Une biographie de Gabriel Matagrin (1909-2004)

L’AFHRC signale la publication d’Olivier Landron, Monseigneur Gabriel Matagrin (1909-2004). Plongée au cœur du politique et du spirituel, Paris, Cerf, 2019.

Quatrième de couverture :

Monseigneur Gabriel Matagrin. Un inconnu ? Certainement pas ! Et pas seulement pour les fins connaisseurs du catholicisme social. Ce proche d’Hubert Dubedout, de Jacques Delors et de Michel Camdessus est indissociable de l’histoire contemporaine de la ville de Grenoble dont il fut l’évêque de 1969 à 1989. Monseigneur Matagrin fut aussi « l’éminence grise » de l’épiscopat français, régulièrement sollicité pour rédiger des textes fondamentaux sur les questions politiques et sociales. En 1972, il rédigea, entre autres, le rapport Église, politique et foi. Remarqué mais aussi critiqué dans les milieux conservateurs, ce document reconnaissait la pluralité du vote pour les catholiques, à condition que la démocratie soit respectée. Parfois qualifié d’évêque de gauche, Monseigneur Matagrin n’en fut pas moins un adversaire farouche du marxisme, parlant de « cécité » à propos des chrétiens qui l’avaient adopté comme grille de lecture. Homme de dialogue, l’évêque de Grenoble fut ouvert à l’œcuménisme, au rapprochement avec le judaïsme, enfin aux communautés charismatiques. Malgré les incompréhensions et les rejets qu’il a parfois suscités, reste de Monseigneur Matagrin l’image d’un homme sensible, sincère, attentif aux questions que la jeunesse occidentale posait à l’Église catholique.

Professeur d’histoire du christianisme à l’époque contemporaine à la faculté de théologie de l’université catholique de l’Ouest- Angers, Olivier Landron a publié aux Éditions du Cerf Le catholicisme vert (2008), À la droite du Christ (2015), Le cardinal Marty (2017).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.