Alimentation et religion. Publication de la journée d’études de l’AFHRC

Les actes de la journée d’étude de l’AFHRC de septembre 2013 consacrée à l’alimentation viennent d’être publiés. Il s’agit du numéro 29 de la collection Chrétiens et sociétés Documents et mémoires éditée par le Laboratoire de recherche historique Rhône Alpes (LARHRA UMR 5190). Sous la coordination scientifique  de Paul Airiau, Nourritures terrestres : alimentation et religion passe en revue deux siècles de représentations et de pratiques, du jeûne à la viande casher, des interdits aux acculturations alimentaires. Vous trouverez ci-dessous la quatrième de couverture, la table des matières et des informations pour la souscription.

S’« il faut manger pour vivre et non vivre pour manger », à suivre Molière, il faut tout autant, et peut-être davantage, croire pour manger. Que l’Occident contemporain l’ait assez largement oublié permet désormais aux historiens de ces temps qui sont les nôtres (c’est-à-dire depuis la fin du XVIIIe siècle) et attentifs au religieux de se saisir d’un sujet qu’ils ont encore trop peu traité, car il échappait à leurs préoccupations. En effet, nombre d’entre eux, des années 1960 aux années 2000, ont appartenu à ou sont issus d’une version modernisatrice du courant religieux qu’ils ont étudié. La relative identification de l’alimentation majoritaire à l’alimentation chrétienne (voire catholique) et la concomitance de leurs mutations ont fait que la question alimentaire ne fut jamais qu’un non sujet, tant elle est quotidienne, banale, normalisée – et, dans le cas du judaïsme, elle était tellement évidente qu’elle ne pouvait non plus être l’objet d’une approche historique. De plus, les modifications des manières religieuses de manger après la Seconde Guerre mondiale et Vatican II, marquées par une massive dérégulation institutionnellement organisée des pratiques d’abstinence et de jeûne, ont été comprises comme un accès à une religion intériorisée et épurée, articulée à l’entrée dans une forme de modernité alimentaire permise par l’agro-industrialisation et les prodromes de la mondialisation alimentaire (disponibilité en abondance, hors saisons et hors zones de production). Enfin, peut-être surtout, l’alimentation n’a jamais vraiment été objet de conflits herméneutiques et donc d’approches historiques, tant la réflexion et l’enquête sur l’ascèse se sont focalisées sur l’autre grand sujet du plaisir – le sexe. Faut-il alors s’étonner que le sujet n’ait pas suscité de grandes investigations ?

Table des matières

Paul Airiau : Nourritures terrestres, nourritures encore célestes ? En guise d’introduction.

Jean-François Galinier-Pallerola : Le déclin du jeûne dans le catholicisme des XIXe-XXIe siècles.

Bernard Patary : Le « Pain de vie » catholique romain et le « bon riz chinois » : un exemple d’acculturation en Malaisie (XIXe-XXe siècles).

Jean Laloum : Le consistoire israélite de Paris et l’activité de boucherie (1900-1920).

Lionel Obadia : Végétarisme et bouddhisme : diète, salut et interdits alimentaires, au fil du temps et des continents.

Jean-Pierre Chantin : L’alimentation dans les groupes religieux de marge depuis 1945, entre identité et sécularisation.

Une souscription est ouverte jusqu’au 31 décembre 2016 pour le lancement de ce numéro, au prix de 10 € avec frais de port offerts. Au-delà, le prix public sera porté à 12 € + 2,50 € de frais de port. Si vous êtes intéressé(e), merci de contacter Christine Chadier, secrétaire de rédaction de la collection, à l’adresse suivante :

RESEA / IHC
Université Jean Moulin Lyon III
18 rue Chevreul
69362 LYON Cedex 07
chretienssocietes@revues.org

Tél: 04-78-78-71-65


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire