Tempérance et religion, de l’Antiquité à nos jours.

L’AFHRC signale le colloque « L’épreuve de la limitation : tempérance, abstinence et religion »organisé par Mokhtar Ben Barka, Christophe Leduc et Olivier Rota les 14 et 15 mars 2018 à l’Université d’Artois (Arras, Maison de la recherche, salle des colloques).

Mercredi 14 mars 2018
Après-midi : Antiquité et Moyen âge

13h45 : Accueil

14h00 : Mots d’introduction des organisateurs

14h15-14h45 : Catherine Vialle (Institut catholique de Lille) : La limite, la tempérance et l’abstinence comme chemins vers l’altérité dans l’Ancien Testament.

14h45-15h15 : Aude-Sophie Dulat-Gravier (doctorante, Faculté de Théologie de Strasbourg) : Ascèse ou vertu ? Différenciation du discours de la modération dans la pensée d’Ambroise de Milan.

15h15-15h30 : Échanges avec la salle.

15h30-15h45 : Pause.

15h45-16h15 : Jean Heuclin (Institut catholique de Lille) : Tempérance et abstinence chez les clercs et les laïcs durant le haut Moyen-Âge.

16h15-16h45 : Mireille Demaules (Université d’Artois) : Du refus du plaisir à l’idéal de modération : réflexions sur quelques exemples de la littérature médiévale.

16h45-17h00 : Échanges avec la salle.

Jeudi 15 mars 2018
Matin : Le protestantisme moderne et contemporain

9h00-9h30 : Alain Joblin (Université d’Artois) : Luther, chantre de l’obésité ? Les Réformateurs et la tempérance.

9h30-10h00 : Victoria Afanasyeva (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne) : Journal de Marie Poujol : histoire d’une protestante engagée dans la lutte antialcoolique à Paris (1895-1912).

10h00h-10h15 : Échanges avec la salle.

10h15-10h30 : Pause

10h30-11h00 : Mokhtar Ben Barka (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) : Tempérance et Prohibition aux États-Unis.

11h00-11h30 : Audrey Bonvin (doctorante, Université de Fribourg) : (Re) Définitions de la modération et de la privation de la trinité Spiritueux-SpiritualitéSensualité par les « croisées » des Women’s Temperance Unions.

11h30-11h45 : Échanges avec la salle.

Après-midi : En dehors du protestantisme : quelle place à la tempérance, de l’Ancien Régime à nos jours ?

14h00-14h30 : François Raviez (Université d’Artois) : L’Ancien Régime : diète et sobriété au Grand Siècle.

14h30-15h00 : Serge Boarni (docteur de l’Université Aix-Marseille I) : La rupture du jeûne comme expérience de la limite. Une étude casuistique.

15h00h-15h15 : Échanges avec la salle.

15h15-15h30 : Pause.

15h30-16h00 : Olivier Rota (Université d’Artois) : Les catholiques anglais et la question de l’alcoolisme. Aspects sociaux, théologiques et économiques, du milieu du XIXe s. au milieu du XXe s.

16h00-16h30 : Charles Coutel (Université d’Artois) : L’épreuve de la limitation. Lecture philosophique.

16h30-16h45 : Échanges avec la salle.

16h45-17h00 : Conclusions.

À l’hybris de la passion, le christianisme oppose la limite d’un comportement vertueux défini par sa capacité à se limiter. Notion éminemment chrétienne, la temperantia, la modération, a donné lieu à tout un courant de pensée, qui s’est traduit en une littérature morale, mais aussi en controverses modernes et contemporaines, ainsi qu’en mouvements. Les mouvements dits de «tempérance», prônant la limitation de la consommation de l’alcool, d’abord en Angleterre, Irlande et États-Unis, mais aussi en France, se sont présentés comme autant de traductions sociales de la moralité chrétienne entre le milieu du XIXe et le milieu du XXe siècles. Ces derniers mouvements se présentent tantôt comme des mouvements de modération, et tantôt comme des mouvements d’abstinence – ce qui nous pousse à envisager l’étude de la tempérance au regard de celle de la continence, à la fois dans le domaine de la consommation d’alcool ou de nourriture, et de manière plus large dans celui des plaisirs.
Prenant la parole devant l’Académie française en 1934, Paul Valéry s’exclamait : «VERTU […], ce mot Vertu est mort, ou du moins, il se meurt. Vertu ne se dit plus qu’à peine. J’avoue ne l’avoir jamais entendu. Ou, plutôt, et c’est plus grave, les rares fois où je l’ai entendu, il était ironiquement dit. Je ne me souviens pas, non plus, de l’avoir lu dans les livres les plus lus et les plus estimés de notre temps.» Valéry constatait par ces quelques mots du doute et du sarcasme qui commençait à planer devant les injonctions de la morale traditionnelle. Or, après une éclipse liée aux traumatismes de la guerre et de la formation des corps au service de la patrie, l’attention au corps retrouve depuis peu, entre autre sous l’influence d’un discours hygiéniste, une nouvelle actualité dans nos sociétés contemporaines. Parallèlement, la tempérance et l’abstinence semblent enregistrer depuis quelques années de nouvelles résurgences au sein de courants chrétiens conservateurs, appelant notamment à une nouvelle moralité limitatrice, en termes de sexualité notamment. L’idée, sous-jacente à ces nouvelles résurgences, est que seul un corps maîtrisé permet d’aboutir à une passion maîtrisée.
Nous voudrions, à l’occasion de ce colloque, interroger les notions de tempérance et d’abstinence, mais aussi leurs expressions argumentatives, théologiques et historiques. L’épreuve de la limitation, qui concerne tout croyant, pourra être aussi conçue comme une épreuve pour la religion elle-même, et sa capacité à limiter ses propres injonctions dans le domaine moral et face à l’excès. La modération n’est-elle pas la condition préalable à la sociabilité ? Et l’appel à la modération plutôt qu’à la privation ne constitue-t-elle pas finalement la seule voie possible à une morale respectueuse de la liberté du croyant ? Quelle place à la tempérance, dans un monde dans lequel la morale, définie par l’institution ou le groupe, est interrogée par la conscience individuelle ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire