Journée d’études. L’éclatement de l’Action catholique (1965-1979)

Le 29 janvier 2020, se tiendra aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine) une journée d’études consacrée à L’éclatement de l’Action catholique spécialisée (1965-1979) (JEC, JIC, JMC, JOC, MRJC).
Dans son désir de reconquête des âmes, l’Église catholique de France a privilégié, à partir de l’entre-deux-guerres, une mobilisation des laïcs organisée sous l’égide des évêques : l’Action catholique. Apostolat par la présence, le témoignage et le service, elle s’est incarnée dans des mouvements spécialisés en fonction de publics visés. Les premiers apparus sont les mouvements de jeunesse à destination des mondes ouvrier (JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne), étudiant (JEC), maritime (JMC), indépendant (JIC) et rural au sein de la Jeunesse agricole catholique (JAC) devenue Mouvement rural de la Jeunesse chrétienne (MRJC).
L’hétérogénéité des expériences vécues par leurs militants, entre 1945 et 1965, a été mise en évidence lors de la journée d’études du 7 décembre 2017 aux Archives départementales du Val-de-Marne. La période suivante est plus chaotique : la réception du concile Vatican II, la politisation et les remous de la jeunesse militante, l’extraction sociale d’un ordre symbolique ancien s’accompagnent de l’éclatement du dispositif apostolique, de l’épuisement d’un mode de présence que les évêques renoncent à mandater, et de profondes crises d’identité dont les mouvements ne sortent qu’à la faveur d’une relecture apaisée de leur histoire, notamment lors des anniversaires de 1979.
Comment mesurer, dater, expliquer le tarissement et le morcellement conjoints de l’Action catholique ? Comment ont-t-ils été vécus ? Où les énergies et les convictions sociales, politiques et religieuses se sont-elles réinvesties ? Ce sont ces questions qu’aborde cette seconde journée d’études.
Ouverte à tous, particulièrement aux chercheurs, aux militants de la jeunesse et de l’éducation populaire et à toutes celles et tous ceux qui font et ont fait l’Action catholique, elle mêlera les éclairages historiques et sociologiques aux témoignages d’anciens militants ou aumôniers. Elle offrira un point d’étape dans les progrès de la recherche et de la conservation des fonds d’archives et avancera de nouveaux questionnements, propices au lancement de recherches novatrices.

Programme :

9h45 : Emmanuel Rousseau, directeur des fonds aux Archives nationales : Ouverture.
9h55 : Écoute d’une archive sonore de la Jeunesse indépendante chrétienne (1975).
10h : Yann Raison du Cleuziou, maître de conférences à l’Université de Bordeaux : Introduction.

Séance présidée par Laurent Besse, maître de conférences à l’IUT de Tours (sous réserve).

10h30 : Jean-Marie Roglet, membre de l’équipe nationale de la JMC, de 1965 à 1968 : De la JOC à la JMC, une même mission.
11h : Bernard Giroux, docteur et agrégé d’histoire : La Jeunesse étudiante chrétienne : que faire de sa vieille bible ?
11h30 : Échanges avec le public.

Séance présidée par Bruno Duriez, directeur de recherche au CNRS

13h30 : Valentin Favrie et Florence Garel, archivistes au CNAEF, Clothilde Roullier, archiviste aux Archives nationales et Louise Roger-Estrade, archiviste aux Archives nationales du monde du travail : De nouvelles sources d’archives pour la recherche.
14h : Jean-Yves Baziou, professeur, doyen émérite de la Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lille : L’abandon du mandat d’Action catholique (1975) : raisons, conséquences, questions.
14h30 : Échanges avec le public.
14h45 : Pause.

Séance présidée par Serge Cordellier, historien et militant d’éducation populaire.

15h : Marie-Madeleine Jaubert, membre de l’équipe nationale de la JICF de 1967 à 1971 et Jacques Teissier, aumônier national de la JICF de 1972 à 1977 : La JICF, une surprenante originalité.
15h30 : Myriam Bizien-Filippi, docteure en histoire : Jeunesse ouvrière chrétienne, jeunesse ouvrière croyante ? La JOC-F française et ses membres musulmans (années 1960 et 1970).
16h : Échanges avec le public.

16h15 : Vincent Flauraud, maître de conférences à l’Université de Clermont Auvergne : Conclusions.

Les séances se tiendront aux Archives nationales (59 rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine ; métro 13, Saint-Denis Université).
Renseignements : contact[a]pajep.fr; 06 80 48 07 29 / 01 43 13 10 41.
Entrée libre sur inscription auprès de l’adresse électronique : contact[a]pajep.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.