Journée d’étude annuelle de l’AFHRC 2021 : musique et religion APPEL A COMMUNICATIONS / date limite 30 mars 2021 !

Les rapports entre musique et religion ont été largement étudiés tant d’un point de vue esthétique que musicologique, souvent sous l’angle de la musique sacrée ou religieuse. L’approche historique s’est développée ces dernières décennies, comme en témoigne l’ouvrage « Musique et religion aux époques modernes et contemporaines: XVIe-XXe siècles » paru en 2018. S’il couvre principalement le christianisme et l’Europe, il cherchait déjà à ouvrir le champ au-delà du prisme européen. Dernièrement, pour un colloque prévu en décembre 2020 sous le titre « Le fait musical religieux : approches croisées, histoire-musicologie », c’est la jonction entre histoire et musicologie qui était mise en valeur.

Pour sa journée d’étude annuelle, qui se tiendra le samedi 25 septembre 2021, l’Association française d’histoire religieuse contemporaine propose d’explorer à son tour cette thématique pour la période contemporaine, en questionnant les rapports entre la musique et les différentes religions dans le monde, selon quatre grands axes principaux (non-exclusifs). 

Le premier axe s’intéressera à la musique comme outil du religieux. Celui-ci couvrira la question de la place des instruments et des rites en musique, pour toutes les aires culturelles. On s’interrogera sur la place de la musique dans le rite mais aussi sur les recompositions et les adaptations de la musique dans la liturgie et son évolution depuis le XIXe siècle, notamment en contexte interreligieux.

Nous nous pencherons également sur les aspects économiques de ces rapports entre musique et religion. Il sera question du marché de la diffusion musicale, de sa professionnalisation, mais aussi des modes de consommation de la musique religieuse, dans lesquels l’on compte la pratique du chant par les fidèles eux-mêmes. Cette réflexion doit ouvrir aussi à la question des formats de diffusion et à la dématérialisation de ces dernières décennies. Les maisons de disques religieuses sont aussi un terrain à explorer. Il pourra enfin être question, dans cet axe, des religieux/ses chanteur/ses, à l’image de sœur Sourire ou de sœur Marie Keyrouz mais aussi d’initiatives œcuméniques à dimension politique, comme l’album sorti en 2020 « Ensemble/Liberté », qui interrogent sur la frontière entre sphère religieuse et sphère profane.

Entre profane et religieux : quelle frontière ? Cette question classique reste incontournable pour évoquer les liens entre musique et religion. A la question des lieux de concerts s’ajoute ici celle des influences de la musique religieuse sur la musique profane et inversement. Ce troisième axe doit permettre de s’interroger enfin sur l’application de l’histoire et de la sociologie religieuses à des sphères apparemment éloignées du sacré, à l’instar de la « sociologie religieuse » de la musique métal.

Quel lien, enfin, entre les circulations musicales et la diffusion de la religion ? Au cœur de cette problématique se trouve par exemple le protestantisme évangélique et le renouveau de foi dont il témoigne ces dernières décennies, comme le recours à des thèmes religieux ou à un discours sur la foi dans la pop-music américaine mondialisée. On s’y consacrera également à la mémoire de la musique en contexte migratoire et notamment à la sauvegarde des partitions musicales en tant que sources historiques.

Les propositions de communications – de 500 mots maximum et accompagnées d’une brève présentation de l’auteur – sont à envoyer avant le 30 mars 2021 à charlotte.courreye@univ-lyon3.fr, avec pour objet « AFHRC ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search