Une somme sur la liberté de conscience

L’AFHRC signale la parution, sous la plume de Dominique Avon, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études et directeur de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman, d’un ample travail offrant un vaste panorama historique consacré à La Liberté de conscience. Histoire d’une notion et d’un droit.

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la liberté de conscience a été conçue, en latin et dans une poignée de langues européennes, comme une possibilité de croire, de changer de croyance ou de ne pas en avoir. Elle a ainsi reçu une acception distincte de celle de la liberté religieuse ou de la liberté de religion. Lors de son inscription dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée sans vote négatif par l’assemblée générale des Nations Unies en décembre 1948, ce droit individuel a néanmoins suscité des réserves ou oppositions qui ont empêché sa déclinaison constitutionnelle par des États membres. Une génération plus tard, la contestation de la liberté de conscience s’est trouvée renforcée au nom de la reconnaissance de sensibilités culturelles différenciées, au nom d’une lutte contre l’apostasie – parfois associée au blasphème ou à l’insulte contre des religions –, ou au nom de la défense de l’unité d’un corps.
L’enquête historique menée par Dominique Avon s’inscrit dans le temps long des sociétés humaines. Établie sur des sources linguistiques diverses, elle vise à saisir l’émergence d’une notion au sein de communautés spécifiques, du Bassin méditerranéen à la Chine et à l’Amérique, à comprendre les motifs d’adhésion et de rejet formulés par plusieurs centaines d’auteurs, à déterminer les modalités d’expansion de cette liberté, de sa traduction dans des langues qui n’en avaient pas dessiné les contours, ainsi qu’à appréhender les ressorts des remises en question contemporaines. Explorant, entre autres, les registres de la philosophie, de la théologie et du droit, ce travail met en exergue la force et la fragilité d’une des libertés fondatrices de la modernité, historiquement située, louée ou décriée.

Table des matières :

Préface de : Yadh Ben Achour

Partie I. Autour de l’article 18 de la DUDH (années 1940-fin des années 1960)

1. L’universalisation d’un principe libéral
2. Clef commune de nations désunies ?
3. La liberté de conscience et ses fondements, débats en milieux séculier et confessant

Partie II. Soumission, pluralité, libertas (XXIe siècle av. è. c.-XVe siècle)

4. Une conception verticale des rapports humains (XXIe-IIIe siècle)
5. L’horizon de l’unification politico-religieuse (IIIe-XVe siècle)

Partie III. Émergence de la liberté individuelle (v. 1450-v. 1720)

6. Tolérance ou liberté : un combat de lettrés
7. Feu l’idéal de l’unité politico-religieuse

Partie IV. Conscience des Lumières (v. 1720-v. 1880)

8. Du for intérieur à la conscience
9. Libéralisme vs antilibéralismes religieux et philosophiques

Partie V. Luttes pour l’imprescriptibilité de la liberté de conscience (v. 1880-v. 1945)

10. La liberté de conscience à l’épreuve des nations et des confessions
11. La liberté de conscience à l’épreuve de l’État

Partie VI. Une conscience en doute, sa liberté en question (1968-2018)

12. La liberté de conscience dans et hors du cadre étatique
13. Dissolution de la conscience en modernité flottante

Conclusion.

Table des matières détaillée
Lire l’introduction.

Dominique Avon, La Liberté de conscience. Histoire d’une notion et d’un droit, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 1 172 p., 39 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search