Journée d’étude AFHRC : appel à communications sur l’histoire globale

Comme chaque année, l’AFHRC tiendra sa prochaine journée d’étude lors du dernier samedi de septembre, soit le 29 septembre 2018. Le thème choisi par le Bureau s’intitule : « Histoire globale et histoire religieuse contemporaine : quel dialogue ? ». Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire ainsi que les modalités d’envoi des propositions. Soyez nombreux à répondre et relayez cet appel autour de vous. Merci d’avance !

Pour le bureau de l’AFHRC : Olivier Chatelan

Appel à communications pour la journée annuelle de l’AFHRC, Paris, 29 septembre 2018.

Histoire globale et histoire religieuse contemporaine : quel dialogue ?

L’histoire globale, relayée aujourd’hui par l’histoire connectée, n’a plus à démontrer sa légitimité. Depuis les années 1980 dans l’historiographie anglo-saxonne, depuis les années 2000 en France, elle s’est imposée comme un paradigme reconnu au sein de la communauté historienne. En dépit de la variété des démarches et malgré les critiques, fondées ou non, qui lui sont adressées, il n’est plus possible d’ignorer la pertinence d’une approche qui souhaite déplacer les questionnements et rapprocher les chronologies en dépassant la vision classique d’un diffusionnisme unilatéral à partir de centres (souvent occidentaux) vers des périphéries plus ou moins lointaines et passives dans leurs processus d’évolution. Si l’histoire économique et l’histoire culturelle, en particulier pour les Temps modernes, ont largement bénéficié de l’apport de la global history, qu’en est-il de l’histoire religieuse contemporaine ? L’ambition d’écrire une « histoire globale du religieux » a-t-elle une pertinence scientifique aujourd’hui, à quelles conditions peut-elle se construire et pour quels objets ?

À dire vrai, sans qu’ils trouvent parfois un intérêt particulier à l’afficher ou à expliciter leurs méthodes, bien des spécialistes de l’histoire du fait religieux contemporain ont adopté empiriquement dans leurs recherches des types d’approches ou des objets d’étude qui présentent des analogies avec l’histoire globale. Des réseaux de l’intransigeantisme contre-révolutionnaire à ceux des confréries soufies ; des missions outre-mer envisagées du point de vue des marges à évangéliser au maillage de la diplomatie vaticane ou aux circulations intellectuelles et militantes de l’islam politique ; des diasporas du christianisme oriental aux mobilités pèlerines : l’histoire des confessions religieuses se prête aisément à des approches transnationales ou mettant l’accent sur les circulations. Focalisation sur les espaces ou les lieux de contacts, étude des phénomènes de transferts et d’hybridation, jeux sur les échelles : tout un ensemble d’intuitions fondamentales pour rendre compte de phénomènes de croyances, de rites ou de savoirs religieux nourrissent déjà la réflexion des historiens du religieux contemporain.

L’AFHRC propose d’interroger ces pratiques de l’atelier de l’historien.  L’organisation d’un échange avec des auteurs venus de l’histoire globale (ou connectée) a pour but d’établir un dialogue entre des contextes historiographiques différents et d’enrichir potentiellement les interprétations. Sans céder à un phénomène de mode, il s’agit au contraire de saisir ce que l’histoire religieuse peut apporter à la compréhension d’ « évènements-monde » (de la construction des empires coloniaux à la participation des religieux à la Première Guerre mondiale ou aux contestations des années 1960-1970 par exemple).

Les communications accueillies lors de cette journée d’étude accorderont par conséquent une large place à l’explicitation des choix méthodologiques opérés, à partir de cas d’étude concrets. Elles pourront en particulier s’inscrire dans un ou plusieurs des questionnements suivants :

– quelle place les chercheurs spécialistes d’histoire globale accordent-ils dans leurs travaux au fait religieux contemporain ? Le traitement du religieux présente-t-il pour eux des spécificités ? Inversement, qu’ont à dire les historiens du religieux contemporain sur l’histoire globale telle qu’elle se lit ? Que peuvent-ils apporter à sa construction ? À quels types de difficultés se heurtent-ils (accès aux sources, maîtrise de la bibliographie…) et comment les résoudre ? Existe-t-il des difficultés méthodologiques et épistémologiques propres à l’approche globale du fait religieux ? Comment penser une histoire « à parts égales » du fait religieux ?

– les études de confessions a priori plus polycentriques que le christianisme romain, comme les protestantismes, l’orthodoxie, l’islam ou le judaïsme, se prêtent-elles davantage à un traitement « global » qui valoriserait réseaux, connexions et circulations ? Qu’en est-il de l’hindouisme et du bouddhisme ? À quelles difficultés se heurte ce traitement ?

– jusqu’à quel point la mise en place de réseaux de chercheurs à l’échelle internationale, induite de façon croissante par des logiques de compétition et de financement par de vastes programmes de recherche, conduit-elle les historiens du religieux à s’inscrire dans le champ de l’histoire globale ? Une histoire globale du religieux est-elle imposée par un environnement institutionnel valorisant la coopération internationale et l’interdisciplinarité ? Quels en sont les risques et les apports pour l’histoire religieuse contemporaine ?

Les communications peuvent porter sur toutes les religions et toutes les aires géographiques à l’époque contemporaine. Merci d’adresser le titre et un résumé de la communication (1500 signes environ) ainsi qu’une courte présentation de l’auteur à : olivier.chatelan@univ-lyon3.fr

Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 avril  2018. Réponse en mai 2018.

Le comité scientifique de la journée d’études est constitué des membres du Bureau de l’AFHRC : Isabelle Saint-Martin (EPHE/IESR) ; Nicolas Champ (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC) ; Olivier Chatelan (Université Lyon 3 / LARHRA) ; Anne Jusseaume (Labex EHNE SIRICE / CHSP) ; Charles Mercier (ESPE Bodeaux/ IUF) ; Florian Michel (Université Paris 1/SIRICE) ; Yann Raison du Cleuziou (Université de Bordeaux / Centre Émile Durkheim) ; Sarah Scholl (Fonds national suisse de la recherche scientifique) ; Olivier Sibre (SIRICE/EHNE), Chantal Verdeil (INALCO / IUF).

Bibliographie indicative

« Une histoire à l’échelle globale » (dossier), Annales. Histoire, sciences sociales, 2001/1.

« Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? » (dossier), Revue d’histoire moderne et contemporaine, numéro spécial, 54-4 bis, 2007.

« Islamic history as global history » (dossier), Journal of Global History, 2, 2007/2.

Dale T. Irvin, « World Christianity: An Introduction », Journal of World Christianity, 2008/1, p. 1-26.

Chloé Maurel, « Le tournant global de l’histoire. Récents développements en histoire globale dans le monde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121, avril-juin 2013, p. 127-152.

Pierre-Yves Saunier et Akira Iriye (dir.), Palgrave Dictionary of transnational history, Londres, Palgrave Macmillan, 2009.

Dominique Avon, Les religions monothéistes des années 1880 aux années 2000, Paris, Ellipses, 2009.

Alain Dieckhoff et Philippe Portier (dir.), L’enjeu mondial. Religion et politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

Christopher Alan Bayly, The Birth of the Modern World (1870-1914). Global Connections and Comparisons, Blackwell Publishing, 2004.
Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire