Mobilisations catholiques au tournant des XXe et XXIe siècles

Le lundi 4 février 2019, à Sciences Po Bordeaux, Yann Raison du Cleuziou (université de Bordeaux) soutiendra son dossier d’habilitation à diriger des recherches en science politique intitulé Le changement social, dynamiques et résistances politiques et religieuses : institutions ; mobilisations ; politisations (XXe – XXIe siècles).
Le mémoire inédit porte plus précisément sur « Catholiques et Français toujours ? » La restauration paradoxale du catholicisme en politique (années 1990-2010).

Yann Raison du Cleuziou en propose le résumé suivant :
Il y a vingt ans, Jacques Chirac et Lionel Jospin faisaient barrage à l’inscription de la mention de « l’héritage chrétien » dans le préambule de la Constitution européenne. René Rémond s’inquiétait de la déprime des catholiques confrontés au « nouvel antichristianisme » ambiant. Aujourd’hui, alors que le nombre de catholiques pratiquants poursuit sa chute, la déférence aux « racines chrétiennes » de la France est pourtant devenue un lieu commun du discours de droite et perce même à gauche. Le soutien de Sens Commun à François Fillon fut tout autant jalousé que dénoncé et la conquête de l’électorat catholique est devenu un enjeu disputé. « Au secours, Jésus revient ! » titre Libération en novembre 2016. La Manif pour tous est-elle la cause de ce retour ?
Retraçant l’histoire des mobilisations catholiques depuis la fin du XXe siècle, ce mémoire propose une interprétation plus nuancée. Le rapport de force interne à l’Église catholique s’est modifié progressivement en raison de l’activisme des courants conservateurs qui cherchent à réaffirmer la portée politique de la foi. Alors que la pratique religieuse s’effondre, l’avenir de l’Église dépend maintenant de ceux qui restent. Refusant l’alternative de l’intégrisme et du progressisme, ces catholiques ont accepté le concile Vatican II mais compensent ses effets déstabilisateurs par un surcroît de fidélité au magistère romain. Ancrés dans la théologie de Jean-Paul II puis de Benoît XVI, ils considèrent que la démocratie ne doit pas s’affranchir du respect de la loi naturelle. Depuis l’opposition à la loi Veil qui a légalisé l’avortement, leur savoir-faire militant n’a cessé de s’enrichir. L’ampleur des Manif pour tous a dévoilé leur force.
Mais ce déploiement militant n’aurait pas eu un tel impact sans les évolutions qui bousculent la société française : la visibilité croissante de l’islam ; la reconnaissance de l’égalité des sexualités, l’état d’urgence contre la menace terroriste ; le réchauffement climatique… Mobilisé comme frontière de l’identité nationale, renfort moral de la République, ou levier d’une prise de conscience écologique, le catholicisme est redevenu une ressource politique légitime. Retraçant l’histoire politique du catholicisme conservateur depuis la fin du XXe siècle, ce mémoire interroge les conditions de l’articulation entre champ religieux et champ politique.

Les travaux seront présentés devant un jury composé de :
M. Yves Deloye, professeur de science politique, CED, Sciences Po Bordeaux (garant).
Mme Florence Haegel, professeure de science politique, CEE, Sciences Po Paris.
M. Xabier Itçaïna, directeur de recherche, CED, Sciences Po Bordeaux.
M. Rémi Lefebvre, professeur de science politique, CERAPS, Université Lille 2.
M. Denis Pelletier, directeur de recherche, GSRL, EPHE.
M. Philippe Portier, directeur de recherche, GSRL, EPHE.
Mme Isabelle Sommier, professeure de sociologie, CESSP, Université Paris 1.

La soutenance commencera à 14h. Elle aura lieu salle Copernic, à Sciences Po Bordeaux (campus de Talence-Pessac, arrêt de tram Montaigne-Montesquieu).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.