Le chercheur en sciences humaines face à la foi

Vient de paraître sous la direction d’Yves Krumenacker Sciences humaines, foi et religion.
Dans ce travail collectif, des chercheurs en sciences humaines et sociales réfléchissent à la manière dont la foi ou l’absence de foi peut être un atout ou un obstacle pour comprendre le religieux, et quels présupposés méthodologiques permettent une approche du religieux indépendante des convictions des chercheurs.

Table des matières :

Yves Krumenacker : Le chercheur et la foi. Quelle distance avoir ?
Jean-Philippe Pierron : La dialectique vive de la conviction et de la critique.
Pierre-François Moreau : Le savoir et l’appartenance.
Céline Borello : Histoire confessionnelle et histoire scientifique. Enjeux et jalons autour du protestantisme.
Noémie Recous : De la sympathie à l’étude. Faire l’histoire religieuse des individus.
Mohamed Chérif Ferjani : Étude des faits islamiques et combat contre l’islamisme et l’islamophobie.
Éric Geoffroy : L’écriture académique est-elle « objective » ?
Sébastien Tank-Storper : Le judaïsme comme un autre. Identité, réflexivité et sciences sociales du judaïsme.
Christine Barralis : La déconfessionnalisation de l’histoire du christianisme en France.
Olivier Chatelan : Catholicisme et sociologie en France, des années 1880 aux années 1960. Réflexions d’ensemble.
Lionel Obadia : Regards (de) civilisés sur les religions (de) sauvages. L’anthropologie, l’anthropologue et la croyance de l’autre.
Pierre Gisel : De la théologie aux sciences religieuses. Quels déplacements et quelle relance pour chacun ?
Olivier Servais : De l’objet religieux à distance à l’engagement à objectiver sa subjectivité.
Bibliographie.

Yves Krumenacker (dir.), Sciences humaines, foi et religion, Paris, Classiques Garnier (Constitution de la modernité), 2018, 240 p., 29 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.