens conservateur, voire contre-révolutionnaire. Les initiatives de Mgr Rastouil (1939-1966), qui voulait rendre les ostensions « universelles », reposent sur la conviction que le culte des saints permettra de ranimer la foi dans son vaste diocèse (Grand Retour de Saint Martial en 1947, nouvelles ostensions). Les années 1970-1980 marquent un tournant. Des études historiques et sociologiques modifient le regard sur les ostensions, montrent que l’attachement aux saints trouve ses racines dans l’histoire et la société limousines, dans la personnalité culturelle du Limousin. Dans les années post-conciliaires, elles contribuent également à donner aux ostensions une dimension nouvelle : elles intéressent désormais un « Peuple ». Dans les décennies suivantes se développe un discours, tenu par le clergé et des élus, sur le caractère fédérateur des ostensions, qui permettent à des femmes et des hommes de toutes opinions et convictions de se retrouver et de travailler ensemble. Les pouvoirs publics, les collectivités locales participent alors à la préparation et au déroulement des cérémonies. Les manifestations culturelles (expositions, concerts, conférences) fleurissent. Les laïcs occupent une place croissante dans l’organisation d’ostensions qui se renouvellent, innovent, tandis que, amorcé depuis plus d’un siècle, s’affirme le caractère diocésain des ostensions.

L’étude s’appuie sur de multiples sources : ouvrages sur les ostensions et le culte des saints, nombreux au XIXe siècle, lettres pastorales, presse, y compris la presse paroissiale et diocésaine, études historiques et sociologiques, qui paraissent à partir des années 1970, documents produits par chaque lieu ostensionnaire…. Le choix des illustrations est également guidé par la volonté de faire correspondre celles-ci au texte, de montrer, quand c’est possible, des évolutions sur un siècle.

Paul D’Hollander, Ostensions. Entre culte et culture. Deux siècles d’histoire limousine, Brive-la-Gaillarde, Éditions Les Monédières, 2016, 320 pages, 22 €, ISBN : 978-2-36340-127-4 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.