Contrat doctoral. Islam, marché et genre en Russie

Un contrat doctoral portant sur Islam, marché et genre en Russie : Les femmes entrepreneurs et le marché des biens et services musulmans en Russie (ou dans la CEI) est proposé au concours à Sorbonne Université.
La thèse sera consacrée au rôle des femmes entrepreneurs dans la constitution d´un marché des biens et services musulmans en Russie, ou éventuellement dans l’ensemble de la CEI. Elle pourra porter sur un ou sur plusieurs secteurs tels que les produits cosmétiques et pharmaceutiques, l’alimentation, l’habillement, le tourisme (national et international), la finance islamique. Elle se situera à la croisée des études de genre, des transformations postsoviétiques et de l’anthropologie du religieux.
Les recherches récentes sur l’islam en Russie contemporaine se sont attachées à des thématiques variées, qu’il s’agisse des questions de sécurité et de « radicalisation », des héritages soviétiques ou des liens avec les identités ethniques ou nationales. Ces études n’ont été que marginalement articulées aux transformations politiques et sociales liées au passage à l’économie de marché. Pourtant, certains travaux ont mis en évidence l’apparition d’un « islam de marché » dans l’espace post-soviétique – à partir de terrains centre-asiatiques –, en montrant l’importance d’une bourgeoisie musulmane. En Russie, l’émergence d’un marché des biens et des services musulmans s’accompagne de la montée en puissance de nouveaux acteurs musulmans, porteurs d’un discours novateur sur la modernité, sur les valeurs, sur la place de l’islam dans l’État et la société russes, et des musulmans russes dans le monde. Parmi ces acteurs, les femmes jouent un rôle central non seulement parce que, influant sur les habitudes de consommation, alimentaires ou non, elles participent à l’extension et la normalisation du hallal, mais aussi parce que nombreuses d’entre elles, en tant qu’entrepreneurs dans des secteurs tels que l’habillement, les cosmétiques, le tourisme, le consulting ou la finance islamique, sont en position de faire entendre leur voix au sein de la sphère islamique et au-delà, et d’incarner de nouveaux visages de l’islam de Russie dans le monde musulman. À partir de méthodes ethnographiques, la thèse explorera ces figures féminines – mais pas nécessairement féministes – de l’islam. Elle visera à combler un manque de connaissances sur les musulmanes de Russie en s’attachant à un groupe – les femmes entrepreneurs – qui présente un intérêt particulier car il exerce, à travers une activité professionnelle liée au marché, une forte influence sur les reconfigurations de l’islam en Fédération de Russie.

Contexte de travail

Le ou la candidat(e) retenu(e) s’inscrira en doctorat à Sorbonne Université, faculté de lettres, et intégrera l’École doctorale « Civilisations, cultures, littératures et sociétés » (ED 4). Il ou elle sera rattaché(e) à l’unité de recherche Eur’Orbem « Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane » (CNRS, Sorbonne Université, UMR 8224). Le projet s’inscrit dans le cadre des recherches menées sur « les islams post-soviétiques ».
Eur’Orbem est un laboratoire de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales qui rassemble des spécialistes des pays d’Europe centrale, orientale et balkanique.
La thèse sera encadrée par Silvia Serrano, professeure d’études soviétiques et post-soviétiques à Sorbonne Université.
Le ou la doctorant(e) prendra sa part des tâches collectives comme tous les membres de l’équipe.

Contraintes et risques

Le contrat doctoral est assorti d’une obligation de mobilité en Russie. Le ou la doctorant(e) effectuera cette mobilité, de préférence trois mois par an, pour la collecte des données empiriques (observation participante, entretiens, etc.). Durant cette période de mobilité il/elle sera accueilli(e) par le Centre d’études franco-russe (CEFR), à Moscou, en Fédération de Russie. En fonction des études de cas choisies, des déplacements en province ou dans d’autres États de la CEI sont également à prévoir. Le CEFR est une Unité mixte des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE). Il fournit un soutien administratif et logistique et constitue un environnement scientifique stimulant, en lien avec les réseaux de recherche locaux et régionaux.

Conditions de candidature

Le/La candidat(e) devra être titulaire d’un master en sciences sociales (histoire, anthropologie, sociologie, sciences politiques, langue et civilisation russes) avec une spécialisation sur la Russie ou un autre État postsoviétique et ne doit pas être inscrit en doctorat au moment du dépôt de candidature.
La maîtrise du russe est indispensable, et dans le cas d’un terrain comprenant un autre État, de la langue de celui-ci.
La thèse peut être rédigée en français ou en anglais.

Les dossiers de candidature devront inclure les pièces suivantes :
– un CV détaillé ;
– une lettre de motivation d’une page ;
– un projet de thèse de 3 pages développant l’argumentaire présenté dans le paragraphe précédent ;
– les coordonnées d’une ou deux personnes pouvant être contactées si nécessaire ;
– les notes de Master 1, et dans la mesure où elles sont déjà disponibles celles du Master 2 ;
– une copie PDF du mémoire de Master 2 dans la mesure où il est achevé (même avant soutenance).
Les candidats présélectionnés seront auditionnés par le comité de sélection. L’audition peut être réalisée via Skype.

Le poste ayant été publié le 24 juin 2019, les candidatures peuvent être faites jusque au 14 juillet 2019.
Le contrat de 36 mois débutera au 1er octobre 2019 et bénéficie d’une rémunération de 2 135 € brut mensuel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.