Un siècle de vie dominicaine en Provence : Saint-Maximin et la Sainte-Baume

L’AFHRC signale la parution du livre de Tangi Cavalin et Augustin Laffay (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint-Maximin et la Sainte-Baume, coll. “Religions et sociétés”, Nancy, Éditions de l’Arbre Bleu, 2019, 577 p., 32 €.

Saint-Maximin, pour beaucoup, c’est un monument historique, une basilique voulue au XIIIe siècle par Charles II d’Anjou, le plus grandiose produit de l’architecture gothique en Provence. Pour d’autres, c’est aussi un point de départ de l’excursion ou du pèlerinage à la Sainte-Baume, site naturel exceptionnel, refuge choisi par Marie-Madeleine pour achever sa vie, au dire des traditions catholiques provençales. Du Moyen Âge à la Révolution française, ces lieux sont animés par des religieux de l’Ordre des prêcheurs. Entraînés par leur restaurateur, Henri-Dominique Lacordaire, ils en reprennent possession au XIXe siècle et en font dès lors des points d’appui pour leur formation et leur prédication. Ce sont ces communautés dominicaines d’hommes et de femmes, abritées derrière les hauts murs de Saint‑Maximin et nichées dans la falaise de la Sainte-Baume, que ce livre prend comme objet. Pleinement de leur temps, mais d’une
manière spécifique, il leur faut sans cesse réinventer les formes de vie religieuse et d’annonce de la parole de Dieu leur permettant d’être fidèles à leur vocation : enquêtant sur les aspects les plus quotidiens de la vie communautaire comme sur les élaborations intellectuelles et spirituelles les plus complexes, les études historiques réunies dans cet ouvrage composent une approche aussi sensible que rigoureuse de la vie dominicaine à Saint-Maximin et à la Sainte-Baume à l’époque contemporaine. Chemin faisant,
elles tissent un récit qui, loin d’être hors du siècle, s’intègre à part entière dans la grande histoire de la modernité occidentale.

Table des matières

Avant-propos : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
Introduction. L’histoire, la mémoire, l’événement : Christian Sorrel

Réappropriation et tentatives d’inculturation dominicaines en Provence à partir de 1859

Présentation : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
1. Saint-Maximin : un choix lacordairien ? : Nathalie Viet-Depaule
2. Saint-Maximin dans la nouvelle province de Toulouse : clef de voûte ou simple pierre de l’édifice ? Le premier provincialat Cormier
(1865-1869) :  Tangi Cavalin
3. La tentation de la Sainte-Baume : Henri-Martin Didon à Saint-Maximin (1859-1865) : Yvon Tranvouez
4. Le pèlerinage de la Sainte-Baume. La dévotion à Marie-Madeleine au XIXe siècle : Régis Bertrand
5. Un siècle d’aménagements à la Sainte-Baume, de Lacordaire aux projets Trouin (1859-1955) : Olivier Chatelan

De la crise des expulsions à la crise de l’Action française (années 1880-années 1920)

Présentation : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
6. Les moniales dominicaines de Saint-Maximin. Des religieuses aux côtés des frères (1869-1957) : Augustin Laffay
7. Saint-Maximin au gré des expulsions. 1880-1920 : Clément Binachon
Annexes
Encart. Un frère convers exemplaire, Valentin Barioulet (1888-1968) : Augustin Laffay
8. Une école de spiritualité, Saint-Maximin ? La province dominicaine de Toulouse et La Vie spirituelle (1919-1928) : Agnès Desmazières
Encart. Les Éditions de La Vie spirituelle : Augustin Laffay
9. Saint-Maximin : un couvent d’Action Française ? : Jacques Prévotat
Appendice. Les relations avec Charles Maurras

Un couvent médiéval confronté à la modernité (années 1930-années 1940)

Présentation : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
10. Pourvoir au savoir. La difficile reconstitution d’un couvent d’études à Saint-Maximin (1919-1949) : Paul Airiau
11. Les visites du maître général Gillet à Saint-Maximin en 1930 et 1933. La tradition saint-maximinoise au risque de la remise en ordre : Augustin Laffay
Encart. Alex-Ceslas Rzewuski (1893‑1983) : Augustin Laffay
12. Le beau bercail où j’ai dormi agneau. Jean Bottéro à Saint-Maximin : Michel Fourcade
13. Les dominicains de Saint-Maximin et de la Sainte-Baume dans les turbulences des années de guerre (1940-1945 :  Jean-Marie Guillon
Encart. Erika Reiss, une jeune juive à l’hôtellerie de la Sainte-Baume : Augustin Laffay

14. Une NRF catholique à Saint-Maximin (1940-1943) ? : Étienne Fouilloux
15. Quelle iconographie saint-maximinoise pour quel idéal de vie dominicaine ? Autour des albums photographiques Dominicains et Fils de Lumière : Frédéric Le Moigne
Encart. Les Anges du péché (1943) : Augustin Laffay

De la consécration d’un haut lieu dominicain à son abandon. Le couvent de Saint-Maximin de la guerre au départ  des dominicains
Présentation : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
16. Cinquante nuances de noir et de blanc. Le souvenir de Saint- Maximin dans les mémoires du père Bruckberger : Fabrice Bouthillon
17. Sous le signe de la providence : Saint-Maximin et le Centre de formation missionnaire (1946-1954) : Tangi Cavalin
18. Un double déchirement. Le priorat du père Augustin Desobry à Saint- Maximin (1953-1954) : Yann Raison du Cleuziou
19. Quitter Saint-Maximin ? (1951-1957) : Étienne Fouilloux
Épilogue. « Toulouse ne ressemble en rien à Saint-Maximin »
Conclusion : Étienne Fouilloux
La présence dominicaine à Saint- Maximin et à la Sainte-Baume depuis Lacordaire. Repères chronologiques (XIXe‑XXe siècles) : Tangi Cavalin et Augustin Laffay
Saint-Maximin, un complexe dominicain au cœur de l’identité toulousaine. Repères statistiques : Tangi Cavalin
Sigles et abréviations
Index des noms cités
Table des illustrations
Remerciements : Tangi Cavalin et Augustin Laffay

ISSN 2556-5753, ISBN 9791090129306, 155 x 240 mm, 577 pages

Renseignements et commande : contact@arbre-bleu-editions.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.