Colloque international. La fracture religieuse dans la Suisse protestante du XIXe siècle

Les 7 et 8 mars 2019, se tiendra à l’Université de Lausanne, sous la responsabilité scientifique de Christian Grosse, Sarah Scholl et Jean-Pierre Bastian un colloque portant sur La fracture au XIXe siècle dans les cantons protestants de Suisse romande: causes et effets religieux, politiques, culturels et sociaux.
Au XIXe siècle, l’identité cantonale en Suisse est confessionnelle et la régulation religieuse, une prérogative de l’État. C’est pourquoi Genève, Neuchâtel et Vaud peuvent être définis comme des cantons « protestants ». Considérées comme « nationales », les Églises réformées ont bénéficié durant le siècle d’un statut d’appareil idéologique d’État et le protestantisme a continué de façonner la culture populaire aussi bien que celle des élites, comme cela avait été le cas depuis « le temps des Réformes ». La place centrale occupée par ces Églises a défini l’ensemble des acteurs des champs religieux cantonaux, dont le déploiement correspond à un rythme historique propre à chacun. L’encadrement religieux de la « nation » qu’elles assumèrent est encore peu étudié, et encore moins de manière comparée. Plus encore, on méconnaît l’approche comparée de « la fracture religieuse » qui se manifesta entre dissidents et « nationaux» au milieu du siècle (Vaud 1847, Genève 1831-1849, Neuchâtel 1874) et les effets sociaux qui en découlèrent.
Plus largement, le silence est presque total pour ce qui concerne l’histoire institutionnelle des Églises d’État et celle des rapports qu’elles entretinrent au politique, à la société, à la culture durant la période contemporaine. Ce colloque étudiera le moment de rupture des champs religieux cantonaux au XIXe siècle, dans leur rapport au politique en particulier, et les effets sociaux et culturels immédiats qui en découlèrent. La fracture intra-confessionnelle au sein du protestantisme qui intervient au milieu du XIXe siècle, avec l’émergence d’Églises «évangéliques libres », paraît déterminante. Elle constitue un premier seuil de sécularisation-laïcisation, dont la teneur sera évaluée.

Programme

7 mars 2019

9h15-9h45 : Sarah Scholl, Jean-Pierre Bastian, Christian Grosse : Présentation du colloque.

Présidence de séance : Danièle Tosato-Rigo.

9h45-10h15 : Irène Herrmann, Université de Genève : Introduction : Fracture religieuse et affrontements axiologiques en Suisse (1803-1914).

1. Fracture religieuse, clivages socio-politiques et premier seuil de sécularisation au milieu du XIXe siècle

10h30-11h : Sarah Scholl, Université de Genève : Pourquoi les Églises se sont-elles divisées ? Causes internes et externes de la fracture protestante du XIXe siècle.
11h-11h30 : Olivier Meuwly, Département des finances et des relations extérieures du Canton de Vaud : Libéralisme et radicalisme entre Église nationale et Église libre en Suisse romande, de 1847 à 1874.
11h30-12h : discussion.

2. Pensée théologique et clivage politico-religieux
Présidence de séance : Suzette Sandoz.

13h30-14h : Maria-Cristina Pitassi, Université de Genève : La voix de la conscience. Contours religieux et politiques de la notion de libre examen dans l’espace romand.
14h-14h30 : Bernard Reymond, Université de Lausanne : La réception de la pensée d’Alexandre Vinet dans le contexte du clivage politique et religieux vaudois et romand de la deuxième moitié du XIXe siècle.
14h30-15h : Patrick Cabanel, École Pratique des Hautes Études, Paris : Le libéralisme théologique de Ferdinand Buisson et ses effets sur la naissance de l’Église indépendante neuchâteloise en 1879.
15h-15h-30 : Discussion.

3. Fracture religieuse et institution
Présidence de séance : Pierre Caspard.

15h45-16h15 : Christian Grosse, Université de Lausanne : L’Évangile ne peut transiger avec le siècle’. La séparation entre Eglises libre et nationale à la lumière de l’enseignement académique de la « théologie historique ».
16h15-16h45 : Nathalie Dahn, Université de Lausanne : Éduquer l’individu pour la collectivité : la place du religieux dans l’avènement d’une morale civique libérale dans le canton de Vaud (1820-1834).
16h45-17h15 : Jean-François Mayer, Institut Religioscope, Fribourg : Fragmentations et nouvelles émergences religieuses autour du protestantisme: des darbystes à l’Armée du Salut.
17h15-17h45 : Discussion.

8 mars 2019

4. Individus exemplaires, philanthropie et hygiénisme social : le dissident religieux dans l’espace romand au XIXe siècle
Présidence de séance : Francis Python.

9h-9h30 : Jean-Pierre Bastian, Université de Strasbourg : L’invention du « mômier » dans l’espace romand: naissance et contextualisation d’un sobriquet religieux au XIXe siècle.
9h30-10h : Frédéric Amsler, Université de Genève : César Malan, sa théologie, sa piété, ses innovations cultuelles, son activité missionnaire et la surface sociale de son Église.
10h-10h30 : Valérie Lathion, Université de Fribourg : Alexandre Lombard ou les enjeux religieux et sociaux de la lutte pour le dimanche chrétien.

Présidence de séance : Sarah Scholl.

11h-11h30 : Cédric Cotter, Comité International de la Croix Rouge (CICR), Genève : Un prophète en terres romandes? Henry Dunant, la religion et la fondation du Mouvement international de la Croix-Rouge.
11h30-12h : Aline Johner, Université de Lausanne : La participation populaire féminine au clivage religieux vaudois (1824-1847).
12h-12h30 : Discussion.

5. La diffusion d’une littérature et d’une esthétique de la conviction
Présidence de séance : Michel Grandjean.

14h-14h30 : David Auberson, Université de Lausanne : Urbain Olivier et la dimension religieuse de la littérature moralisante dans le canton de Vaud au XIXe siècle.
14h30-15h : Philippe Kaenel, Université de Lausanne : Théographie : Eugène Burnand, l’art protestant et le modèle lavatérien.
15h-15h30 : Dave Lüthi, Université de Lausanne : Chapelles de l’Église libre versus temples de l’Église nationale : une esthétique de la conviction.
15h30-16h : Discussion.

Président de séance : Christian Grosse

16h30-17h : Roland Campiche, Université de Lausanne : Conclusion : un premier seuil de sécularisation/ laïcisation au XIXe siècle ?
17h-17h30 : Discussion finale.

Les séances auront lieu à l’Université de Lausanne (bâtiment l’Amphipole 318 ; https://www.unil.ch/ftsr/fr/home.html; https://www.unige.ch/theologie/)

Organisateurs :
Christian Grosse (Université de Lausanne, Faculté de théologie et de science des religions, Institut d’histoire et anthropologie des religions), Sarah Scholl (Université de Genève, Faculté de théologie), Jean-Pierre Bastian (Université de Strasbourg).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.