La figure de saint Martin. Un programme de recherche sur la longue durée

Sous la responsabilité de Bruno Judic, professeur à l’université de Tours, et dans le cadre d’un appel à projet de la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, un projet de recherches consacré à la figure de saint Martin est lancé : il prendra en compte ses dimensions historique, artistique, musicologique, littéraire et sociologique, de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine.

Si la figure de saint Martin est fondamentale pour l’histoire de la ville de Tours, il est essentiel d’insister sur le fait que ce personnage du IVè siècle de notre ère vivait dans le cadre de l’empire romain tardif et que son activité religieuse s’inscrivait dans les différents courants du christianisme romain et méditerranéen de cette époque. L’histoire du culte de saint Martin est assez logiquement centré sur le tombeau de Tours et ses origines tourangelles sont bien connues. Du point de vue de l’histoire du culte martinien dans ses aspects matériels et topographiques, la dimension archéologique est fondamentale et a suscité les travaux de Charles Lelong et aujourd’hui ceux d’Elisabeth Lorans qui renouvellent profondément la question. Il faut signaler le caractère original et novateur du travail de Hélène Noizet croisant histoire et archéologie sur la relation entre l’abbaye Saint-Martin et la croissance urbaine de Tours entre le IXe et le XIIIe siècle.

Des aspects essentiels de l’histoire du culte ont été mis en lumière par Pierre Gasnault mais dans des travaux qui restent dispersés et par Eugen Ewig pour l’ensemble du royaume mérovingien. Par ailleurs l’importance considérable de ce culte et des fondations martiniennes (abbaye de Ligugé aux environs de Poitiers, abbaye de Marmoutier et abbaye Saint-Martin sur le tombeau à Tours) explique la production abondante sur le thème « martinien » aussi bien sur le plan hagiographique, littéraire, que musicologique et artistique. Sur le plan hagiographique et littéraire, il faut signaler les travaux récents et en cours de Sylvie Labarre. Sur le plan artistique on rappellera bien sûr l’image du partage du manteau, quasi-icône du christianisme latin, et qui a donné lieu, à plusieurs reprises, à des expositions et des catalogues. Pour le domaine musicologique, signalons les travaux récents de Yossi Maurey. Les nombreuses institutions se référant à saint Martin à travers toute l’Europe sont aussi des objets privilégiés d’études, de manière d’ailleurs inégale.

Malgré le grand nombre de travaux qui peuvent être recensés, des champs entiers de recherches restent largement vierges. Sur le plan historique, c’est très logiquement la période la plus ancienne, celle de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age, qui a été la plus étudiée. La longue durée suppose d’étendre l’étude vers les périodes plus récentes, Moyen Age central et tardif, époques moderne et contemporaine. Une des problématiques est celle du « déclin » du culte en particulier dans le contexte tourangeau et français, au moins à partir de l’époque moderne et tout spécialement après la Révolution française. Cette problématique ne concerne pas nécessairement d’autres aires géographiques, que ce soit le monde germanique, l’espace italien ou encore le monde ibérique et latino-américain. Une autre problématique peut être, au contraire, celle de l’enracinement du culte et du développement d’une revendication « identitaire », on pense par exemple au cas de la Hongrie aux XVIIIIe et XIXe siècle. Enfin la problématique de l’histoire religieuse ne saurait être oubliée notamment dans la dimension de l’histoire du monachisme.

Il convient aussi d’examiner la place de la figure martinienne dans le champ folkloriste, ethnologique et sociologique. L’école d’ethnologie française, en relation avec le musée des Arts et Traditions Populaires, avait pressenti toute la richesse du folklore martinien relié à tous les thèmes essentiels de l’ethnologie, rapport au temps, à l’espace, aux animaux, aux végétaux, à la distinction nature/culture dans le prolongement des travaux de Arnold Van Gennep. Or Van Gennep, précisément, avait souligné la richesse beaucoup plus grande encore des traditions folkloriques martiniennes dans le domaine germanique. Ajoutons que dans toute l’Europe, de la Méditerranée à l’Irlande ou à la Scandinavie, ces traditions martiniennes sont à la fois présentes, riches et anciennement attestées. Le versant anthropologique mérite une mise en perspective en dépassant des cloisonnements locaux dans la compréhension des sociétés rurales « traditionnelles ». Il y a en outre un autre versant anthropologique lié au symbolisme caritatif porté par la figure martinienne. De ce point de vue, c’est l’étude des institutions et des organismes caritatifs et humanitaires qui est en jeu. Naturellement quand il revendique la figure martinienne, dans le cas par exemple d’institutions liées à l’Eglise catholique ou une autre Eglise chrétienne, le lien est manifeste. Mais des études sur le monde hospitalier, sur la prise en charge des « pauvres », sur les politiques sociales de répartition et de redistribution, réalisées sans lien apparent avec la figure martinienne, pourraient très bien faire apparaître ce lien si la question est correctement posée. C’est donc un vaste champ qui est ici très ouvert.

Loin d’une simple juxtaposition de domaines parfaitement séparés, le projet devra au contraire rechercher les dynamiques communes à des domaines apparemment distincts. C’est la raison pour laquelle il convient de mener une première phase de concertations et d’enquêtes pour établir la possibilité et l’intérêt du projet au niveau le plus global, interdisciplinaire et européen. A ce niveau, le plus ambitieux, le projet devra impliquer de nombreux acteurs et de nombreuses institutions et devra être élaboré en relation avec des programmes existants ou avec d’autres projets. Mais il est certainement possible de développer aussi ce projet à d’autres niveaux ou à d’autres échelles, tout en gardant une perspective globalisante, c’est à dire en conservant le souci de faire se rejoindre des disciplines différentes. Il s’agira aussi d’examiner les liens nécessaires entre la recherche et la « médiation culturelle » particulièrement sensibles autour de la figure martinienne. Les collectivités locales sont particulièrement concernées par la mise en œuvre d’une « médiation culturelle » reposant sur des bases scientifiques solides, ce qui n’est pas possible sans une recherche vivante.

Le projet peut impliquer, dans l’immédiat, quelques objectifs simples, tels que l’édition du fac-similé du Martinellus de Tours, manuscrit du XIe siècle de la Bibliothèque municipale de Tours, contenant les textes fondamentaux de l’hagiographie martinienne. Les recherches iconographiques doivent s’appuyer sur la constitution de bases de données et engagent des travaux sur la longue durée du Moyen Age jusqu’à l’époque contemporaine. Les recherches ethnologiques partent d’enquêtes réalisées à l’époque contemporaine pour rejoindre éventuellement des problématiques générales, par exemple le thème du cavalier justicier et protecteur. La figure martinienne doit être étudiée dans l’histoire de l’action caritative (hôpitaux, asiles, ou encore, à l’époque contemporaine, l’action caritative/humanitaire ou les soins à la personne). Ces différents thèmes appellent dans l’immédiat une mise en perspective.

Responsable : Bruno JUDIC (Pr. Université de Tours)
Contact : bruno.judic@gmail.com

Programme de recherche détaillé accompagné d’une bibliographie indicative : Saint Martin.projet de recherche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire