Les catholiques français face à l’Unité italienne (1856-1871)

Le vendredi 23 novembre 2018 à 14h30, en Sorbonne (Paris), Arthur Hérisson, doctorant à l’Université Paris 1, soutiendra sa thèse de doctorat, intitulée Les catholiques français face à l’unification italienne (1856-1871). Une mobilisation internationale de masse entre politique et religion préparée sous la direction de Philippe Boutry et Gilles Pécout.

Elle sera présentée devant le jury suivant :
M. Jacques-Olivier Boudon, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université
M. Philippe Boutry, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur
Mme Catherine Brice, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Est Créteil
M. Daniel Menozzi, professore ordinario à la Scuola normale superiore de Pise
M. Gilles Pécout, professeur d’histoire contemporaine à l’École normale supérieure de Paris, recteur de l’Académie de Paris, directeur.

Elle aura lieu dans la Salle des Commissions (entrée par le 46, rue Saint-Jacques, Paris) et débutera à 14h30. Un pot amical suivra, dans la bibliothèque du Centre d’histoire du XIXe siècle (salle G014, esc. C, 3e étage).

Ce travail étudie les répercussions de l’unification italienne sur le catholicisme français de 1856 à 1871. Alors que les catholiques avaient été jusque-là un des piliers du régime impérial, l’appui donné par Napoléon III au mouvement national italien mit un terme à cette situation. Parce qu’ils remettaient en cause le pouvoir temporel du pape, les événements italiens donnèrent lieu à une vaste mobilisation des fidèles. Tandis que cette mobilisation a longtemps été analysée par les historiens comme un mouvement ayant surtout impliqué le clergé et les notables légitimistes, ce travail montre qu’il s’agit en réalité d’un mouvement de masse.
La thèse met en évidence les conséquences d’une telle mobilisation dans le domaine politique et dans le domaine religieux. Elle montre l’assimilation par les catholiques des formes classiques de la lutte politique moderne, utilisées à gauche comme à droite, et l’élaboration de moyens d’action plus originaux, fondés sur la politisation de la parole et de la pratique religieuses. Elle replace la mobilisation dans le cadre de la stratégie diplomatique du Saint-Siège, visant à s’appuyer sur les fidèles, en analysant les engagements dans l’armée pontificale et la mobilisation financière des catholiques. Enfin, l’étude met en évidence l’influence de la question romaine sur plusieurs mutations touchant le catholicisme depuis le début du siècle, qu’il s’agisse du mouvement vers Rome, de l’affirmation du catholicisme intransigeant ou de la place nouvelle des laïcs au sein de l’Église.
C’est, en somme, une voie de modernisation alternative, construite en opposition aux principes de la modernité libérale, que cette étude entend mettre en évidence.

Inscription obligatoire (la liste du public doit être communiquée aux services du rectorat) à l’adresse suivante : ar.herisson[a]gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.