La France coloniale et l’Église dans l’entre-deux-guerres

Le samedi 24 octobre 2020, à Sorbonne Université, Édouard Coquet soutiendra sa thèse de doctorat en histoire contemporaine portant sur La France coloniale et l’Église : remises en cause d’une alliance ambiguë, de 1918 au début des années 1930 préparée en cotutelle sous la direction de Jacques-Olivier Boudon et de Daniele Menozzi.

Elle sera présentée devant le jury suivant :

M. Jacques-Olivier Boudon, professeur, Sorbonne Université, directeur ;
M. Daniele Menozzi, professore emerito, Scuola Normale Superiore, directeur ;
M. Stanislas Jeannesson, professeur, Université de Nantes, rapporteur ;
Mme Marta Margotti, professore associato, Università degli Studi di Torino ;
Mme Maria Pagano, professore associato, Università degli Studi di Firenze, rapporteur ;
Mme Oissila Saaidia, professeur, Université Lumière Lyon 2.

Elle aura lieu à partir de 9h salle des Actes de Sorbonne Université (1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Les années 1920 sont marquées par la reprise des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège. Elles se heurtent à des difficultés en raison d’incompréhensions fondamentales sur les rapports entre les sphères politique et religieuse. Le gouvernement se situe dans une logique de contrôle et cherche à utiliser le catholicisme au service de l’influence française. Le Saint-Siège, de son côté, revendique une pleine autonomie en matière spirituelle. Cela est particulièrement observable au sujet des espaces coloniaux et d’influence française, qui occupent la première place dans les relations France-Saint-Siège. De manière générale, la législation laïque n’y est pas appliquée. Les relations Église-État y demeurent très étroites, en particulier dans les espaces où l’autorité française est concurrencée (Afrique du Nord, Proche-Orient, Rhénanie). Pour les missionnaires, l’engagement religieux est intrinsèquement lié à la cause de l’expansion française, même si leurs divergences idéologiques avec les tenants d’une conception laïque et républicaine de la colonisation conduisent à des conflits avec les autorités coloniales. Après la Première Guerre mondiale, le Saint-Siège tente d’imposer un renouvellement profond des stratégies missionnaires, qui s’inscrit dans un double mouvement de centralisation et d’affirmation de l’identité locale des Églises. Ces mesures – en particulier la promotion des clergés autochtones, clef de voûte de la stratégie romaine – suscitent l’hostilité de l’administration coloniale et de certains missionnaires. Rome cherche à émanciper les missions à l’égard des puissances européennes et à rompre l’alliance entre mission et colonisation.

Du fait des circonstances sanitaires, le nombre de personnes susceptibles d’assister à la soutenance sera limité. Les personnes désireuses d’y assister doivent s’inscrire auprès du candidat au doctorat (edouardcoquet[a]hotmail.com) et de se munir d’une pièce d’identité le 24 octobre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search