Les chrétiens en Mai 68 : témoignages et recherches.

L’AFHRC signale deux ouvrages parus récemment et une manifestation scientifique à venir prochainement sur l’histoire des chrétiens en Mai 1968.

Mai 68 raconté par des catholiques : par Guy Aurenche, Maurice Bellet, Jacques Gaillot, Jacques Musset…, Paris, Éditeur : Temps présent, 2018, préface de Denis Pelletier.

Ils étaient prêtres, directeur de séminaire, aumônier de lycée, enseignants en théologie, étudiants, lycéens. Catholiques, ils ont vécu Mai 68 comme un moment fort de libération de la parole, d’interrogation féconde du principe d’autorité et d’émancipation des femmes.Ce fut pour eux le prolongement naturel – parfois excessif ou maladroit – du Concile Vatican II. Ils dévoilent dans ce livre des témoignages inédits, vécus de l’intérieur : des Grands séminaires de Reims (Mgr GAILLOT), d’Arras (Mgr NOYER) et de Viviers (Gui LAURAIRE), de l’aumônerie d’Assas en plein Quartier latin (Guy AURENCHE), des lycées de Nantes (Jacques MUSSET), Massy (Marie-Noëlle LIENEMANN) et St Germain en Laye (François VAILLANT), et des facs de Toulouse (René POUJOL) et de Nanterre (François SOULAGE).

Les auteurs :
Guy AURENCHE, avocat honoraire, ancien président du CCFD et de l’ACAT.
Maurice BELLET, prêtre et théologien.
Mgr Jacques GAILLOT, évêque de Partenia.
Gui LAURAIRE, prêtre et théologien.
Marie-Noëlle LIENEMANN, sénatrice, ex ministre.
Jacques MUSSET, bibliste.
Mgr Jacques NOYER, évêque émérite d’Amiens.
René POUJOL, blogueur, ancien directeur del’hebdomadaire Pèlerin.
François SOULAGE, ancien président du Secours catholique, président du collectif Alerte.
François VAILLANT, directeur de la revue Alternative Non Violente.
Préface de Denis PELLETIER, historien, directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

– Yves Chiron, L’Église dans la tourmente de 1968, Paris, Artège, 2018.

Quatrième de couverture : Le grand mouvement de contestation qui a secoué la France en Mai-Juin 1968 n’a pas épargné l’Église. Certains clercs (prêtres séculiers, dominicains, jésuites) ont soutenu la contestation étudiante et sociale. Puis la contestation a visé l’Église elle-même comme institution, remettant en cause le rôle et l’image du prêtre. Longtemps le sujet a été tabou. Yves Chiron raconte cette année 1968 dans l’Église, sans se limiter à la France. Car cette année est marquée aussi par de grands événements ecclésiaux : face à une crise de la foi grandissante, Paul VI proclame un Credo solennel ; le pape publie aussi une encyclique sur la contraception, Humanae Vitae, qui sera très contestée, y compris par certains épiscopats ; la théologie de la libération émerge lors de la Conférence de Medellin.
Le dépouillement systématique de la presse de l’époque et les témoignages des acteurs de cette année ont été complétés par l’exploration de diverses archives, notamment les très riches Archives diocésaines de Paris, faisant de cet ouvrage un document exceptionnel.

 

Colloque « Mai 68 : les chrétiens à Lyon » organisé par Daniel Moulinet (UCLy) et Valérie Aubourg (UCLy) le vendredi 18 mai 2018 à l’Espace Marc Bloch, Institut des sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon, avec le soutien du LARHRA UMR 5190 et de l’Université Jean Moulin – Lyon 3.

“Les événements de mai 1968” – selon une dénomination usuelle – sont souvent perçus comme marquant un bouleversement, voire une rupture profonde, dans la société française. À cette époque, la vie chrétienne à Lyon est riche de multiples composantes, catholiques et protestantes, tant intellectuelles que pastorales, avec ses couvents d’études et ses Facultés catholiques, avec le dynamisme de ses paroisses et de ses mouvements de laïcs. Comment des croyants – dans et hors des Églises – ont-ils été acteurs des “événements” et comment ceux-ci ont-ils modifié les institutions et mouvements chrétiens, de manière plus ou moins durable ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles tenteront de répondre, des historiens universitaires, réunis à ce colloque, pour offrir de l’événement un regard renouvelé, un demi-siècle plus tard. Une table ronde donnera également la parole à des acteurs de l’événement.

8 h 45 : Accueil
9 h 00 : Ouverture par Bernard Hours, directeur du Larhra.
Présidence de séance : Bruno Dumons (CNRS – LARHRA)
9 h 30 : Étienne Fouilloux (Université Lumière Lyon 2 – Larhra) : Les chrétiens français dans les mouvements du printemps 68.
10 h 00 : Olivier Chatelan (Université Jean Moulin Lyon 3 – Larhra) : Les chrétiens à Lyon à la veille de Mai 1968.
10 h 30 : Jean-François Cullafroz (journaliste professionnel honoraire, étudiant en sciences politiques, Université Lyon 2) : L’Église catholique et L’Église réformée pendant Mai 68 et ses prolongements.
11 h 00 : Pause
11 h 20 : Table ronde avec des témoins et des acteurs.
12 h 30 : Déjeuner (libre)

APRÈS-MIDI
Présidence de séance : Claude Prudhomme (Université Lumière Lyon 2 – Larhra)
14 h 15 : Daniel Moulinet, (UCLy – Larhra) : Mai 68 et ses répercussions à la Catho de Lyon.
14 h 35 : Jean François Zorn, (Faculté de théologie protestante de Montpellier) :  Mai 68 à l’École préparatoire de théologie protestante de Saint-Cyr-au-Mont-D’or.
14 h 55 Mathilde Dubesset, (IEP de Grenoble – Larhra) : Catholiques et protestantes à Lyon, en 1968 et au début des années 1970.
15 h 15 : Tangi Cavalin (CEMS/IMM/ EHESS) : Le couvent dominicain de la Tourette en Mai 68.
15 h 40 : Valérie Aubourg (UCLy – GSRL) : Mai 68 et ses effets chez les étudiants jésuites.
16 h 00 : Pause
16 h 20 : Temps d’échange avec la salle.
17 h 00 : Jean-Dominique Durand (Université Jean Moulin Lyon 3) : Conclusions.

Entrée libre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire