L’éducation jésuite à travers les siècles

L’éducation jésuite ? Les collèges de la Compagnie de Jésus, comme l’apostolat de l’Ordre fondé par Ignace de Loyola ont leurs admirateurs et leurs détracteurs. Philippe Rocher, qui, dans de multiples travaux, a déjà abordé l’histoire des jésuites à l’époque contemporaine offre ici une synthèse consacrée à l’éducation jésuite du XVIe siècle à nos jours.

La Ratio studiorum constitue le code pédagogique des jésuites. Mise au point à la fin du XVIe siècle, après deux premières versions, elle a hérité de l’éducation reçue par Ignace de Loyola et ses premiers compagnons lorsqu’ils étaient étudiants à Paris. Appliquée au sein de la multitude de collèges qu’administre en France la Compagnie de Jésus aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle a évolué avec la transformation de la demande scolaire, sans pour autant faire taire les contestations qui jugeait son enseignement trop littéraire. Manifeste au travers de la prédication et plus généralement de la mission, l’éducation jésuite a officiellement prend fin en 1762 avec l’interdiction par le Parlement de Paris de la Compagnie de Jésus. L’Ordre supprimé par le Pape en 1773, une « Nouvelle Compagnie » voit le jour en 1814, suite à la décision de Pie VII de restaurer l’Institut. De nouveau attachés à la prédication et à la mission, les jésuites ont aussi repris leur apostolat enseignant.

Congrégation enseignante ou Ordre d’éducateurs ? Contestés comme enseignants par la Troisième République anticléricale, les jésuites se sont orientés vers de nouvelles formes d’encadrement des jeunes, avec l’ACJF, et des adultes et à la faveur de la « question sociale » posée au catholicisme. Engagée depuis le début du XXe siècle en direction de nouveaux publics et sur de nouveaux champs d’apostolat, jusqu’à délaisser l’école, la Compagnie de Jésus œuvre désormais à la transmission d’une éducation non plus jésuite mais « ignatienne ».

Philippe Rocher, Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beauchesne (Bibliothèque Beauchesne), 2011, 39 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.