Une étude de l’Eglise maronite sur le long terme

Le mardi 27 mars 2012, Joseph Tannoury soutiendra sa thèse de doctorat en Science politique consacrée à L’Eglise maronite et la politique (1736-2006), préparée sous la direction de Philippe Portier (Professeur des Universités, Directeur d’Etudes à l’Ecole pratique des Hautes Etudes), au sein de l’Institut du Droit Public et de la Science Politique (IDPSP) de l’Université Rennes 1.

Nombre d’observateurs considèrent que les chrétiens du Moyen-Orient sont, en ce début du XXIème siècle, en voie de disparition. Symbole d’une fin annoncée comme imminente : la communauté maronite qui, après avoir réussi à créer en 1920, une entité libanaise indépendante et un Etat assurant aux Chrétiens comme aux Musulmans l’égalité civile et la liberté religieuse, traverse, au sortir du conflit libanais (1990), une crise multidimensionnelle due à la perte de sa prépondérance politique et démographique et aggravée par l’occupation syrienne du pays. Divisée et en proie à l’Ihbat (désenchantement), elle serait ainsi placée sur la pente irréversible du déclin. Mais les promoteurs de cette thèse du déclin, se fondant principalement sur des données démographiques, omettent de considérer l’influence de la religion dans la vie d’une communauté chrétienne qui se considère, nonobstant sa situation minoritaire, en mission en terre d’Islam. La grande capacité de son pôle religieux à maintenir sa cohésion et à mobiliser ses ressources lui ont permis de surmonter ses crises et les rendre, aujourd’hui comme hier, passagères, assurant ainsi la pérennité du maronitisme à travers l’histoire. Ce travail tend à démontrer comment le pôle religieux maronite s’emploie durant ces trois derniers siècles, d’une part à rallier les fidèles autour d’une stratégie de résistance en temps de crise et, d’autre part, à reconstruire la communauté autour de son identité et de sa mission religieuses et à développer sa stratégie de conquête en temps de paix.

La thèse sera présentée devant : Daniel Bourmaud (Professeur, Université Montesquieu – Bordeaux IV, rapporteur) ; Georges Charaf (Professeur, Université Libanaise, rapporteur) ; Frédéric Lambert (Professeur, Université de Rennes 1) ; Aïda Kanafani-Zahar (Chargée de recherche habilitée à diriger des recherches, CNRS) ; Philippe Portier (Professeur, Directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes/Paris-Sorbonne, directeur de thèse).

La soutenance aura lieu à la Salle du Conseil, Premier étage, Faculté de droit et de science politique de Rennes, 9 rue Jean Macé, Rennes,  le mardi 27 mars à 14 h 30.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.