Un tableau de la crise religieuse de la fin du Premier Empire

Boudon-HêmeLes manifestations tenues au début des années 2000 pour célébrer le bicentenaire de la conclusion du concordat entre Napoléon et Pie VII ont souligné, à juste titre, le caractère fondateur de cette transaction, entre émergence de l’État-Nation moderne et affirmation renouvelée du magistère pontifical.
En contrepoint, La crise concordataire. Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon, le volume dirigé par Jacques-Olivier Boudon et Rémy Hême de Lacotte examine, au travers de neuf contributions, le devenir de ce même pacte concordataire au moment où il affronte sa première véritable crise. Celle-ci marque incontestablement de son empreinte les dernières années de l’ère napoléonienne.
Longtemps larvé, l’antagonisme entre le Saint-Siège et l’État français se mue, à partir de 1808, en un duel paroxystique scandé d’épisodes dramatiques comme l’excommunication de Napoléon, l’enlèvement de Pie VII ou le fiasco du concile de 1811, jusqu’au retour triomphal du successeur de Pierre dans sa ville de Rome en 1814.
En faisant droit à la diversité des acteurs (clercs et fidèles, au sommet comme à la base) et des contextes (français et italien), ces travaux s’attachent à restituer la manière dont ces vicissitudes ont été vécues par les catholiques de l’Empire, partagés entre deux obédiences.
Quelles motivations ont inspiré leur soumission ou leur résistance ? Quel rôle la mémoire du passé révolutionnaire a-t-elle joué dans ces déterminations ? Quels liens peut-on établir avec les oppositions politiques à Napoléon ? Comment la crise a-t-elle nourri les controverses ecclésiologiques et les sensibilités internes au catholicisme ? Quelle image ressort-il du pontife romain ?
Autant d’interrogations centrales dans la compréhension du catholicisme européen du début du XIXe siècle et auxquelles on trouvera dans ce volume des éléments de réponse.

Table des matières :

Rémy Hême de Lacotte : Introduction.
Bernard Plongeron : Napoléon et la crise religieuse (1809-1812) : radioscopie d’un échec.
Jacques-Olivier Boudon : Bigot de Préameneu, ministre des Cultes de Napoléon, face à la crise du sacerdoce et de l’Empire.
Anne Philibert : Lamennais avant l’École mennaisienne 1808-1817.
Rémy Hême de Lacotte : De la faveur à la fronde : la grande aumônerie, Napoléon et l’échec du concile de 1811.
André Lanfrey : Le séminaire de Lyon et la crise du Sacerdoce et de l’Empire. Jean-Marie Mioland et ses amis à la recherche d’une mystique de résistance.
Giuseppe-M. Croce : Les Juifs de Toscane entre le Pape et l’Empereur. La prière du Vendredi Saint.
Veronica Granata : Rome sans pape (1809-1814). La capitale de la catholicité contre la ville de César.
Sylvio Hermann De Franceschi : Le spectre de Bossuet et des quatre Articles de 1682. Reviviscence d’une référence gallicane au temps de l’affrontement entre Pie VII et Napoléon.
Jean-Marc Ticchi : « Le voir est un sermon. » La représentation picturale du pontife romain au début du pontificat de Pie VII.

Jacques-Olivier Boudon et Rémy Hême de Lacotte (dir.), La crise concordataire. Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon, 1808-1814, Paris, SPM éditions (Institut Napoléon), 2016, 224 p., 21 € (diffusion : L’Harmattan).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire