L’amiral d’Argenlieu, une figure du XXe siècle entre religion, armée et politique

Tiré de sa thèse soutenue en 2014 à l’université Paris X-Nanterre sous la direction de Philippe Levillain, Thomas Vaisset, agrégé et docteur en histoire, chargé de recherche au Service historique de la Défense, vient de publier un ouvrage consacré à l’amiral Georges Thierry d’Argenlieu (1889-1964).
Celui-ci est entré dans l’Histoire avec le surnom irrévérencieux de « carme-naval », incarnation à l’eau salée de l’alliance du sabre et du goupillon. Sa légende noire veut qu’il ait déclenché la guerre d’Indochine en torpillant les efforts déployés par le général Leclerc pour parvenir à une solution négociée.
Moine-soldat du gaullisme, d’Argenlieu fut d’abord un marin qui a connu l’expérience de la Grande Guerre. Entré dans les ordres sous le nom de Louis de La Trinité, un temps séduit par les thèses de l’Action française, il est l’un des principaux artisans du renouveau intellectuel de la branche masculine du Carmel. Résistant de la première heure, aux avant-postes de la France libre, il a vécu la Seconde Guerre mondiale comme une croisade contre le nazisme et le régime de Vichy.
Fondée sur de riches archives publiques et privées pour la plupart inédites, cette biographie, à la croisée de plusieurs histoires – navale, religieuse, politique et coloniale –, entend retrouver l’unité d’un homme et l’intransigeance d’une vie, sans éluder les interrogations soulevées par un parcours singulier et controversé.

Thomas Vaisset, L’amiral d’Argenlieu. Le moine soldat du gaullisme, Paris, Belin (Portraits historiques), 2017, 595 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire