Appel à contribution pour la Revue d’histoire du protestantisme

Appel à contribution pour la Revue d’histoire du protestantisme. Numéro spécial, automne 2022 : « Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) »

En 1872, pour la première fois depuis la Révocation de l’Édit de Nantes (1685), l’État autorise la réunion d’un Synode général des Églises réformées de France. Bien qu’autorisées dans le principe par les Articles organiques régissant le fonctionnement concordataire depuis 1801-02, une telle as- semblée n’avait pu se tenir, soit que l’État l’ait refusé, soit qu’il l’ait repoussé indéfiniment en invo- quant des principes de neutralité ou des craintes de conflit. Cependant, dans le contexte révolution- naire de 1848-49, se tint un synode général officieux dont on retient surtout le départ de Frédéric Monod, partant fonder son Église sur le modèle de rupture d’un Thomas Chalmers à l’égard de la Kirk en Écosse.

En 1872, une nouvelle scission menaça les Églises réformées de France, déchirées entre factions théologiques et ecclésiologiques, structurées en partis, alimentés par des organisations semi-légales, embrasées par presse et conférences religieuse et ce dans le contexte d’un suffrage universel mas- culin attisant les conflits, des paroisses aux synodes. La date-pivot de 1872, pour intéressante qu’elle soit, l’est cependant moins que la crise institutionnelle qu’elle révèle en arrière-plan de la finalité assignée au synode général devant définir la foi. Balançant entre un conservatisme majoritaire, bien enraciné, et un Adolphe Thiers, chef de l’État, libéral par conviction, la jeune Troisième République ne sut arbitrer entre autorité et autonomie disciplinaire des Églises. De 1873 à 1905-06 (loi de Séparation), puis jusque 1938 (avec la naissance d’une Église réformée unifiée), synodes officieux ou assemblées générales tentèrent de réinventer les institutions presbytériennes réformées françaises afin de réguler temples, desservants et fidèles. Par-delà l’attitude actuelle de l’État, ce 150e anniver- saire (en 2022) constitue une bonne occasion d’envisager le fonctionnement ecclésiastique des pro- testantismes européens dans une perspective comparatiste.

En dépit de particularismes évidents, il semble, en effet, que de nombreuses convergences apparu- rent, alors que la démocratie venait contester les hiérarchies traditionnelles, ou que la plupart des Églises lorgnaient sur les initiatives de leurs voisines, tant pour se prémunir de leurs dérives suppo- sées que pour contribuer à leur propre salut. Par ailleurs, la concurrence entre « Église large », Haute, ou basse et suivies par vieux ou néo-libéraux, évangéliques de toutes origines, néo-calvinistes donnant prise aux qualificatifs d’extrême ou centre gauche et droite, en sus du centre, contribuèrent à reformuler le rôle des laïcs, comme des pasteurs, ainsi que les formes de notabilité, de patronage, d’identité, voire à la fin du 19e siècle, de genre lorsque l’on commença à considérer les femmes hors du champ assistanciel ou comme des paroissiens de seconde zone, mais comme actrices décision- naires. Une autre étape décisive, commune aux Églises épiscopaliennes, à directoire et presbyté- riennes à cette époque est leur bureaucratisation sommitale inspirée des modèles parlementaires, partisans ou entrepreneuriaux et que l’on distingue à travers leur production matérielle. En témoigne la banalisation d’outils permettant la formulation de décisions collectives, de rapports, d’enquêtes,

de statistiques, de comptes-rendus financiers ou de missions à l’étranger, en sus des révisions effec- tuées sur les livres de prière ou des recueils de textes. Dans une certaine mesure, comités, archives, employés de bureau, culture issue des professions libérales instaurent de nouveaux mandats d’ex- pertise. Un tel phénomène se perçoit également au sein de certaines modalités de spécialisation in- hérentes aux organisations bureaucratiques. Si la fonction traditionnelle des assemblées délibéra- tives périodiques au sein des Églises consistait à faire respecter les prescriptions disciplinaires et morales, ou tenter de résoudre les conflits, en s’ajustant au temps, de nouveaux défis se firent jour à partir du milieu du 19e siècle. Réveils, industrialisation, sécularisation, concurrence inter-religieuse, urbanisation réclamèrent de fortes prises de position. De fait, et quelle que soit sa dénomination, une Église en voie de responsabilisation financière, est confrontée à des rivalités internes, parfois à des antagonismes interpersonnels, mais à l’aube du 20e siècle de sérieux enjeux sont également re- pérables comme l’opposition entre la centralisation/métropolisation et la défense de solides tradi- tions régionales. Si les tenants du premier parti soutinrent l’argument d’une Église unifiée car seule capable de batailler sur le front urbain ou impérial, ceux du second courant firent valoir le droit des minorités, comme celui à la diversité voire à l’hétérodoxie. Sur un autre plan, chacun sait que la liturgie a pu constituer une pente vers le ritualisme, qu’un épiscopalisme rampant a traversé le libé- ralisme réformé menaçant les Églises d’une dépendance à l’égard de l’État [situation proche de l’as- sociation « Church and King » au Royaume-Uni], ou que les activités récréatives extra-religieuses devaient contribuer à l’édification de la citoyenneté chrétienne. Pourtant, à l’échelon individuel, les comportements sociopolitiques ne sont pas nécessairement déterminés par les appartenances ecclé- siastiques : ainsi, tel néo-calviniste mordant peut être plus républicain que tel prédicateur libéral bon teint, proche de l’autoritaire Second Empire.

Finalement, ces débats complexes, brouillant les frontières ecclésiastiques ou individuelles, croisant aussi ceux entre modernités et héritages (notamment en matière de relation au passé religieux et à l’histoire), mènent à la question de fond : qu’est-ce qu’une Église ? Comment une communauté ec- clésiale peut-elle être gouvernée ?

Pour y voir un peu plus clair, la Revue d’Histoire du protestantisme [auparavant, Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, fondé en 1852] lance un appel à contribution pour son numéro spécial : « Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) »

Ce numéro spécial souhaite rassembler une série d’articles originaux ou de solides synthèses consa- crés aux institutions représentatives fonctionnant au sein des protestantismes européens. Ces articles peuvent aborder de nombreux domaines, qu’il s’agisse de résolution de conflits ecclésiastiques ou de réformes les concernant, de débats sur l’électorat, les élections ou les modes de désignation, les cadres d’organisation (notamment les liens avec les diverses sociétés religieuse), les interférences étatiques ou médiatiques, les divisions régionales ou leurs sensibilités propres, les ressorts du lea- dership, ainsi que les divers angles d’attaque évoqués plus en amont dans le texte. Afin de maintenir une certaine unité de ton et de cohérence analytique, si des contributions à visée biographique peu- vent trouver place, elles paraissent a priori moins pertinentes que celles fournissant une armature chronologique, surtout dans la perspective comparatiste visée ici. Quelques indications relatives aux sources, fonds et dépôts d’archives seraient également intéressantes.

Mode de proposition d’articles

Les propositions d’articles pourront être adressées jusqu’au 15 mai 2021 à : Patrick.harismendy@wanadoo.fr

Une réponse rapide sera fournie.

Les articles (45.000 signes ou 7.000 mots) devront être transmis pour le 30 avril 2022. La langue d’édition est le français ou l’anglais

Pour l’unité des notes infrapaginales, limitées autant que possible aux seules références archivis- tiques et bibliographiques, indiquer : Nom, prénom, titre de l’ouvrage, lieu d’édition, éditeur, date d’édition, pages (sous la forme p. 22, par exemple). Ne pas mettre les noms propres en majuscules, ni dans le texte courant, ni dans les notes.



Citer ce billet
afhrc (2021, 23 mars). Appel à contribution pour la Revue d’histoire du protestantisme. Carnet de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/arqc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search