« L’affaire Gilson », un débat sous la IVe République

Prolongeant son ouvrage Étienne Gilson. Une biographie intellectuelle et politique, Florian Michel, maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire contemporaine (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) vient de faire paraître un nouvel ouvrage : Le neutralisme au seuil de la Guerre froide. Entre culture, pouvoir et relations internationales : l’affaire Gilson.
Alors que la troisième guerre mondiale semble imminente au printemps 1950, le journal L’Observateur plaide pour la neutralité européenne : « Le spectre de la guerre hante à nouveau ce continent; mais des hommes qui refusent de désespérer ont tenté ces dernières années d’évoquer les moyens divers qui permettraient d’éviter à notre pays la dévastation matérielle et l’irréductible schisme qui résulteraient d’un éventuel conflit. C’est ainsi que les mots neutralité et neutralisme ont été prononcés avec de plus en plus d’insistance engendrant études et polémiques. » La plus célèbre de ces polémiques oppose frontalement, entre 1949 et 1951, Raymond Aron à Étienne Gilson, le journal Le Figaro au journal Le Monde, et donne jour à ce qui est connu sous le nom de « l’affaire Gilson ».
Deux intellectuels de premier plan échangent des arguments sur deux thèses inconciliables. La France sera-t-elle « atlantique » ou « neutraliste » ? Il en va de l’équilibre de la IVe République, dont la politique intérieure et extérieure dépend étroitement de l’aide financière et militaire des États-Unis.
Appuyé sur les archives de la présidence de Vincent Auriol, du Quai d’Orsay et des intellectuels les plus engagés dans la controverse, Raymond Aron, Waldemar Gurian, Hubert Beuve-Méry et Étienne Gilson, le travail de Florian Michel se propose de caractériser le neutralisme français sur le plan politique, diplomatique et culturel.

Florian Michel, Le neutralisme au seuil de la Guerre froide. Entre culture, pouvoir et relations internationales : l’affaire Gilson, Paris, Vrin, 176 p., 10 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.