Christianisme, écologie et agriculture dans la France contemporaine

Est annoncée, à un prix préférentiel, la parution de Nous on se sauve nous-mêmes. Sécularisation, identité paysanne et écologie de Mathieu Gervais.
Cet ouvrage publié par les éditions Van Dieren est une version remaniée de la thèse de l’auteur soutenue en 2015 sous la direction de Philippe Portier.
À partir d’une enquête historique et sociologique, ce travail se penche sur la modernisation de l’agriculture française depuis les années 1940 à nos jours en interrogeant parallèlement les évolutions du rapport au religieux et du rapport à la nature. Ce faisant il aborde les enjeux agricoles, politiques et philosophiques de l’écologisation en cours de notre société et permet de mieux connaître les femmes et les hommes qui la promeuvent au sein des mondes agricoles.
Soulignant l’importance de la religion dans la construction des représentations de la nature par les agriculteurs, l’étude démontre la force d’invention des mouvements paysans qui jusqu’à aujourd’hui produisent des pratiques et des savoirs alternatifs qui déplacent les oppositions tranchées entre culture et nature, progrès et tradition.
Depuis la promotion du progrès par les organisations d’action catholique des années 1950 et 1960, jusqu’à la critique du capitalisme au nom d’un idée chrétienne de la liberté dans les années 1970, ces phénomènes s’inscrivent dans une histoire rurale marquée par le christianisme. L’étude des liens entre les imaginaires et les pratiques à travers la mise au jour de l’identité politique et spirituelle des paysans contemporains permet de comprendre les transformations contemporaines des mondes agricoles et la manière dont des pratiques écologiques se diffusent.
Ainsi, le livre de M. Gervais cherche à détailler depuis les années 1940 les rapports mouvants entre la religion et l’agriculture en France, pour rendre compte d’une manière inédite de l’histoire agricole mais aussi des évolutions du rapport entre société, nature et religion. Le cas de l’agriculture de sa modernisation à son écologisation est un lieu exemplaire pour examiner les multiples liens entre religion et rapport à la nature.

Proposé à 20 € (port compris) par l’éditeur jusqu’au 30 septembre 2020, l’ouvrage sera disponible en librairie à partir du 6 octobre.

Mathieu Gervais, Nous, on se sauve nous-mêmes. Sécularisation, identité paysanne et écologie, Paris, Van Dieren Éditeur, 2020, 362 p., ISBN : 978-2-37466-016-5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search