Appel à communication. Le fait musical religieux sur la longue durée

Du 3 au 5 décembre 2020, à l’Abbaye-aux-Dames (Saintes, Charente-Maritime), se tiendra un colloque international portant sur Le fait musical religieux : approches croisées, histoire-musicologie et qui sera organisé par Société d’histoire religieuse de la France et le Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (EA 4270, Université de Poitiers). Ce colloque aura pour objectif de permettre aux historiens et aux musicologues d’envisager ensemble la question de la musique religieuse catholique européenne dans une perspective diachronique allant du Moyen Âge à nos jours.

S’il ne fait aucun doute que la musique relève aussi bien du domaine de l’histoire que de la musicologie proprement dite, on peut regretter que le dialogue entre les deux disciplines reste en France souvent limité à des collaborations ponctuelles. Depuis les années 1980, la révolution épistémologique qu’a connue la musicologie a conduit à aborder le phénomène musical non plus seulement du point de vue de l’œuvre mais également du point de vue des acteurs et des cadres de la création et de la performance. Elle a permis un nouveau regard sur le livre de musique et sur ses liens avec d’autres types de sources. Surtout, l’étude des pratiques musicales a favorisé le rapprochement avec les autres sciences humaines, particulièrement l’histoire, l’anthropologie et la sociologie.
Il n’en reste pas moins que les historiens, souvent mal à l’aise face à un langage dont ils ne maîtrisent pas toujours les codes, se montrent rétifs à intégrer pleinement la musique à leur réflexion et peinent à dégager les productions essentielles d’une discipline beaucoup moins structurée que la leur et dont les travaux ne sont pas recensés avec la même constance ni la même exigence. Parallèlement, les musicologues se sont longtemps limités à piocher dans la production historique les éléments qui agrémentent ou confortent leur propos, sans faire référence aux débats historiographiques sous-jacents, ni s’inscrire pleinement dans ces débats au nom de la pertinence de leur objet.
Pourtant, plusieurs programmes interdisciplinaires consacrés au domaine religieux ont récemment mis en évidence des préoccupations communes et ont bénéficié d’une collaboration étroite entre ces deux disciplines (programmes ANR MUSÉFREM et FABRICA). Il en est de même des recherches menées collectivement ou individuellement dans le domaine des émotions, du paysage sonore et de l’histoire urbaine, qui accordent souvent une place importante aux manifestations sonores dans l’espace sacré. Ce colloque souhaite mettre à profit la dynamique insufflée par ces recherches et offrir un moment de rencontre afin de mieux cerner les objets communs et de confronter les méthodes.

Un concert, sous la direction de Christophe Coin, sera donné sur un programme en lien avec la thématique du colloque.

Quatre thèmes sont proposés pour les communications :

1/ Musiciens d’Église – Musiciens pour l’Église

Ce thème s’inscrit dans la lignée des travaux consacrés au métier de musicien. En se centrant sur le musicien d’Église, il vise à interroger son statut, à cerner ses obligations et ses conditions de travail, à comprendre les relations qu’il entretenait avec le personnel ecclésiastique et la conception qu’il avait de son art. Le thème ouvre aussi sur la dimension, très riche aux XIXe et XXe siècles, des relations entre les compositeurs et l’Église.

2/ La culture musicale des clercs

Ce thème tentera de répondre aux questions suivantes : Quelle était la culture musicale des clercs, qu’ils soient ou non chargés de fonctions musicales spécifiques au sein des institutions religieuses ? Comment s’est construite cette culture en fonction des contextes et des hiérarchies ecclésiastiques et dans quelle mesure a-t-elle conditionné le rapport des institutions à la musique ? Dans une perspective diachronique, quelles observations peut-on formuler sur la participation des clercs à l’élaboration d’un discours théorique, mais aussi éthique et esthétique, sur la musique, en considérant à la fois les contextes et les modalités de cette expression ?

3/ Contextes d’exécution de la musique d’Église

Les multiples contextes d’exécution de la musique religieuse répondent à la variété des formes cultuelles et des pratiques sociales, du chant du canon au rituel du concert. Au sens large, la notion englobe l’ensemble des circonstances qui conditionnent la performance musicale (lieu, calendrier, dispositifs, etc..) et ouvre de nombreuses pistes de réflexion. On s’attachera particulièrement à mettre en évidence les spécificités des pratiques musicales en fonction des lieux et des espaces, du personnel et des dispositifs musicaux, et des modalités de leur intégration au rituel

4/ Musique et émotion religieuse

Comment l’Église a-t-elle pensé le lien entre la musique et la dimension affective de l’expérience religieuse ? Au-delà de cette question qui mobilise l’histoire des idées et des spiritualités, il s’agira d’interroger la relation entre la musique et les conduites émotionnelles selon les époques et les catégories sociales. Dans quelle mesure la musique a-t-elle pu contribuer à élaborer, renforcer ou modifier le système de valeurs et de normes qui règle les conduites émotionnelles dans un contexte donné ? Selon quels dispositifs et quels procédés musicaux ?

Comité scientifique :
Rémy Campos (Haute École de Musique, Genève), Philippe Canguilhem (Université de Tours), Christelle Cazaux-Kowalski (Université de Poitiers), Christelle Chaillou-Amadieu (CESCM, Université de Poitiers), Bernard Dompnier (Université Clermont Auvergne), Thierry Favier (Université de Poitiers), Claire Maître (IRHT-CNRS), Vincent Petit (Besançon), Catherine Vincent (Université Paris Nanterre).

Comité d’organisation :
Bernard Dompnier, Thierry Favier, Catherine Vincent.

Les propositions de communication seront adressées avant le 31 mars 2020 à Thierry Favier (thierry.favier[a]univ-poitiers.fr).
Les organisateurs seraient heureux que les propositions s’inscrivent principalement dans le thème n° 1 et invitent les contributeurs à les contacter s’ils souhaitent communiquer sur la thématique d’un des trois autres axes.
Dans la mesure du possible, les frais de voyage et de séjour des auteurs de communications seront pris en charge par les organisateurs du colloque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.