Journée d’étude annuelle de l’AFHRC 2021 : musique et religion, le 25 septembre 2021

Musique en religions : circulations d’un monde à l’autre (XXe-XXIe s.)

Samedi 25 septembre 2021 à Paris

En présentiel, à Paris, à la Sorbonne

Amphithéâtre Milne Edwards

17 rue de La Sorbonne 75005 Paris, traverser la cour d’honneur vers la galerie Robert de Sorbon, prendre l’escalier B dans la cour, l’amphi se trouve au 2e étage

et en visioconférence via Zoom

Pour y assister en présentiel ou en visioconférence, il est impératif de s’inscrire avant le 21 septembre à ce lien :
https://forms.gle/jkt8yY9hRLrvCyc57

La présence sur place est soumise à la présentation du passe sanitaire, au port du masque et au respect de la distance physique recommandée ; du gel hydoalcoolique sera par ailleurs à votre disposition.

Programme

Un livret pdf avec la présentation des participants et les résumés des interventions sera envoyé aux inscrits à la journée, en présentiel comme en distanciel. 

Dès 8h45 : accueil des participants

9h00 : Mot de bienvenue par le Président, Frédéric Gugelot

Introduction par la coordinatrice, Charlotte Courreye

9h10-9h30: Conférence introductive de Martin Dumont : Derniers renouvellements historiographiques sur musique et religion aux époques modernes et contemporaines

9h30-11h20 : La musique comme outil du religieux

Modération : Charlotte Courreye

Arnaud Baubérot : Est-il possible d’être un rocker chrétien en France ? Analyse comparée des carrières musicales de Glorious et de Daniel Darc

Y Linh Lê : Musique et musiciens dans le Culte de la Mère au Vietnam

Mercè Prats : Mettre Teilhard en musique. 1965 : le défi relevé par André Jolivet.

Mirel Banica : Musique, rituel et communauté dans les pèlerinages orthodoxes. Le cas de Iaşi, fête de Sainte Parascève dite « la Nouvelle », Roumanie [en visioconférence]

10h50 : débat

11h20-11h40 : pause

11h40-13h00 : Frontières mouvantes entre profane et religieux

Modération : Chantal Verdeil

Philippe Rocher : Aimé Duval, jésuite, la chanson populaire et religieuse au piège de la scène artistique

Charlotte Courreye : Musique raï et islamisme dans l’Algérie des années 1990

Alexandre Cerveux : Expression latente, expression patente du religieux dans la chanson israélienne

12h40 : débat

13h00-14h30 pause-déjeuner

14h30-16h30 : Circulations religieuses et musicales dans la mondialisation

Modération : Charles Mercier

Patrick Romulad Jie Jie : Musique religieuse et préservation des langues locales en contexte colonial : l’exemple des populations camerounaises (1916-1960) [en visioconférence]

Hyun-joo Lee : Activités théâtrales et musicales des missionnaires catholiques en Corée au XXe s. [en visioconférence]

Blanche Lacoste : L’Agency par la musique liturgique, le rôle des femmes migrantes d’Europe de l’Est dans la louange de Dieu à Rome aujourd’hui

Leonardo Garcia Fuenzalida : Succès populaire planétaire et globalisation du religieux. Le cas de Despacito en Indonésie [en visioconférence]

15h50-16h30 : débat

16h30-16h45 : pause

16h45-17h15 : Assemblée générale

Bilan moral et financier, cotisations et choix du thème pour l’année à venir.

Contact : charlotte.courreye@univ-lyon3.fr.

 

Les rapports entre musique et religion ont été largement étudiés tant d’un point de vue esthétique que musicologique, souvent sous l’angle de la musique sacrée ou religieuse. L’approche historique s’est développée ces dernières décennies, comme en témoigne l’ouvrage « Musique et religion aux époques modernes et contemporaines: XVIe-XXe siècles » paru en 2018. S’il couvre principalement le christianisme et l’Europe, il cherchait déjà à ouvrir le champ au-delà du prisme européen. Dernièrement, pour un colloque prévu en décembre 2020 sous le titre « Le fait musical religieux : approches croisées, histoire-musicologie », c’est la jonction entre histoire et musicologie qui était mise en valeur.

Pour sa journée d’étude annuelle, qui se tiendra le samedi 25 septembre 2021, l’Association française d’histoire religieuse contemporaine propose d’explorer à son tour cette thématique pour la période contemporaine, en questionnant les rapports entre la musique et les différentes religions dans le monde, selon quatre grands axes principaux (non-exclusifs).

Le premier axe s’intéressera à la musique comme outil du religieux. Celui-ci couvrira la question de la place des instruments et des rites en musique, pour toutes les aires culturelles. On s’interrogera sur la place de la musique dans le rite mais aussi sur les recompositions et les adaptations de la musique dans la liturgie et son évolution depuis le XIXe siècle, notamment en contexte interreligieux.

Nous nous pencherons également sur les aspects économiques de ces rapports entre musique et religion. Il sera question du marché de la diffusion musicale, de sa professionnalisation, mais aussi des modes de consommation de la musique religieuse, dans lesquels l’on compte la pratique du chant par les fidèles eux-mêmes. Cette réflexion doit ouvrir aussi à la question des formats de diffusion et à la dématérialisation de ces dernières décennies. Les maisons de disques religieuses sont aussi un terrain à explorer. Il pourra enfin être question, dans cet axe, des religieux/ses chanteur/ses, à l’image de sœur Sourire ou de sœur Marie Keyrouz mais aussi d’initiatives œcuméniques à dimension politique, comme l’album sorti en 2020 « Ensemble/Liberté », qui interrogent sur la frontière entre sphère religieuse et sphère profane.

Entre profane et religieux : quelle frontière ? Cette question classique reste incontournable pour évoquer les liens entre musique et religion. A la question des lieux de concerts s’ajoute ici celle des influences de la musique religieuse sur la musique profane et inversement. Ce troisième axe doit permettre de s’interroger enfin sur l’application de l’histoire et de la sociologie religieuses à des sphères apparemment éloignées du sacré, à l’instar de la « sociologie religieuse » de la musique métal.

Quel lien, enfin, entre les circulations musicales et la diffusion de la religion ? Au cœur de cette problématique se trouve par exemple le protestantisme évangélique et le renouveau de foi dont il témoigne ces dernières décennies, comme le recours à des thèmes religieux ou à un discours sur la foi dans la pop-music américaine mondialisée. On s’y consacrera également à la mémoire de la musique en contexte migratoire et notamment à la sauvegarde des partitions musicales en tant que sources historiques.

 

 



Citer ce billet
afhrc (2021, 7 février). Journée d’étude annuelle de l’AFHRC 2021 : musique et religion, le 25 septembre 2021. Carnet de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/arq3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search