Colloque national. Autour de la crise moderniste

Les 12 et 13 février 2019, se tiendra à l’Institut catholique de Paris, un colloque organisé par Jean-François Petit ayant trait à La crise moderniste. Histoire, philosophie, théologie.
Le modernisme reste un objet important d’études, tant en France qu’à l’étranger. Si les travaux d’Émile Poulat (eg : Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, 1962) font toujours autorité, les approches se renouvellent (G. Losito (éd.), La crisi modernista nella cultura europea, 2005 ; Modernisme, mystique, mysticisme, 2017). La publication d’écrits de Pierre Colin, l’ancien doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, sous le titre Morale et religion au temps de la crise moderniste (2017) permet d’éclairer sous un jour nouveau le modernisme. Le sujet est loin d’être clos, tant dans sa dimension historique que dans son effectivité pour la philosophie et la théologie. Le colloque essayera de cerner certains de ses enjeux de fond pour l’intelligibilité croyante.

Programme

Mardi 12 février 2019

I. Contexte de la crise moderniste

9h15 : L. Devillairs, doyen de la Faculté de philosophie, J.-F. Petit, Institut catholique de Paris : Ouverture.
9h30 : P. Capelle-Dumont, Institut catholique de Paris/Université de Strasbourg : La crise moderniste entre philosophie et théologie : éléments anciens et actuels du débat.
11h : G. Cuchet, Université Paris-Est-Créteil : Relire l’encyclique Pascendi. Note sur l’invention du « modernisme ».
11h45 : O. Rota, Institut d’Études des Faits Religieux , CREHS Université d’Artois : La gestion de la crise moderniste et son empreinte sur le catholicisme anglais.

II. Des protagonistes essentiels

14h30 : M. Faye, Académie Catholique du Val de Seine : Blondel et la crise moderniste.
15h30 : C. Brunier-Coulin, Académie Catholique du Val de Seine : Fredrich Von Hügel, interlocuteur de Blondel.
16h15 : C. Rouvier, docteur en théologie : Laberthonnière : l’intuition laborieuse de l’être.
17h : A. Bellantone, doyen de la Faculté de philosophie, Institut Catholique de Toulouse : Gentile et le modernisme.
Discussion avec les intervenants.

Mercredi 13 février 2019

III. Enjeux pour la philosophie et la religion

9h30 : A. Massessi, doctorant Institut catholique de Paris : Jean Guitton et la méthode de convergence.
10h15 : G. Lurol, ISP – Faculté d’éducation, Institut catholique de Paris : Un oublié de la philosophie, ami de Jean Guitton : Jean Anglès d’Auriac.
11h : C. Coutel, Institut d’Études des Faits Religieux, CDEP, Université d’Artois : L’herméneutique du témoignage : originalité de Jean Nabert.
11h45 : M. -J. Coutagne, chercheure associée à l’Université Catholique de Lyon et Centre Sèvres : Teilhard de Chardin et la crise moderniste.

IV. Prolongements

14h30 : J.- M. Donegani, Sciences Po Paris : La crise moderniste parmi les crises de la modernité. Dans les débats récents entre modernité, postmodernité, ultramodernité, l’étude de la crise moderniste a-t-elle encore un intérêt ?
15h15 : J. Musset, chercheur indépendant : Actualité de la crise moderniste ?
16h : H. Faes, Faculté de philosophie, Institut catholique de Paris : Effets du modernisme dans l’histoire des pratiques et des idées morales au XXe siècle.

Les séances se tiendront à l’Institut catholique de Paris (74 rue de Vaugirard, 75006 Paris, philosophie[a]icp.fr : 01 44 39 52 64).
Inscription obligatoire : https://philosophie_crisemoderniste.eventbrite.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.