Chanoines et chapitres de France entre deux mondes

Le jeudi 28 novembre 2019, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, François Hou soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire portant sur Chapitres et société en Révolution. Les chanoines en France de l’Ancien Régime à la monarchie de Juillet, préparée sous la direction de Philippe Boutry (Paris 1 Panthéon Sorbonne),

Elle sera présentée devant le jury suivant :

M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à Sorbonne Université.
M. Philippe Boutry, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Mme Isabelle Brian, professeure à l’université de Lorraine
M. Paul Chopelin, maître de conférences à l’université Jean Moulin Lyon 3.
M. Sylvain Milbach, maître de conférences HDR à l’université Savoie Mont Blanc.

La soutenance aura lieu à 14 heures au Centre Panthéon (12 place du Panthéon, Paris).

Rupture brutale dans la vie des chapitres français, la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790 marque souvent le terme des études consacrées à l’histoire de l’ordo canonicus. Cette thèse se propose au contraire d’examiner la reconstitution concordataire des chapitres de cathédrales jusqu’à l’extinction de l’ancien clergé au milieu du XIXe siècle. En effet, l’étude du clergé intermédiaire que forment les chapitres de chanoines permet de mieux saisir les évolutions de la société cléricale de la fin du système bénéficial d’Ancien Régime à l’âge des notables. La thèse suit deux principaux axes. Le premier est celui de l’ecclésiologie. Il s’agit de mettre en évidence la signification de la suppression révolutionnaire des chapitres et de leur réorganisation concordataire. Héritier du presbytère antique et sénat de l’Église diocésaine, investi de la juridiction épiscopale pendant la vacance du siège, le chapitre cathédral peut être désigné comme un lieu ecclésiologique qui permet d’étudier les rapports entre évêques et prêtres, entre Église locale et Église universelle alors que s’accélère le mouvement vers Rome du catholicisme français. Le second axe est l’étude prosopographique des chanoines français de 1789 à 1848, menée à partir d’un échantillon de douze diocèses. Ce travail s’attache à reconstituer à la fois l’itinéraire révolutionnaire des chanoines d’Ancien Régime, qui fournissent le noyau des nouveaux chapitres après 1802 et les carrières des chanoines du Concordat, qui forment, malgré leur subordination à l’autorité épiscopale, une élite intermédiaire intégrée à un nouveau régime de notabilité cléricale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.