Colloque international. Vatican II et crise doctrinale (1966-1967)

affiche concile vatican II et crise doctrinaleLes 12 et 13 mai 2016, se tiendra à Lyon un colloque international consacré au Concile Vatican II et la crise doctrinale : Rome et les Églises nationales (1966-1967), organisé par l’axe Religions et Croyances du LARHRA.
Le 24 juillet 1966, le cardinal Ottaviani, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, envoie une lettre aux présidents des Conférences épiscopales du monde entier pour leur demander de réagir sur dix questions portant sur la crise doctrinale au sein de l’Église catholique. Moins d’un an après la clôture de Vatican II, la démarche met à l’épreuve la collégialité définie par la constitution sur l’Église et soulève la pertinence des changements induits par les textes conciliaires. Le colloque se propose d’explorer le contexte dans lequel ce document a été diffusé et d’étudier quelques réponses dans une perspective comparative internationale.

Programme :

Jeudi 12 mai 2016

14h15. Introduction générale

Bernard Hours, directeur du LARHRA : Accueil des participants.
Christian Sorrel, Université Lyon 2, et Alessandro Santagata, Università di Roma « Tor Vergata » : Le questionnaire du cardinal Ottaviani, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (24 juillet 1966) : enjeux et perspectives de recherche.

15h. Après le Concile
Président de séance : Bruno Dumons, CNRS –LARHRA.

Étienne Fouilloux, Université Lyon 2 : 1966 : lendemain de concile ou début de crise ?
Philippe Chenaux, Université du Latran : Paul VI, le cardinal Ottaviani et la curie romaine.
MariaLuisa Lucia Sergio, Università Roma Tre : Le « drame de la doctrine » : le post-concile dans la documentation des archives du Conseil pontifical pour les laïcs.
Philippe Roy-Lysencourt, Université Laval, Québec – FRS-FNRS : La première réception du concile Vatican II par les catholiques traditionalistes à travers leurs réactions à la lettre Cum Œcumenicum du 24 juillet 1966.
17h : Discussion et pause.

17h30. Les réponses nationales (1)

Mathijs Lamberigts et Leo Declerck, KU Leuven : La réponse de la Belgique.
Franz Xaver Bischof, Ludwig-Maximilians-Universität München : Le cas allemand.
18h30 : Discussion.

Vendredi 13 mai

9h. Les réponses nationales (2)
Président de séance : Jean-François Chiron, Université catholique, Lyon.

Christian Sorrel, Université Lyon 2 : La Conférence épiscopale française et l’enquête Ottaviani. Fonctionnement institutionnel et positions doctrinales.
Lorenzo Planzi, Université de Fribourg : La Suisse et la lettre du cardinal Ottaviani.
Gianni La Bella, Università di Modena e Reggio Emilia, et Alessandro Santagata, Università di Roma « Tor Vergata » : La réception de la lettre Cum Oecumenico dans l’Église italienne : l’épiscopat, les organisations de laïcs et les revues de la contestation.
10h30-11h : Discussion et pause.
András Fejérdy, Académie des sciences hongroise – Université catholique Peter Pázmány, Budapest : La lettre du cardinal Ottaviani et la réception du concile Vatican II en Hongrie.
Gilles Routhier, Université Laval, Québec : La réponse de la Conférence épiscopale du Canada.
12h : Discussion et déjeuner.

14h. Les réponses nationales (3)
Président de séance : Olivier Chatelan, Université Lyon 3.

Feliciano Montero, Universitad de Alcala : El contexto político-eclesial español de la primera recepción del Concilio : predominio de la dimensión política.
Miranda Lida, CONICET, Argentina – Universidad Católica Argentina : La conferencia episcopal, la Iglesia y la sociedad argentina de mediados de la década de 1960. La recepción de la carta del cardenal Ottaviani de julio de 1966.
15h : Discussion.

15h30. Bilan et prospective

Alberto Melloni, Fondazione per le science religiose, Bologna : À propos de la Lex Ecclesiae Fundamentalis.
Denis Pelletier, École pratique des hautes études, Paris : Réflexions conclusives.

16h30 : clôture du colloque.

Les séances se tiendront à l’Institut des Sciences de l’Homme (14 avenue Berthelot, Lyon 7e), salle Élise Rivet.

Programme-dépliant : Vatican II. Programme

Comité scientifique :
Bernard Ardura, o. praem, président du Comité pontifical des sciences historiques (Vatican).
Franz Xaver Bischof, professeur d’histoire de l’Eglise, Université Ludwig-Maximilians, Munich.
Lucia Ceci, professeur d’histoire contemporaine, Université de Rome « Tor Vergata ».
Philippe Chenaux, professeur d’histoire de l’Église moderne et contemporaine, Université pontificale du Latran.
Jean-Dominique Durand, professeur émérite en histoire contemporaine, Université Lyon 3.
Étienne Fouilloux, professeur émérite en histoire contemporaine, Université Lyon 2.
Mathijs Lamberigts, doyen, Faculteit Theologie en Religiewetenschappen, KU Leuven.
Alberto Melloni, professeur, Université de Modène-Reggio Emilia et Université de Bologne, directeur de la Fondazione per le scienze religiose Giovanni XXIII, Bologna.
Denis Pelletier, directeur d’études, École pratique des hautes études, Paris.
Gilles Routhier, doyen, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval, Québec.

Comité d’organisation :
Christian Sorrel, professeur d’histoire contemporaine, Université Lyon 2 ; Olivier Chatelan, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Lyon 3 ; Alessandro Santagata, docteur en histoire, Université de Rome « Tor Vergata ».

Contact : christian.sorrel[a]univ-lyon2.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire