Une biographie de Simone Weil

Simone Weil est une des personnalités les plus marquantes du XXe siècle. Il fallait un « redoutable dénicheur d’archives, connaissant admirablement les courants intellectuels de la première moitié du XXe siècle » (Daniel Lindenberg) comme Domenico Canciani pour brosser le portrait de l’étudiante en philosophie dans la mouvance d’Alain, suivre ses premiers pas d’enseignante, ses engagements de militante, syndicaliste, pacifiste et anticolonialiste, en faisant une large place aux témoignages de ceux qui ont croisé son chemin : Pierre Monatte, Robert Louzon, Boris Souvarine, Daniel Guérin, Albertine et Urbain Thévenon et combien d’autres de ces « intellectuels mineurs » qui ont fait l’originalité de l’histoire politique et sociale des années trente. Sans chercher à la loupe les traces de son génie ni en faire le produit mécanique de son époque, l’auteur voit sa spécificité dans les réponses qu’elle a apportées aux sollicitations de son temps.

Cette méthode historique qui, selon Robert Chenavier, « fait merveille dans l’analyse de la première partie de la vie de Simone Weil », n’est pas abandonnée dans la reconstruction de la seconde. Les Cahiers, les lettres, les inédits, l’apport d’interlocuteurs privilégiés, tels le père Joseph-Marie Perrin, le philosophe paysan Gustave Thibon, le poète Joë Bousquet, Maurice Schumann, porte-parole de la France Libre, permettent de la suivre dans ses engagements derniers, la Résistance, la rédaction de textes admirables où le politique, le religieux et le mystique s’éclairent mutuellement. Inlassable dans la recherche de la vérité, ne séparant jamais la pensée de l’action, elle griffonne peu avant de mourir son utopie extrême : « Bâtir une civilisation nouvelle – Antique d’esprit – Vivante – Si nous pouvons… »

Domenico Canciani vit à Padoue où il a enseigné à la faculté des Sciences politiques. Ses recherches concernent l’histoire intellectuelle de la France du XXe siècle, du Maghreb et du monde musulman. Sur Simone Weil, avec de nombreux essais et articles, il a publié notamment L’intelligence et l’amour. Réflexion religieuse et expérience mystique chez Simone Weil (Beauchesne, 2000). Il a collaboré auprès de Florence de Lussy à l’édition des Œuvres de Simone Weil chez Gallimard (coll. « Quarto », 1999).

Domenico Canciani, Le courage de penser. Simone Weil entre politique et mystique, Paris, Beauchesne (Bibliothèque Beauchesne), 2011, 518 p., 29 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.