Saint Vincent Ferrier : histoire et postérité d’un prédicateur européen.

L’AFHRC se fait l’écho d’un appel à communications en vue du colloque « Saint Vincent Ferrier :  histoire et postérité d’un prédicateur européen » organisé par Mathieu Dubois (maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de l’Ouest) et qui se tiendra à Vannes le 5 avril 2019.

Il y a six cents ans s’éteignait le dominicain valencien Vincent Ferrier, saint très populaire dans l’Occident qu’il avait parcouru, de la péninsule ibérique à l’Écosse en passant par le midi de la France, l’Italie et finalement la Bretagne où il mourut à Vannes, en mars 1419. Prototype d’une vie de dominicain partagée entre la route et la prédication, sa biographie s’inscrit dans le cadre du mouvement du grand schisme d’Occident où il prit parti pour le pape Benoît XIII avant de retourner dans le giron de l’Église romaine. Prêcheur de l’Apocalypse, il fut également la voix puissante d’une dévotion plus individualisée qui cherche son chemin entre pratiques suspectes qualifiées d’hérésie et essor de la prédication dont il est un acteur majeur.

À l’occasion des célébrations du 600e anniversaire de sa mort dans la ville de Vannes, l’Université catholique de l’Ouest-Bretagne Sud, en partenariat avec les Archives départementales du Morbihan, organise un colloque scientifique. Ce colloque s’adresse principalement aux historiens, historiens de l’art mais aussi sociologues et anthropologues intéressés par la période médiévale comme par la réception de l’œuvre de saint Vincent Ferrier aux époques moderne et contemporaine.

L’un des enjeux scientifiques du colloque consistera d’abord à dresser un état des sources concernant la vie de saint Vincent Ferrier, ainsi qu’un bilan historiographique.

Il sera également l’occasion de donner du relief à un protagoniste marquant de son temps en replaçant la figure du saint parmi les grandes thématiques de la période telles que la pratique religieuse au début du XVe siècle. Un autre élément de contextualisation s’appuiera sur ses rapports avec l’altérité et notamment avec le monde juif fragilisé par les exclusions et violences qui le frappent. Cet aspect essentiel du parcours de Vincent Ferrier apparaît particulièrement révélateur de sa pensée et de son mode de fonctionnement envers ces communautés. Enfin, au fil de ses pérégrinations, le discours du prédicateur s’adapte aux différents contextes et publics rencontrés. L’analyse de ces évolutions constitue également un aspect intéressant à étudier.

La thématique des miracles, élément nécessaire à tout dossier de canonisation, pourra être mise en regard avec d’autres saints contemporains. Elle pose en particulier la question de l’objectif poursuivi par le duc Jean V en demandant son élévation sur les autels. Témoin des grandes divisons de l’Église du XVe siècle, des ruptures politiques liées à la reprise de la guerre de Cent Ans, saint Vincent Ferrier se présente comme un témoin mais aussi comme un acteur de ces heurs et malheurs d’une chrétienté bousculée qui cherche à se réunifier.

Au-delà de 1419, une autre piste de réflexion s’ouvre avec la réception du saint et sa postérité. Son iconographie dans les enluminures mais aussi et surtout dans les vitraux dans l’espace européen pose directement le problème de la réception et de sa mise en scène par l’Église jusqu’au XIXe siècle. Comment a été choisie la figuration du saint ? La réception du saint peut aussi s’envisager de manière géographique et chronologique jusqu’à aujourd’hui : pourquoi ce saint fut-il populaire et pourquoi ne l’est-il plus vraiment sauf dans des niches comme celle liée à sa mort dans le diocèse de Vannes ? Les lieux de sa mémoire pourraient ici être davantage explorés (dédicace d’églises et collèges catholiques, statues, tableaux…).

Toutes ces pistes permettront de retracer la complexité du dominicain valencien grâce à des interrogations renouvelées sur des sources écrites, monumentales et iconographiques dispersées mais qui doivent pouvoir composer un portrait affiné et plus complet.

En fonction des contributions, une publication pourra être envisagée, soit sous la forme d’actes, soit sous celle d’une biographie renouvelée à plusieurs voix de saint Vincent Ferrier.

Les propositions de communication d’une page maximum comprenant un titre provisoire devront être adressées, accompagnées d’un bref CV, au plus tard le 15 septembre 2018 à l’adresse suivante : mdubois@uco.fr

Organisation

  • Mathieu Dubois, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de l’Ouest

Comité scientifique

  • Christine Bousquet, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Tours
  • Daniel Baloup, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2
  • Jehanne Roul, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université catholique de l’Ouest
  • Georges Provost, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rennes 2
  • Matthieu Brejon de Lavergnée, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne
  • Florent Le Nègre, directeur des Archives départementales du Morbihan

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire