Religion et territoire

Le 18 septembre 2009, Nicolas Champ a soutenu à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux III sa thèse de doctorat intitulée :

Religion et Territoire. L’espace public entre présence confessionnelle et sécularisation dans la France du XIXe siècle. Le cas de la Charente-Inférieure (1801-1914).

Le jury était composé de Marc Agostino (Bordeaux III, directeur), Philippe Boutry (Panthéon Sorbonne-Paris I, président), Patrick Cabanel (Toulouse II-Le Mirail), Paul D’Hollander (Limoges) et Jean-Paul Jourdan (Bordeaux III).

« La religion n’est pas une simple pensée ensevelie au fond de l’esprit. C’est une croyance qui se manifeste au-dehors, par des actes ou par un culte conservateur du dogme dont il est l’expression. » Ce jugement de Félicité de Lamennais est largement partagé par les hommes et les femmes du xixe siècle qui associent étroitement croyances intimes et manifestations publiques. L’inscription du religieux dans l’espace apparaît bien comme l’un de ces faits qui met en branle la totalité des institutions sociales : l’affirmation religieuse au sein des territoires est au cœur des institutions religieuses proprement dites mais aussi du politique et du droit.

Adopter cette approche permettait d’analyser à nouveaux frais les mouvements de christianisation, de confessionnalisation et de sécularisation qui touchent la société française au cours du long xixe siècle. Entre 1801 et 1905, la France connaît un « jeu concordataire » (B. Basdevant-Gaudemet) qui, reconnaissant certains cultes, favorise implicitement l’émergence d’une confessionnalisation des structures publiques. Au niveau des communautés d’habitants, celui si propice à l’éclosion de « petites haines ordinaires » (A. Wahl), une tendance analogue à des appropriations spatiales distinctes et concurrentes se fait jour. L’étude de la présence confessionnelle permet d’analyser la différenciation des stratégies confessionnelles et de mesurer l’impact des relations interconfessionnelles dans la structuration des paysages et des territoires religieux. Étendre l’étude au-delà de la rupture de 1905 apparaissait nécessaire : d’une part pour observer les conséquences de la perte du statut de religion reconnue dans le fonctionnement territorial des Églises et dans leur inscription spatiale ; d’autre part, parce que le « combat des deux France » se prolonge après 1905 et ne commence à se résorber que pendant la Grande Guerre.

Définir l’espace étudié s’imposait. A été choisi un concept, souple et large, celui d’espace public, un espace partagé, accessible et visible par tous, clercs et laïcs, fidèles et incroyants. Trois niveaux ont été distingués analytiquement : les espaces vécu, perçu et organisé. Le premier se place à l’échelle de l’individu ; c’est l’espace de la quotidienneté et celui dans lequel la personne s’investit physiquement. Le second met en œuvre les représentations mentales. Enfin, le dernier englobe, dépasse les deux premiers et conduit à l’affirmation d’un territoire social entendu au sens d’espace disposant d’une appartenance juridique ou d’une spécificité culturelle qui se caractérise par l’existence de limites, de frontières. Les modalités par lesquelles une communauté s’approprie la présence en son sein de lieux de culte, de structures, de symboles religieux et comment les pratiques, l’appartenance, les signes religieux structurent l’identité territoriale des communautés se retrouvèrent au cœur de l’analyse. Les interrogations portèrent d’une part sur les espaces territoriaux des Églises dans leur matérialisation, leur délimitation par des murs, des lieux et des frontières, et d’autre part sur la part du religieux dans des espaces sur lesquels peut s’exercer une autorité autre que celle de l’institution ecclésiastique. Des écoles aux cimetières en passant par la rue, les différentes facettes de l’espace communautaire ont été envisagées de cette manière, toujours en gardant à l’esprit que ces espaces concernent les Églises, les communautés d’habitants, l’État et ses administrations.

Afin d’analyser comment le fait religieux imprègne un territoire et s’accommode de la sécularisation de l’espace public, il fallait choisir un terrain où catholicisme, protestantisme et forces pouvant activement contribuer à la sécularisation étaient présents. Le grand sud-ouest aquitain, plus particulièrement sa frange septentrionale, la Charente-Inférieure, offrait un terrain de choix. Une vitalité religieuse des catholiques de la Charente-Inférieure jugée encore moyenne en 1880 donnait le droit de penser que la volonté de christianiser le territoire y serait réelle. Une présence protestante significative mais se traduisant rarement par une majorité forte dans les communautés locales permettait de croire que l’affirmation de chaque confession dans l’espace communautaire serait l’objet de discussions. L’importance de la Charente-Inférieure dans le paysage maçonnique et libre-penseur de l’Ouest laissait penser que francs-maçons et libres-penseurs purent prendre une part décisive dans les débats autour de la religion dans l’espace public.

Une abondante documentation fut mise à contribution. Le premier ensemble à envisager reposait sur les sources émanant des groupements et des administrations publiques et religieuses du xixe siècle : d’une part, celles conservées par les acteurs religieux et irréligieux présents dans le département – pour l’essentiel, archives de l’évêché, des communautés protestantes et des loges maçonniques – ; d’autre part, celles provenant ou gardées par les acteurs civils et administratifs qui se trouvèrent partie prenante dans l’élaboration des espaces religieux ou dans les espaces publics investis par la religion – principalement, archives des communes, de la préfecture et de la direction des cultes. Les nombreuses brochures d’histoire régionale, les opuscules imprimés à l’occasion de débats publics ont fourni une information riche qui permettait de dépasser le silence ou l’absence d’archives manuscrites. La lecture de la presse régionale fut tout aussi fructueuse : à côté de quelques titres de la presse politique départementale utilisés ponctuellement, ont été examinés systématiquement les principaux titres religieux, catholiques et protestants. 

Pour lire la totalité du compte rendu : Thèse_Champ


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.