Jeunes catholiques face à la construction du genre au XXe siècle

Vient de paraître sous la plume de Charles-Édouard Harang, Jeunes filles et jeunes gens catholique. De la garçonne au mariage pour tous.

Présentation de l’auteur :
« Les garçons et les filles sont différents et complémentaires car homme et femme Il les créa. » Cette affirmation imprègne l’éducation catholique tout au long du XXe siècle. Au catéchisme, dans les mouvements de jeunesse, dans l’enseignement, dans les magazines, garçons et filles sont séparés parce qu’ils ont des caractéristiques physiques et psychologiques naturelles. Productrices d’un savoir pédagogique et normatif, les associations et la littérature ont joué un rôle important dans le maintien de cet ordre sexué. Pour autant, comme les garçons, les filles ont été mises en mouvement alors que la mode de la garçonne s’affirmait. En quoi la volonté de proposer des pédagogies innovantes afin de reconquérir la société française a paradoxalement maintenu des assignations de genre tout en permettant aux jeunes filles de devenir des militantes ? Les catholiques ont contribué à faire émerger un féminisme différentialiste dans lequel les jeunes filles ont eu un rôle non négligeable. Cette dynamique n’a-t-elle pas promu en même temps une virilité masculine particulière ?
À partir des années 1960, la mixité est plutôt acceptée et mise en oeuvre par les catholiques. Mais alors pourquoi, depuis les années 2000, les questions de genre semblent-elles leur poser problème ? Est-ce seulement la peur de l’indifférenciation ? En quoi la mixité a-t-elle été accompagnée d’une éducation affective et sexuelle ? « L’Église doit s’emparer de la question de la sexualité des jeunes », affirment certains éducateurs catholiques. La mièvrerie et le moralisme sont-ils les seules composantes de cette éducation ?
De la garçonne au mariage pour tous, la jeunesse catholique a participé activement au mouvement fondamental de recomposition des rapports entre les hommes et les femmes au sein de la société française, parfois en l’accompagnant, parfois en s’y opposant, mais le plus souvent en s’y accommodant.

Table des matières

Introduction

I. Adam et Ève, « On est faits tous deux pour vivre ensemble ».

Chapitre 1. Le premier seuil : ce monde serein de la différence naturelle.
Chapitre 2. « Le Créateur a ordonné, et disposé la parfaite communauté de vie entre les deux sexes ».
Chapitre 3. Découvrir et éduquer à l’amour.

II. Inflexion (1920-années 1960).

Chapitre 1. La vocation ou les états des jeunes garçons et des jeunes filles.
Chapitre 2 : Le renouveau du patrimoine éducatif.
Chapitre 3. Militant et militante : la recomposition catholique des modèles masculins et féminins, de 1945 aux années 1970.

III. Le vent du changement ? (des années 1960-1970 à la fin des années 1990)

Chapitre 1. La montée des jeunes : repenser la jeunesse à l’heure des yéyés et des hippies ou les sources implicites de la mixité (fin des années 1950-fin des années 1960).
Chapitre 2. Un homme et une femme ? L’adoption de la mixité.
Chapitre 3. Pas de boogie woogie avant les prières du soir.

IV. Trouble dans l’humanité (fin des années 1990 à nos jours)

Chapitre 1. La culture de la vie ou « la bombe à retardement » de Jean-Paul II ?
Chapitre 2. Bon chic bon genre.

Conclusion.

Charles-Édouard Harang, Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous, Paris L’Harmattan, 2018, 414 p., 39 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.