Des sources mésestimées de l’histoire religieuse

Tracts, brochures, feuillets, signets de communion, feuilles paroissiales, billets, bons points, invitations à une cérémonie, indulgences… sont autant de documents qui sont présents dans l’univers du croyant. Ils sont distribués sur la voie publique, donnés à la porte des églises ou glissés dans les boîtes aux lettres. Trop souvent ils sont jetés ou oubliés alors qu’ils sont la manifestation d’un catholicisme vivant, aux formes multiples. Si les images et les livres de piété sont maintenant des objets essentiels, ces ephemera sont difficiles à trouver. Longtemps négligés par les bibliothèques, généralement non soumis au dépôt légal, ils ne sont pas conservés institutionnellement. Pourtant, sans eux, des pages entières de la vie des communautés chrétiennes disparaissent.

Le constat de ce problème est à l’origine de l’ouvrage coordonné par Philippe Martin qui vient de paraître aux éditions Beauchesne. Les auteurs ici réunis proposent d’abord une réflexion sur la préservation de ce patrimoine fragile. Puis, ils fournissent quelques analyses. En effet, ces documents, apparus avec l’imprimerie, ont été mis au service de toutes les pastorales : favoriser la fréquentation de la messe, développer telle dévotion, lutter contre l’alcoolisme ou la mauvaise presse, accompagner la vie des établissements scolaires, mobiliser les énergies ou les fonds… Réalisés sur des machines rudimentaires dans les sacristies ou produits en millions d’exemplaires par les grandes Croisades du XXe siècle, ils sont les supports de campagnes de communication actives et originales. Brandis lors des guerres de religion, honorés comme des reliques, médités par les dévots, glissés sous le manteau en période de persécution, ils sont la preuve que le catholicisme est une religion de l’écrit.

Table des matières

I. Découvrir un objet

Texte collectif sous la direction de Philippe Martin: Introduction.
Dominique Lerch: Premières approches.

II. Trouver et conserver un objet

Catherine Martin: La présence quotidienne des ephemera.
Ephemera et bibliothèques religieuses : Bernard Stelly, La diversité de la bibliothèque du Séminaire de Nancy ; Pierre Moracchni, Les ephemera de la famille franciscaine.

Elisabeta Gulli-Grigoni: L’Ephemera religieux en Italie.
C. Robitaille: Gérer les ephemera : le cas du Québec.
Collectif d’historiens: Trouver les ephemera d’aujourd’hui.

III. Mobiliser et informer

Fr. Muller: Ephemera et lutte confessionnelle au début du XVIe siècle.
Julien Léonard: Ephemera et conversion des juifs au XVIIe siècle.
Alain Lemaître: Des placards mortuaires au XVIIIe siècle.
Christine Hudon: Ephemera et lycées canadiens (fin XIXe – début XXe siècles).
C. Guyon: L’ephemera au service de la construction d’une église.

IV. Spiritualiser et encadrer

Eric Suire: L’ephemera : une arme au service de la sainteté (XVIIe – XVIIIe siècles).
G. Sinicropi: L’ephemera élément de l’identité des Carmes.
Bruno Maes: Ephemera et pèlerinage (XVIIIe – XIXe siècles).
Philippe Martin: Le temps des grandes croisades (XXe siècle).
Denis Pelletier: Ephemera et mouvement liturgique au XXe siècle.
Jean-Pierre Chantin: Les Témoins de Jéhovah.

Avec la collaboration de : Cécile de Cacqueray; Jean-Pierre Chantin; Charlotte Dessaint; Alban Didion; Sébastien Dupont; Elisabetta Gulli-Grigioni; Fabienne Henryot; Christine Hudon; Jean-Marc Lejuste; Alain Lemaître; Julien Léonard; Dominique Lerch; Bruno Maes; Manuel Manhard; Catherine Martin; Pierre Moracchini; Jilie Pierrat; Typhany Ravenello; Eric Suire; Damien Vitry.

Philippe Martin (sous la direction de), Ephemera catholiques. L’imprimé au service de la religion (XVIe-XXIe siècles), Paris, Beauchesne (Bibliothèque Beauchesne), 2012, 49 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.