La démocratie chrétienne en France entre champ religieux et champ politique

Le vendredi 6 décembre 2019, à l’Université de Picardie Jules Verne, Marie-Pierre Wynands soutiendra sa thèse de doctorat en science politique portant sur Troisièmes voies et sens interdits de la « démocratie chrétienne » : contribution à l’histoire sociale des relations entre champ religieux et champ politique en France (fin XIXe siècle – fin XXe siècle), préparée sous la direction de Julien Fretel (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Elle sera présentée devant le jury suivant :

M. Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Mme Annie Collovald, professeure de science politique, Université Paris Nanterre.
M. Yves Déloye, professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux.
M. Julien Fretel, professeur de science politique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
M. Patrick Lehingue, professeur de science politique, Université de Picardie Jules Verne.
Mme Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Elle aura lieu à 14h dans l’amphithéâtre Jean Bodin.

Absente, inexistante, introuvable, faible… Les épithètes ne manquent pas pour qualifier la démocratie chrétienne française. La thèse interroge les conditions et les logiques des tentatives de ses mises en forme, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle. Plus qu’une histoire linéaire du label démocrate-chrétien, de son essor à son essoufflement au sein du champ politique, c’est une histoire dynamique des enjeux complexes de ses appropriations politiques, intellectuelles et religieuses qui est retracée. Raisonner en termes de champs permet de pallier les entraves d’une réduction essentialiste et historiciste de ce courant politico-religieux, en s’attachant à le caractériser plutôt qu’à le définir. La recherche menée offre le moyen d’identifier quels systèmes d’encadrement et d’apprentissage ont effectué un travail de socialisation et de politisation propre à faire croire en son existence. Par-là, il devient possible de mieux comprendre les difficultés persistantes à nommer la démocratie chrétienne, de nuancer les succès politiques de l’après-guerre et, surtout, d’en saisir les impasses historiques. Cette démarche offre la possibilité d’appréhender aussi bien les enjeux de lutte dont le label démocrate-chrétien a fait l’objet que les mécanismes institutionnels menant à son oubli. Plus largement, elle pose la question des constructions catholiques de la figure du peuple et des possibilités (ou non) de sa représentation religieuse et politique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.