Colloque international. Religion et espace public sur la longue durée

Les 21 et 22 novembre 2019, se tiendra à Clermont-Ferrand, sous la responsabilité scientifique de l’équipe d’accueil 3298 Espaces humains et interactions culturelles, un colloque international qui se penchera sur la relation complexe et parfois conflictuelle qui existe (encore) en France entre les religions – et notamment le catholicisme – d’une part et la chose publique d’autre part.
Les relations entre les religions et l’État peuvent prendre de nombreuses formes dans le monde d’aujourd’hui. Certains pays connaissent une séparation a priori étanche comme dans le cas de la France où « la République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte » ; d’autres accordent une place fondamentale à une religion dans l’ordre social à l’exclusion de toutes les autres (c’est le cas dans les monarchies du Golfe et, dans une moindre mesure, en Algérie) ; d’autres encore connaissent une religion d’État (comme en Angleterre et en Écosse) tout en garantissant la liberté de croire ou de ne pas croire et en proscrivant toute discrimination fondée sur la croyance ou l’absence de croyance. Entre l’extrême de l’athéisme d’État qu’a pu connaître l’URSS et que connaissent encore Cuba et la Corée du Nord, et l’autre extrême d’un système fondé explicitement sur les préceptes d’une religion, comme c’est actuellement le cas en Iran, la palette des relations qui peuvent exister entre l’État et la Religion est riche.
L’objet de la rencontre sera de décrire et d’analyser cette diversité. Ces relations peuvent être regroupées au sein de trois grandes catégories que l’on pourrait dénommer, de façon nécessairement schématique : l’hostilité ; la bienveillance ; l’indifférence. Il va sans dire que, selon la religion ou la confession considérée, les trois relations peuvent exister simultanément au sein d’un même État.

Programme

Jeudi 21 novembre 2019

13h45 : Anne Garrait-Bourrier, professeur de littérature américaine, vice-présidente en charge des relations internationales, université Clermont Auvergne : Allocution d’accueil.
Jérôme Grosclaude, université Clermont Auvergne : Présentation.
14h25 : Mokhtar Ben Barka, Université Polytechnique Hauts-de-France : La séparation des Églises et de l’État aux États-Unis.
14h50 : Gilles Gauthier, Université Laval : Le débat québécois sur le port de signes religieux par les employés de l’État.
15h15 : Questions et discussion.
15h30 : Pause café.
15h50 : Géraldine Vaughan, Université de Rouen/Institut universitaire de France : Une école neutre ? Conflits autour de la sécularisation de l’instruction primaire au Royaume-Uni et dans les dominions (Canada, Australie), au tournant des XIXe et XXe siècles.
16h15 : Marta Cerezo Moreno, Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid) : Shakespeare and F. D. Maurice : the literary origins of christian socialism.
16h40 : Questions et discussion.
17h : Pause.
17h30 : Christine Lazerges, ancienne présidente de la commission nationale consultative des droits de l’homme (2012-2018) : Qu’est-ce que la laïcité ?
18h30 : Fin de la journée.

Vendredi 22 novembre 2019

9h : Nigel Sharp, Oxford Brookes University : The importance of 17th-century bishops in Britain.
9h25 : Luc Borot, Université Paul Valéry – Montpellier 3 : Le culte hebdomadaire, la loi de Dieu et la loi des hommes au XVIIe siècle : Hobbes, Harrington, Winstanley.
9h50 : William Gibson, Oxford Brookes University/université Clermont Auvergne : Conférence principale. The Church-State Culture of England in the Eighteenth Century.
10h15 : Questions et discussion.
10h30 : Pause café.
10h50 : Dafydd Mills Daniel, Jesus College, Oxford University : Patriotism, private conscience and public religion : « revolution principles » in the British Enlightenment.
11h15 : Peter Ackers, Loughborough University : Alternatives to state-socialism in British Labour History: remembering the contribution of religions nonconformity to the politics of civil society.
11h40 : Niels de Nutte, Vrije Universiteit Brussel : Belgium favouring organised unbelief. Secular humanism, the subsidised church of nones ?
12h05 : Questions et discussion.
12h20 : Fin de la matinée.

14h : Jean-Michel Yvard, université d’Angers : Peut-on parler d’une exception française en matière de sécularisation et de laïcité ? Regards croisés sur la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.
14h25 : James Hooks, Lincoln College, Oxford University : Pierre Bayle’s christian secularism.
14h50 : Nadia Beddiar, École nationale de protection judiciaire de la jeunesse : L’application du principe de laïcité en milieu pénitentiaire.
15h15 : Questions et discussion.
15h35 : Pause café.
15h50 : Valentine Zuber, École pratique des hautes études : La laïcité est-elle une idéologie antireligieuse ?
16h15 : Claire Marliac, Université Clermont Auvergne : La laïcité et la religion dans l’espace public : la difficile conciliation opérée par le juge.
16h40 : Nelly Bytchkowsky, Université Clermont Auvergne : L’espace public d’Ancien Régime à l’épreuve du protestantisme et du jansénisme.
17h05 : Questions et discussion.
17h30 : Fin du colloque.

Les séances se tiendront à la Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru (Clermont-Ferrand, France).

Contact : Jérôme Grosclaude, maître de conférences en civilisation britannique (Université Clermont Auvergne), jerome.grosclaude[a]uca.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.