Appel à communication. Les cathédrales en guerre sur la longue durée

Les 8 et 9 juin 2017, se tiendra à Amiens, sous les auspices de l’université de Picardie Jules Verne, un colloque portant sur Les cathédrales en guerre, XVIe – XXIe siècle.

La cathédrale est l’église-mère d’un diocèse : siège de l’évêque, elle est le principal édifice religieux, souvent le plus monumental et parfois aussi le plus ancien, de ce territoire. Elle témoigne ainsi de l’influence, du rayonnement et de la puissance au cours des siècles de l’Église dans la plupart des dénominations chrétiennes. La cathédrale représente donc un symbole religieux, patrimonial, culturel voire politique pour le clergé et les fidèles, mais aussi, parfois, pour toute une partie de la population. C’est pourquoi elle ne peut échapper aux effets des guerres et de leur violence : sa taille la désigne comme un objectif repérable de loin ; sa fonction religieuse en fait dans certaines circonstances un enjeu pour rassembler et mobiliser la population ; elle peut aussi susciter au contraire une volonté de destruction, notamment iconoclaste, de la part de l’adversaire ; les cérémonies qui s’y déroulent pendant ou après les conflits implorent la protection divine, demandent la victoire, honorent les morts. Les enjeux politiques se mêlent également aux dimensions spirituelles pour élever certaines cathédrales en symboles nationaux. Enfin, l’édifice est un lieu de mémoire des guerres, par les cicatrices qu’il en conserve, par les monuments qui y sont édifiés, par les cérémonies qui y sont organisées.

Il s’agira de s’intéresser au sort des cathédrales dans la guerre, à ce qui s’y passe au quotidien comme dans les moments exceptionnels, ainsi qu’aux représentations qui les entourent. Elles ne sont pas en effet des édifices cultuels comme les autres. La cathédrale est à la fois sujet, objet et enjeu dans la guerre, elle est un espace religieux en guerre.
La géographie envisagée est celle de l’Europe occidentale, mais des comparaisons sont attendues avec le reste du Vieux Continent et le Moyen-Orient. Le champ chronologique concerné s’ouvre avec les guerres de religion, qui ont provoqué d’importantes destructions dans la statuaire des cathédrales, et se termine à l’aube du XXIe siècle, avec des conflictualités affectant les édifices du Moyen-Orient (comme la « profanation » de la cathédrale de Mossoul).
La thématique comprend toutes les formes de guerres, asymétriques, inter-étatiques, civiles ou mondiales, outre les révolutions : sans être au cœur du sujet, le « vandalisme révolutionnaire » peut néanmoins servir d’élément de comparaison. Quatre axes sont proposés.

1. Les cathédrales sinistrées

De Thérouanne (1552) à Dresde (1945), en passant par Ypres (1915), maints édifices ont été complètement anéantis ; d’autres ont été plus ou moins endommagés, à l’exemple du cas très connu de Reims. Dans quelle mesure certaines de ces cathédrales ont-elles été détruites délibérément, pour ce qu’elles étaient ? Comment sont gérés les édifices fragilisés et abîmés ? La question de la reconstruction – de son principe et de ses modalités –, se pose ensuite.

2. Les adaptations des cathédrales aux conflits

Elles sont d’abord matérielles, avec la mise en place de systèmes de protection, de surveillance et de gardiennage qui modifient leur aspect et affectent leur utilisation. Ces adaptations sont également religieuses, avec des cérémonies spécifiques du temps de guerre, prières pour la paix, funérailles de victimes ou Te Deum de la victoire, mais aussi des rites éventuels de purification. L’occupation de la ville épiscopale par l’adversaire peut avoir des incidences sur les pratiques liturgiques et la fréquentation de l’édifice. L’installation de mémoriaux après les conflits est une autre forme d’adaptation.

3. Les représentations guerrières des cathédrales

Ce peut être l’exploitation de leurs images de ruines, ou bien les symboles qu’elles revêtent pour des belligérants (le serment de Koufra en 1941 par exemple). On pourrait y associer les mythes et les légendes qui entourent ces cathédrales au cours des guerres. Cela suppose d’analyser discours et images sous les angles anthropologiques, théologiques, artistiques…

4. La cathédrale d’Amiens, d’une guerre à l’autre

Cet axe monographique est plus circonscrit, mais à travers une étude de cas régionale, il invite à réfléchir aux différents aspects d’une cathédrale confrontée aux deux guerres mondiales qu’elle a traversées sans trop de dommages.

On évitera le plus possible, sauf bien sûr dans ce quatrième axe, les contributions à caractère monographique pour privilégier les comparaisons, les mises en parallèle, les croisements de cas relevant de mêmes territoires, des mêmes thématiques ou de la même période chronologique. Le sujet invite à mêler les approches d’histoire religieuse, culturelle et politique, et d’histoire de l’art.

Les propositions de communication sont à adresser, d’ici le 1er octobre 2016, à Xavier Boniface  (xavier.boniface[a]u-picardie.fr) et Louise Dessaivre-Audelin (louise.audelin@u-picardie.fr).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire